Frisson des col­lines

Un film de Ri­chard Roy à l’af­fiche le 15 avril

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET CULTURE -

Saint-Scho­las­tique, Mi­ra­bel. C’est l’été, il fait chaud, nous sommes en 1969. Frisson des col­lines, 12 ans, rêve d’al­ler à Wood­stock à la ren­contre de Ji­mi Hen­drix. Un film sur un été ini­tia­tique, le pas­sage de l’en­fance à l’ado­les­cence, dans un village qué­bé­cois, cam­pé dans une « Époque plai­sante, heu­reuse, l’ex­plo­sion d’un mou­ve­ment in­té­rieur, le dé­sir de li­ber­té dans un temps où tout était pos­sible, » ex­plique le réa­li­sa­teur Ri­chard Roy (Ca­boose, Le der­nier cha­pitre, Ca­fé Olé). Oui, Frisson croit tout pos­sible, même par­ve­nir à se rendre au fes­ti­val de mu­sique de Wood­stock, et ob­te­nir un au­to­graphe de son idole Ji­mi Hen­drix.

Le film, Frisson des col­lines, était pré­sen­té, en avant-pre­mière, mar­di 5 avril, au ci­né­ma Car­re­four du Nord par le réa­li­sa­teur Ri­chard Roy, le pro­duc­teur Louis-Phi­lippe Ro­chon et quelques-uns des co­mé­diens.

Ri­chard Roy est un amou­reux de Pa­gnol, la cam­pagne, le vent chaud, la sim­pli­ci­té… Ce film, avec une toile de fond ins­pi­rée de la cha­leur pro­ven­çale, se dé­roule à l’époque du vent de li­ber­té des an­nées 60. Ba­sé sur des sou­ve­nirs d’en­fance du réa­li­sa­teur, il se veut un «feel good movie ». Frisson des Col­lines, c’est un peu de sa vie, en­fant, à Sainte-Agathe-de-Lot­bi­nière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.