Stop­pez les pro­blèmes d’hu­mi­di­té

Le Nord - - ACTUALITÉS -

Lors­qu’on su­bit un pro­blème d’hu­mi­di­té à l’in­té­rieur de notre de­meure, il peut se pas­ser beau­coup de temps avant que l’on s’en aper­çoive.

Mal­heu­reu­se­ment, plus on at­tend et plus cette hu­mi­di­té fait des ra­vages, par­tout. Elle peut en­dom­ma­ger vos mo­quettes et ta­pis, vos murs et votre struc­ture. Elle peut aus­si dé­truire vos meubles, vos vê­te­ments, vos livres ou vos al­bums de pho­tos!

50 litres par jour

Puisqu’une mai­son et ses ré­si­dants pro­duisent plus de 50 litres d’eau par jour, il est nor­mal d’avoir un cer­tain taux d’hu­mi­di­té dans la mai­son, soit de 40 % à 60 %.

En hi­ver, lors des pé­riodes de chauf­fage,lorsque les portes et les fe­nêtres fer­mées em­pêchent l’éva­cua­tion de l’eau, on passe à plus de 10 000 litres em­pri­son­nés dans la mai­son.

C’est lorsque le phé­no­mène de conden­sa­tion ex­ces­sive s’abat sur notre mai­son que l’on peut com­men­cer à avoir des pro­blèmes. On re­mar­que­ra d’abord de la buée sur les fe­nêtres, peu im­porte la pé­riode de la jour­née. Il ne faut pas pen­ser que les vitres sont les seules places où se forme la conden­sa­tion! En fait, elle se dé­ve­loppe par­tout, de fa­çon in­vi­sible.

Avec le temps, vous com­men­ce­rez à voir ap­pa­raître des pe­tites taches grises et noires, par­ti­cu­liè­re­ment près des angles du pla­fond ou au­tour des fe­nêtres, puisque la pous­sière de l’air am­biant fi­ni­ra par col­ler aux pa­rois sou­mises à la conden­sa­tion gé­né­rale.

Mi­crobes et aca­riens

Le dé­ve­lop­pe­ment et la dif­fu­sion dans l’air de mi­crobes et d’aca­riens sont fa­ci­li­tés par l’air hu­mide.

Au bout d’un cer­tain temps, des cham­pi­gnons mi­cro­sco­piques se dé­ve­lop­pe­ront un peu par­tout, ren­dant votre ré­si­dence in­sa­lubre et dan­ge­reuse pour la san­té. En ef­fet, puisque la ré­si­dence se­ra en­va­hie par des spores, des toxines et des odeurs, l’ex­cès d’hu­mi­di­té en­gen­dre­ra in­évi­ta­ble­ment des troubles res­pi­ra­toires, des al­ler­gies et même des pro­blèmes ar­ti­cu­la­toires.

Afin de com­battre les pro­blèmes d’hu­mi­di­té, il faut adop­ter des stra­té­gies vi­sant à les pré­ve­nir. Il faut d’abord ré­duire la pro­duc­tion d’hu­mi­di­té en éli­mi­nant les sources, comme les fuites mi­neures, les in­fil­tra­tions d’eau et les hu­mi­di­fi­ca­teurs. En­suite, il faut maî­tri­ser la conden­sa­tion et l’éva­cuer. On doit donc main­te­nir un chauf­fage suf­fi­sant de cha­cune des pièces, sans pour au­tant les sur­chauf­fer. Aug­men­ter la ven­ti­la­tion est à prio­ri­ser, par- ti­cu­liè­re­ment dans les salles de bain et le sous-sol. Vous pou­vez éga­le­ment uti­li­ser un déshu­mi­di­fi­ca­teur qui vous ai­de­ra à re­ti­rer un sur­plus d’eau im­por­tant. Fi­na­le­ment, net­toyez les traces dues à la conden­sa­tion avec une éponge im­bi­bée d’une so­lu­tion à l’eau de Ja­vel, ça évi­te­ra la pro­li­fé­ra­tion de bac­té­ries.

Re­mon­tée ca­pil­laire

Lorsque l’eau re­monte par l’in­té­rieur du mur, ce que l’on ap­pelle une «re­mon­tée ca­pil­laire», des cloques peuvent se for­mer dans la pein­ture ou le pa­pier peint. Vous pou­vez les cre­ver pour en­le­ver un pos­sible ex­cé­dent d’eau, mais veillez à être pru­dent, sur­tout si ces cloques sont grosses ou au pla­fond.

En cas de pro­blème ma­jeur ou de re­mon­tée dans le so­lage, il faut re­te­nir les ser­vices d’un en­tre­pre­neur com­pé­tent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.