Tho­mas Mul­cair ap­puie les dé­marches de Saint-Hip­po­lyte

Red Pine - Pro­jet de mines dans les Lau­ren­tides

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Le chef ad­joint du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique, Tho­mas Mul­cair, ren­con­trait jeu­di ma­tin (21 avril), Bru­no Laroche, maire de Saint-Hip­po­lyte, ac­com­pa­gné par les can­di­dats NPD, Pierre Dionne La­belle et Marc-An­dré Mo­rin. Ob­jec­tif de la ren­contre : ap­puyer les dé­marches en vue d’em­pê­cher le pro­jet d’im­plan­ta­tion d’une mine de fer dans la mu­ni­ci­pa­li­té. Pour les re­pré­sen­tants du NPD tout pro­jet mi­nier doit pré­voir une ex­ploi­ta­tion du­rable des res­sources.

L’ex-mi­nistre de l’en­vi­ronnent connaît bien la ré­gion pour s’être im­pli­qué dans le dos­sier du parc des fa­laises dans Pré­vost, Pied­mont et Saint-Hip­po­lyte. Et parce que son fils, Mat­thew Mul­cair (SQ), de­meure à Pré­vost. D’ailleurs, son épouse Jas­mine Cô­té et leur pe­tite fille, Ju­liette Mul­cair, par­ti­ci­paient à la ren­contre.

Tho­mas Mul­cair, unique dé­pu­té néo-dé­mo­crate du Qué­bec a dé­cla­ré «Même si nous n’étions pas en pé­riode élec­to­rale, je se­rai ve­nu !» et ra­jou­tant «Je me tien­drais de­bout à la Chambre des com­munes.» Le dé­pu­té a mis l’em­phase sur le fait que les dé­ci­sions qui se­ront prises «vont af­fec­ter les gé­né­ra­tions à ve­nir » «Une grande part de notre éco­no­mie re­pose sur l’ex­trac­tion des res­sources na­tu­relles, mais toute ex­ploi­ta­tion doit res­pec­ter les col­lec­ti­vi­tés qui se­ront af­fec­tées par ses opé­ra­tions et ne doit pas nuire à la qua­li­té de l’en­vi­ron­ne­ment » « Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral au­ra à éva­luer l’im­pact de ce pro­jet. » Sur la ques­tion de l’en­jeu élec­to­ral Mul­cair a ré­pon­du que la vi­sion du NPD a tou­jours prio­ri­sé le dé­ve­lop­pe­ment du­rable.

«La nappe phréa­tique pour­rait être af­fec­tée sur une dis­tance de 7 km,» Pierre Dionne La­belle

Le can­di­dat Pierre Dionne La­belle, cir­cons­crip­tion Ri­vière-du-Nord a in­sis­té sur le fait que se sont les ci­toyens de Saint-Hip­po­lyte qui doivent dé­ci­der du type de dé­ve­lop­pe­ment du­rable sur leur ter­ri­toire : « La mu­ni­ci­pa­li­té compte 62 lacs, de nom­breux ruis­seaux et ri­vières. L’ex­ploi­ta­tion d’une mine fait cou­rir des risques dé­me­su­rés au fra­gile équi­libre éco­logue du mi­lieu. La nappe phréa­tique pour­rait être af­fec­tée sur une dis­tance de 7 km.»

Marc-An­dré Mo­rin, dé­nonce le com­por­te­ment dé­lin­quant des mi­nières à la suite de l’ex­ploi­ta­tion d’un site

Marc-An­dré Mo­rin, can­di­dat NPD, cir­cons­crip­tion Lau­ren­tides-La­belle dé­nonce le com­por­te­ment dé­lin­quant des mi­nières à la suite de l’ex­ploi­ta­tion d’un site. Et ra­joute : «Pour la com­pa­gnie, ce sont de pe­tits gi­se­ments payants. Ici, nous ne sommes pas au fond du bois, mais juste à cô­té des in­fra­struc­tures né­ces­saires pour l’ex­ploi­ta­tion.»

Le pro­jet Red Pine, en­core à l’étape de l’ex­plo­ra­tion vise à ex­traire un gi­se­ment de 60 mil­lions de tonnes de fer. Outre le creu­sage d’une mine à ciel ou­vert de deux ki­lo­mètres de dia­mètre l’acha­lan­dage ac­cru de trans­port lourd, le bruit, les pous­sières, le dy­na­mi­tage, les ré­si­dus mi­niers, des in­con­vé­nients ma­jeurs il faut consi­dé­rer la perte éco­no­mique su­bit par la ré­gion, le mar­ché im­mo­bi­lier est dé­jà stag­nant, ici à Saint-Hip­po­lyte. «Nous avons une épée de Da­mo­clès au-des­sus de notre tête, dé­nonce Ma­thieu Meu­nier » (Non aux mines à Saint-Hip­po­lyte)

De nou­veaux claims

Se­lon nos in­for­ma­tions, l’ex­plo­ra­tion dé­bu­te­rait dès mar­di ma­tin, au Lac Adair (Sainte-Hip­po­lyte) Nous ap­pre­nons éga­le­ment que, le 19 avril, de nou­veaux claims ont été at­tri­bués, tou­chant le ter­ri­toire de Mo­rin Heights et une par­tie de Saint-Adol­phed’Ho­ward. Les re­cherches au ni­veau du champ ma­gné­tique in­diquent que le ter­ri­toire s’étend lar­ge­ment dans les Lau­ren­tides.

De­puis 2000, le pro­cé­dé prin­ci­pal d’ac­qui­si­tion est la dé­si­gna­tion sur carte, ou « click and claim » qui per­met d’ac­qué­rir un claim à par­tir d’un site In­ter­net du gou­ver­ne­ment20. L’ob­ten­tion du claim est ex­trê­me­ment ai­sée, puisqu’à par­tir du mo­ment où le for­mu­laire de dé­si­gna­tion est rem­pli cor­rec­te­ment et où au­cun autre titre mi­nier n’existe sur le ter­rain convoi­té, le claim est ac­quis.

Se­cret de po­li­chi­nelle

Pré­sents à la ren­contre, Ma­thieu Meu­nier et son épouse Isa­belle, ex­pliquent être bien cons­cients que les re­tom­bées éco­no­miques sont les seuls ob­jec­tifs de la com­pa­gnie (hausse de sa va­leur bour­sière.) « C’est un se­cret de po­li­chi­nelle, dé­nonce Isa­belle. Par contre, pour ar­rê­ter l’im­plan­ta­tion, pour­quoi le gou­ver­ne­ment n’ap­plique pas l’ar­ticle 82* de la Loi sur les mines? »

D’après «Pour que le Qué­bec ait meilleure mine» cette pré­ro­ga­tive mi­nis­té­rielle ne semble que très ra­re­ment mise en oeuvre pour ne pas dé­cou­ra­ger les in­ves­tis­se­ments mi­niers

*Ar­ticle 82. Les mi­nistres du MRNF et du MDDEP peuvent, conjoin­te­ment ou in­di­vi­duel­le­ment, or­don­ner la ces­sa­tion des tra­vaux, s’ils le jugent né­ces­saire, afin de per­mettre l’uti­li­sa­tion du ter­ri­toire à des fins d’uti­li­té ou d’in­té­rêt pu­blic. Après une pé­riode de six mois d’in­ac­ti­vi­té mi­nière, si le mi­nistre juge que la ces­sa­tion des tra­vaux doit être main­te­nue, il peut pro­cé­der à l’ex­pro­pria­tion du titre mi­nier. La no­tion d’in­té­rêt pu­blic in­clut, entre autres, la créa­tion d’aires pro­té­gées et la pro­tec­tion de mi­lieux éco­lo­giques et cultu­rels va­lo­ri­sés.

Dans l’ordre sur la pho­to: Pierre Dionne La­belle, Tho­mas Mul­cair et sa pe­tite-fille Ju­liette, le maire Bru­no Laroche, Marc-An­dré Mo­rin et Jo­na­than Allard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.