Fo­rage Di­bar en­lève sa ma­chi­ne­rie

Une pre­mière vic­toire pour la coa­li­tion «Non aux mines dans les Lau­ren­tides »

Le Nord - - ACTUALITÉS -

La com­pa­gnie gas­pé­sienne Fo­rage Di­bar, res­pon­sable des tra­vaux d’ex­plo­ra­tion, man­da­tée par OnT­rack Ex­plo­ra­tion, a en­le­vé son équi­pe­ment du ter­ri­toire de fo­rage. Au mo­ment de mettre sous presse, l’en­tre­pre­neur était en négociations avec OnT­rack. Le pro­prié­taire, Eric Bar­riault, n’était pas en me­sure de nous dire si les tra­vaux de fo­rage conti­nue­ront ou pas. « OnT­rack nous a fait une pro­po­si­tion, nous en avons re­fait une, nous at­ten­dons. »

Ce qui est cer­tain c’est que mon­sieur Bar­riault ne conti­nue­ra pas de fo­rer dans ces condi­tions. «J’en ai as­sez vu. C’est du har­cè­le­ment. J’ai dit que je m’en al­lais, et il y en­core des gens ici qui prennent des pho­tos. Je suis un jeune en­tre­pre­neur, j’ai si­gné un contrat qui al­lait de 300 000 $ à 500 000 $. J’ai ame­né une di­zaine d’em­ployés, mais je ne veux pas tra­vailler dans ces condi­tions,» nous ex­plique Eric Bar­riault, au mo­ment-même où il sor­tait la «drille» du ter­rain du che­min du Lac Pi­lon. «Je ne com­prends pas les gens d’ici. En Gaspésie, à Grande-Val­lée, tout le monde vou­lait l’avoir, la mine. Ça fait tour­ner l’éco­no­mie. Pen­sez au die­sel, aux res­tau­rants, aux hô­tels (on est ici de­puis une se­maine). En plus, je fais tou­jours tra­vailler les gens du coin. Non, je ne conti­nue­rai pas à tra­vailler en me fai­sant re­gar­der comme un ban­dit, et avec la po­lice à chaque fois que je change de place pour faire un fo­rage,» af­firme l’en­tre­pre­neur. «Je reste sym­pa­thique, mais je trouve tout ça ri­di­cule. J’ai pris ce contrat de deux mois en pen­sant réus­sir. Les gens ici ne re­gardent pas l’éco­no­mie. » Sa ma­chi­ne­rie se­ra en­tre­po­sée, dans la cour de Pa­vage Ste-Adèle, le temps des négociations.

Mon­sieur Paul Wil­son, porte-pa­role d’OnT­rack Ex­plo­ra­tion n’a pas re­tour­né nos ap­pels.

Une ba­taille ga­gnée pour «Non aux mines dans les Lau­ren­tides »

Pour la coa­li­tion «Non aux mines dans les Lau­ren­tides », c’est une vic­toire, consé­quence de leur pre­mière dé­marche, le ras­sem­ble­ment sur le Che­min du Lac Pi­lon à Sainte-Adèle. Ven­dre­di 22 avril, une ving­taine de ci­toyens de Saint-Hip­po­lyte, Sainte-Adèle et Sain­teMar­gue­rite, fai­sait la dé­mons­tra­tion de leur désac­cord en em­pê­chant l’ac­cès à de la ma­chi­ne­rie de fo­rage. La po­lice de Sain­teA­dèle a été ap­pe­lée sur les lieux, mais la ma­ni­fes­ta­tion s’est dé­rou­lée pa­ci­fi­que­ment et dans le res­pect.

«Il s’agit d’une pe­tite vic­toire, mais nous dé­bu­te­rons les cé­lé­bra­tions lorsque la com­pa­gnie Pa­ci­fic Arc Res­sources Ltd nous au­ra fait par­ve­nir par écrit une lettre nous si­gni­fiant clai­re­ment son re­trait et l’aban­don to­tal des tra­vaux sur notre sec­teur» pré­cise Ma­thieu Meu­nier, le chef de la coa­li­tion. «De plus, nous pour­rons dire que notre ob­jec­tif est at­teint seule­ment lorsque le gou­ver­ne­ment du Qué­bec au­ra chan­gé et mo­di­fié sa vé­tuste loi sur les mines. Res­tons vi­gi­lants mal­gré cette bonne nou­velle,» af­firme-t-il.

Le maire de Saint-Hip­po­lyte est très fier de ses ci­toyens

«Je suis très content. C’est une belle dé­mons­tra­tion du pou­voir de mo­bi­li­sa­tion. J’ose es­pé­rer qu’ils au­ront pris bonne note du mes­sage. Je suis ex­trê­me­ment fier des ci­toyens de Saint-Hip­po­lyte C’est un beau suc­cès de groupe, » a dé­cla­ré la maire de SaintHip­po­lyte, Bru­no Laroche.

«Mais ce n’est pas ter­mi­né pour au­tant. La com­pa­gnie de fo­rage s’en va, mais ils peuvent en en­ga­ger une autre.»

La com­pa­gnie OnT­rack Ex­plo­ra­tion et Pa­ci­fic Arc Res­sources ont en ef­fet deux pos­si­bi­li­tés : soit elles en­gagent une nou­velle com­pa­gnie de fo­rage ou elles quittent la ré­gion à cause de la forte op­po­si­tion ma­ni­fes­tée par les ré­si­dants.

Pro­chaine étape pour Bru­no Laroche : il pré­sen­te­ra le dos­sier aux as­sises de L’UMQ, qui

au­ront lieu, à Qué­bec, du 5 au 7 mai pro­chain.

Des claims sous la sta­tion de ski Mont Saint-Sau­veur

Fayaz Ya­koub, le pro­prié­taire d’OnT­rack Ex­plo­ra­tion dé­tient de nou­veaux claims à Mo­rin Height et à Ivry-sur-le-Lac. Le maire de Mo­rinHeights, Tim Wat­chorn, nous ex­plique qu’il a ap­pris l’exis­tence de ces nou­veaux claims la se­maine pas­sée. « À ce jour, nous n’avons pas connais­sance que des gens aient été ap­pro­chés par la com­pa­gnie,» nous in­forme-t-il. «Et nous sommes contre toute ex­ploi­ta­tion mi­nière sur notre ter­ri­toire.»

En fai­sant des vé­ri­fi­ca­tions, mar­di ma­tin, le maire de Mo­rin-Heights dit avoir dé­cou­vert que la ma­jo­ri­té des claims tou­chait la sta­tion de ski de Mont Saint-Sau­veur « J’ai ap­pe­lé le pro­prié­taire, Louis Du­four. Il n’a pas été ap­pro­ché et ne si­gne­ra rien,» ré­vèle M. Wat­chorn. Le maire pré­voit pas­ser une ré­so­lu­tion si­mi­laire à celle des trois autres mu­ni­ci­pa­li­tés, lors de la pro­chaine séance du con­seil. « J’ai per­son­nel­le­ment si­gné la pé­ti­tion ain­si que tous les membres de mon con­seil. Les maires des ter­ri­toires des Pays-d’en­Haut sont una­ni­me­ment contre le pro­jet,» af­firme le maire de Mo­rin-Heights.

Plus de dé­tails sur notre www.jour­nal­le­nord.com.

site web

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.