«Je ne pou­vais pas me battre contre une telle vague…»

Une dé­faite dif­fi­cile à en­cais­ser après 17 ans

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

« Je ne m’at­ten­dais vrai­ment pas à ce­la. J’ai don­né 17 ans et de­mi de ma vie comme dé­pu­tée. Les élec­teurs ont fait un choix. C’est ça la dé­mo­cra­tie… » ana­lyse Mme Mo­nique Guay avec de l’émo­tion dans la voix. Lun­di soir der­nier, Mme Guay a su­bi la dé­faite pour la pre­mière de­puis son en­trée à la Chambre des com­munes en 1993 comme re­pré­sen­tante du Bloc qué­bé­cois.

Comme plu­sieurs de ses col­lègues blo­quistes, elle a été em­por­tée par la vague orange du NPD et a per­du aux mains du nou­veau dé­pu­té du com­té Ri­vière-du-Nord, M. Pierre Dionne La­belle.

Au cu­mu­la­tif ( 252/ 252 bu­reaux) Pierre Dionne La­belle a ré­col­té 29 603 voix (55.1%), 15 105 (28%) pour Mo­nique Guay, 4 665 ( 8,7%) pour Syl­vain Char­ron du Par­ti conser­va­teur, 3 400 ( 6,3%) pour Jo­na­than Ju­teau du Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da et 981 ( 1,8%) pour Re­né Piché du Par­ti vert.

Le taux de par­ti­ci­pa­tion a été de 59,5 %.

En­core ap­pré­ciée

Mal­gré un ver­dict sans équi­voque, Mo­nique Guay ne prend sur­tout pas la dé­faite au ni­veau per­son­nel.

« Pas du tout… » ré­pond-t-elle quand le re­pré­sen­tant du Jour­nal Le Nord lui pose la ques­tion en ce sens. « Je suis en­core ap­pré­ciée dans mon com­té. Je suis per­sua­dée que, de­main ma­tin, je pour­rais me pro­me­ner dans le com­té et que les gens vien­draient à moi. La réa­li­té, c’est que je ne pou­vais pas me battre contre une telle vague. Mal­gré tout, je suis fière de ma cam­pagne et je suis fière de ce que j’ai ac­com­pli comme dé­pu­tée de­puis 1993. Main­te­nant, la vie conti­nue…»

Des sug­ges­tions à faire

Quant à sa­voir ce que lui ré­serve l’ave­nir, Mo­nique Guay en­tend se don­ner du temps pour dé­ci­der de la suite des choses.

« Je veux en dis­cu­ter avec mes deux en­fants qui sont de­ve­nus des adultes. Je les ai beau­coup pri­vés de ma pré­sence au cours des 17 der­nières an­nées. Ils ont payé le prix d’avoir une mère dé­pu­tée. Nous al­lons avoir une conver­sa­tion en fa­mille. Je ne suis pas dé­pour­vue. J’ai de l’ex­pé­rience dans bien des do­maines…»

Elle s’at­tend éga­le­ment à avoir une ren­contre avec les can­di­dats dé­faits du Bloc qué­bé­cois.

« Nous al­lons nous ren­con­trer et voir ce que le par­ti pro­pose. Pour ma part, j’au­rai des grosses sug­ges­tions à faire. Il est bien clair qu’on ne peut plus faire cam­pagne comme avant. Il faut al­ler voir les gens et ren­con­trer toutes les couches de la so­cié­té » de dire Mo­nique Guay.

Lun­di soir, Mo­nique Guay en­cais­sait le mieux pos­sible la dé­faite, en­tou­rée de ses deux en­fants et de ses par­ti­sans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.