Marc Gas­con ri­poste à Da­niel Pi­cotte

Re­por­tage à Ra­dio-ca­na­da

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

«M.Pi­cotte ment ef­fron­té­ment et ses ver­sions changent d’une se­maine à l’autre! Même nos ser­vices, Pro­tec­tion des in­cen­dies, Ur­ba­nismes et Tra­vaux pu­blics ne se fient plus à sa pa­role et exigent de sa part des en­ga­ge­ments écrits de se confor­mer aux Lois et rè­gle­ments! C’est tout dire! … Je soup­çonne M. Pi­cotte de fa­bri­quer des preuves et de fal­si­fier ses fac­tures! » cla­mait Marc Gas­con, dans un com­mu­ni­qué re­mis aux re­pré­sen­tants de la presse ré­gio­nale au mo­ment d’un point de presse te­nu en fin d’après-mi­di mer­cre­di au bu­reau du maire de Saint-Jé­rôme.

Le pre­mier ma­gis­trat ré­agis­sait ain­si à un re­por­tage du jour­na­liste Pierre Du­chesne dif­fu­sé sur les ondes de Ra­dio-Ca­na­da mar­di soir (http://www.ra­dio-ca­na­da.ca/regions/Montreal/2011/06/28/005-st­jerpme-do­cu­ment-res­tau­ra­teur.shtml) au cours du­quel le pro­prié­taire de La Ca­ra­velle, Da­niel Pi­cotte, re­ve­nait sur le dos­sier d’une fac­ture re­la­tive à la soi­rée du 6 no­vembre 2005 au cours de la­quelle les membres de l’Al­liance des ci­toyens et ci­toyennes de Saint-Jé­rôme (le par­ti du maire Gas­con) et leurs sup­por­teurs se sont re­trou­vés à La Ca­ra­velle pour cé­lé­brer la vic­toire aux élec­tions mu­ni­ci­pales te­nues le jour même.

Pas im­pres­sion­né

De plus, Marc Gas­con se dé­cla­rait « pas im­pres­sion­né » par le re­por­tage de Ra­dio-Ca­na­da « où le res­tau­ra­teur ex­hibe une fac­ture de plus de 8 000 $ qui n’au­rait pas été ac­quit­tée en échange d’un per­mis de construc­tion ».

«Pour com­men­cer, il n’y a ja­mais eu de per­mis de construc­tion d’émis à cette époque par la Ville pour ses tra­vaux sur l’im­meuble ( NDLR: on a cor­ri­gé le tir par la suite, par la voie de Jean-Pierre La­brie, ad­joint exé­cu­tif du maire Marc Gas­con, qui écri­vait que «un per­mis pour une dalle non struc­tu­rale a été émis (en­core une fois après que les tra­vaux aient été ef­fec­tués), per­mis qui a été émis sans au­cune in­ter­ven­tion du maire et ne concer­nait pas l’agran­dis­se­ment» ). Deuxiè­me­ment, pour par­ler de la soi­rée élec­to­rale, je vous rap­pelle que les bu­reaux de vo­ta­tion ferment à 20 H et que nos bé­né­voles se re­groupent après le dé­pouille­ment vers 21 H 30. Nous n’avons ja­mais eu de re­pas à cette heure-là. Les jour­na­listes qui étaient pré­sents peuvent en té­moi­gner et les pho­tos prises ce soir-là sont là pour le prou­ver éga­le­ment. En troi­sième lieu, je dé­pose la fac­ture ori­gi­nale et le chèque consé­quent».

Sur ce, Marc Gas­con a pré­sen­té aux jour­na­listes pré­sents au point de presse, l’ori­gi­nal d’une fac­ture au mon­tant de 2 034. 30 $ ain­si qu’un chèque émis par L’Al­liance des ci­toyens et des ci­toyennes de Saint-Jé­rôme pour le même mon­tant.

De plus, le maire di­sait s’in­ter­ro­ger sur ce qu’il consi­dè­rait comme ce qui lui ap­pa­raît comme une « bi­zar­re­rie ».

« Com­ment pou­vons-nous avoir une fac­ture por­tant le nu­mé­ro 8121 au mon­tant de 2 034 $ pour de la mar­chan­dise, alors que le pro­prié­taire de la Ca­ra­velle pré­sente à Pierre Du­chesne une fac­ture de plus de 8 000 $ pour la même date, soit le 6 no­vembre, mais por­tant le nu­mé­ro 8080? Il y a quelques se­maines, M. Pi­cotte ju­rait avoir en main la fac­ture d’une ac­ti­vi­té te­nue le 12 no­vem- bre. Une bi­zar­re­rie de plus! Le fisc de­vrait je­ter un coup d’oeil là-des­sus » no­tait Marc Gas­con.

En outre, « un jour, le ci­toyen Pi­cotte at­teste que sa salle ne peut pas conte­nir 500 per­sonnes, mais un maxi­mum de 200 per­sonnes (Voir l’ar­ticle d’Hen­ri Pré­vost du sa­me­di 2 avril 2011). Quelques se­maines plus tard, il af­firme avoir ser­vi 346 re­pas pour 346 per­sonnes! En­core une nou­velle ver­sion! ».

Bou­gie

Par ailleurs, le maire Gas­con a aus­si te­nu à ap­por­ter une pré­ci­sion concer­nant une quel­conque im­pli­ca­tion du conseiller Ber­nard Bou­gie dans le dos­sier. Il parle ici d’« une confu­sion vo­lon­taire? »

« Le conseiller M.Ber­nard Bou­gie, le 6 no­vembre 2005, il en était à sa pre­mière élec­tion et il n’avait au­cune res­pon­sa­bi­li­té ad­mi­nis­tra­tive dans le par­ti ».

« Par contre, M.Bou­gie a ren­con­tré M.Pi­cotte vers le dé­but du mois de no­vembre 2005 non pas pour une ac­ti­vi­té po­li­tique, mais bien pour les en­fants, dans le cadre d’une ac­ti­vi­té du Club Op­ti­miste ».

À ce su­jet, on a trans­mis aux jour­na­listes un pro­cès-ver­bal du 16 no­vembre 2005 du Club Op­ti­miste, où étaient pré­sents 13 bé­né­voles et où l’on peut y lire au rap­port des co­mi­tés au point 5 H): « L’ac­ti­vi­té au­ra lieu à la salle La Ca­ra­velle et mon­sieur Pi­cotte, pro­prié­taire, as­su­me­ra en­tiè­re­ment le coût du re­pas chaud qui se­ra of­fert aux en­fants par­ti­ci­pants et à leurs pa­rents ».

Et M.Bou­gie de dire : « Je n’ai ja­mais ren­con­tré M. Pi­cotte pour une af­faire de fac­ture et de ter­rasse. Il ment, il en­tre­tient la confu­sion entre les dos­siers Op­ti­mistes et ceux de la Ville. Je le somme de se ré­trac­ter, de s’ex­cu­ser et de dire la vé­ri­té. Il s’en prend à moi pour se ven­ger et ce n’est pas cor­rect de faire ce­la ».

Le maire re­vient par la suite sur le re­por­tage dif­fu­sé hier soir en di­sant re­je­ter « le conte­nu et tous les té­moi­gnages im­pro­vi­sés du re­por­tage ».

« On y voit un em­ployé qui se nomme sans qu’on puisse le voir, MAIS qui pas­sait par là en ten­dant l’oreille. Sa femme, ac­com­pa­gnée de la comp­table, était sup­po­sé­ment aus­si dans le bu­reau. Fi­na­le­ment, est-ce que M. Pi­cotte est tout à fait cer­tain qu’il n’y avait per­sonne d’autre dans le bu­reau? Un cou­sin éloi­gné peut-être? Nous ver­rons pro­ba­ble­ment la suite de la sé­rie Du­chesne nous in­forme la se­maine pro­chaine! » com­mente le maire.

Pho­to My­chel La­pointe

Le conseiller Ber­nard Bou­gie et le maire Marc Gas­con ex­hibent ici la fac­ture re­la­tive à la soi­rée du 6 no­vembre 2005, ain­si que le chèque émis par l’Al­liance des ci­toyens et ci­toyennes de Saint-Jé­rôme pour ac­quit­ter la­dite fac­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.