«Pour­quoi ne pas l’avoir fait avant?» – Alain Lan­glois

Consul­ter les ci­toyens sur les fi­nances

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

En ré­ponse à l’an­nonce des sept conseillers in­dé­pen­dants de mettre en place une consul­ta­tion pu­blique sur l’uti­li­sa­tion de l’im­por­tant sur­plus bud­gé­taire, Alain Lan­glois, conseiller sous la ban­nière Vi­sion Saint-Jé­rôme, se dit «vrai­ment sur­pris de la sor­tie pu­blique im­pro­vi­sée de sept conseillers mu­ni­ci­paux ».

«J’uti­lise l’ex­pres­sion « im­pro­vi­sée» puisqu’ils mettent sur pied le Mou­ve­ment pour une ges­tion fi­nan­cière mu­ni­ci­pale trans­pa­rente. Tout d’un coup, après avoir vo­té à plu­sieurs re­prises pour des hausses de taxes de fa­çon à égor­ger les contri­buables, ces sept conseillers, dont la ma­jo­ri­té est au con­seil de­puis plus d’un man­dat, sont prêts à écou­ter la population. Pire en­core, ils veulent même leur opi­nion. Pour­quoi vou­loir leur opi­nion quand ils ne l’ont ja­mais vou­lue? Ça res­semble étran­ge­ment à de l’op­por­tu­nisme », s’in­surge Alain Lan­glois. En ajou­tant, «Quand ils étaient col­lés au maire et qu’on les in­ter­ro­geait sur des ques­tions de base sur les fi­nances de la ville, ils étaient in­ca­pables de ré­pondre »

Une dé­marche louable, mais qui vient trop tard

Le conseiller consi­dère ce­pen­dant que leur dé­marche est louable. Et fait re­mar­quer que Vi­sion Saint-Jé­rôme a été fon­dé à la suite de nom­breuses consul­ta­tions au­près des ci­toyens. «Le pro­blème de cette dé­marche des conseillers, c’est que cette consul­ta­tion vient au moins cinq ans trop tard. Pour­quoi tout à coup, après avoir quit­té l’em­prise du maire, ces conseillers sont-ils prêts à écou­ter ceux qui les ont élus? Je rap­pelle qu’il est un peu tard. SaintJé­rôme est la plus en­det­tée des 25 plus grandes villes du Qué­bec », dé­nonce le conseiller.

« Il faut re­tour­ner une par­tie de ces sur­plus aux ci­toyens»

Vi­sion Saint-Jé­rôme main­tient le fait qu’il faut re­tour­ner une par­tie de ces sur­plus aux ci­toyens avec un mi­ni­mum de 6,7 mil­lions de dol­lars et pré­co­nise de mettre sur pied une com­mis­sion des fi­nances mu­ni­ci­pales, dès le re­tour des va­cances.

Pour ter­mi­ner, Alain Lan­glois avoue que toute l’équipe de Vi­sion Saint-Jé­rôme «n’est pas peu fière de voir des conseillers faire des sorties pu­bliques du genre avec en toile de fond la trans­pa­rence et la saine ges­tion des fi­nances pu­bliques ».

« Je rap­pelle que lors de sa fon­da­tion en no­vembre der­nier, Vi­sion Saint-Jé­rôme a tou­jours prô­né une saine ges­tion des fi­nances et la trans­pa­rence ».

Pas de com­men­taire du maire Gas­con

Re­joint par té­lé­phone, le bu­reau du maire nous in­forme que Marc Gas­con ne fe­ra pas de com­men­taire concer­nant l’an­nonce des sept conseillers in­dé­pen­dants.

Pho­to Fran­çoise Le Guen

Alain Lan­glois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.