«J’en­ten­dais des ex­plo­sions der­rière moi, on cou­rait…»

Col­li­sion fron­tale entre un poids lourd et une voi­ture sur la 50

Le Nord - - LE PATROUILLEUR - Ri­chard Pas­cone

Un ac­ci­dent ma­jeur s’est pro­duit mer­cre­di, sur l’au­to­route 50, à la hau­teur du ki­lo­mètre 269. Un poids lourd de 45 pieds, cir­cu­lant en di­rec­tion est, et une voi­ture, se di­ri­geant vers l’ouest, ont été im­pli­qués dans une col­li­sion fron­tale.

Le poids lourd a pris feu et a été com­plè­te­ment dé­truit, alors que les pinces de dés­in­car­cé­ra­tion ont été né­ces­saires pour dé­ga­ger le conduc­teur de l’automobile, sec­tion­née en deux par­ties. Le chauf­feur du ca­mion s’est est ti­ré avec un choc ner­veux, mais l’homme de 28 ans de Ter­re­bonne au vo­lant de la voi­ture a per­du la vie.

Elle a tout vu

Lin­da Gi­guère a vu la scène de près: «Je sui­vais le ca­mion de­puis une quin­zaine de mi­nutes. Il rou­lait à une vi­tesse nor­male, 98 ou 100 km/h. Tout à coup, mon ex-ma­ri et moi avons en­ten­du un boom! On a vu une grosse bou­cane noire et la voi­ture rouge lon­ger le ca­mion vers nous. Il m’a aus­si­tôt dit “ tasse-toi! Sor­tons, on va se faire tuer!” et j’ai pris le fos­sé. Si je n’avais pas été dans le fos­sé, on ne par­le­rait pas au­jourd’hui» sou­ligne-t-elle au cours d’une conver­sa­tion té­lé­pho­nique avec le Jour­nal Le Nord.

Prise de pa­nique, Mme Gi­guère passe en­suite en mode sur­vie: « J’en­ten­dais des ex­plo­sions der­rière moi, on cou­rait, on se sau­vait. Le ca­mion a ex­plo­sé plu­sieurs fois. J’ai crié à quel­qu’un d’ap­pe­ler les se­cours et je me suis di­ri­gé vers l’au­to rouge. Mon ex-ma­ri a pro­di­gué les pre­miers soins à la vic­time; on lui te­nait la main, on lui di­sait qu’il n’était pas seul, que l’am­bu­lance ar­ri­vait, de ne pas s’en al­ler, de res­ter là. Il y a avait un siège de bé­bé à l’ar­rière, mais on ne sa­vait pas s’il avait été pro­je­té à l’ex­té­rieur. On a ap­pris plus tard qu’il était al­lé por­ter son en­fant à la gar­de­rie. » Et Mme Gi­guère de pour­suivre: « Le conduc­teur du ca­mion a cou­ru vers nous. Il pleu­rait, il di­sait qu’il ve­nait de tuer quel­qu’un. Je lui ai dit “non tu l’as pas tué!”. Il ne rou­lait vrai­ment pas vite et n’a pas fait de fausse ma­noeuvre. Sa ca­bine s’est com­plè­te­ment ren­ver­sée sur le cô­té. C’est un mi­racle qu’il soit en vie…» ra­conte-t-elle.

Fer­me­ture de l’au­to­route 50

L’ac­ci­dent a pro­vo­qué la fer­me­ture de l’au­to­route 50 dans les deux di­rec­tions de 14h00 à 1h00 dans ce sec­teur.

Une en­quête a été ou­verte par la Sû­re­té du Qué­bec. « On ne peut s’avan­cer pour l’ins­tant, mais on peut dire qu’il y a eu un chan­ge­ment de voie de la part du conduc­teur de la voi­ture. On ignore ce­pen­dant la rai­son de cette dé­ci­sion », a dé­cla­ré le ser­gent Éric Gignac de la Sû­re­té du Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.