Juliette St-jean réa­lise son rêve

Et fait le lan­ce­ment de son autobiographie

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

« Ce livre vient de très loin, ma mère ne sa­vait ni lire, ni écrire et a tou­jours dit : si je sa­vais écrire, j’écri­rais tout ce qui se passe, » nous confie en en­tre­vue Juliette St-Jean. Écrire, elle l’a fait, et pro­cé­dé au lan­ce­ment de son autobiographie, le 28 août der­nier, à la Ré­si­dence La No­blesse, en pré­sence de plus de 500 per­sonnes, amis, fa­mille, ré­si­dents. Tout le monde a mis la main à la pâte pour faire de cet évé­ne­ment une réus­site, un mo­ment que Juliette n’est pas près d’ou­blier !

« Ce que je vous offre, c’est un tes­ta­ment cul­tu­rel, un livre fa­mi­lial ou­vert sur toutes les étapes de ma vie !» té­moigne Juliette. Il au­ra fal­lu quatre an­nées pour que ce livre «Le mi­roir de Ju­lie» voit le jour. Quatre an­nées et le tra­vail as­si­du de Juliette, de sa fille Agathe St-Jean et de sa nièce Luce La­belle. Un pro­jet qui les au­ra rap­pro­chées et au­ra dé­ve­lop­pé entre elles un grand sen­ti­ment de com­pli­ci­té. Un livre qui au­ra ras­sem­blé toute la fa­mille. Un té­moi­gnage d’amour à tous ses proches. « C’est in­croyable! Deux per­sonnes en ont réuni plus de 80,» s’ex­clame sa fille, Agathe. Très at­ten­tion­née et ai­mante, Juliette a aus­si pu­blié des textes de ses 27 pe­tits en­fants à la fin de son livre. « Un pe­tit mot pour grand-ma­man! »

Juliette a tou­jours écrit

Il y a long­temps que Juliette écrit, par­tout, sur des bouts de pa­pier, au cam­ping, même sur des écorces de bou­leau.« Et je fais du scrap­boo­king - son autre pas­sion-. Je garde tout dans un coffre de cèdre, » nous ra­conte Juliette, qui a dé­jà of­fert des al­bums à tous ses en­fants. «Je me suis dit : si je peux faire ça, je suis ca­pable d’al­ler plus loin et d’écrire un livre.» Son livre, pu­blié à compte d’au­teur, parle de sa vie jus­qu’en 1987, l’an­née où elle s’est re­ma­riée. « Ce livre a été une grosse thé­ra­pie pour moi,» nous dit-elle.

Juliette St-Jean adore la lec­ture même avec sa troi­sième an­née d’étude. « Vous voyez, avec tous mes livres, je suis al­lée à l’école pri­vée et le pro­fes­seur, c’était moi !”, dit-elle non sans hu­mour.

Tout un contrat

«Écrire, c’est tout un contrat. Le livre, je l’ai ré­écrit deux, trois fois. Et je n’ai pas cru que le l’avais fait tant que je n’ai pas vu le livre!» dé­voi­let-elle. Il lui res­te­ra en­core à par­ta­ger avec les siens des re­cueils de poèmes et de pen­sées. Et un nou­veau pro­jet, un autre rêve, ce­lui d’en­sei­gner le scrap­boo­king. «Main­te­nant c’est une nou­velle vie pour moi,» nous confie Juliette, qui, à 85 ans, pense en­core à faire des voyages. Elle en or­ga­nise

«J’écris ma vie»

Juliette St-Jean dé­ci­dait de réa­li­ser son grand rêve et ce­lui de sa mère en l’an 2000 en sui­vant des cours «J’écris ma vie» de l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke, don­nés par Do­nald Lan­thier. À 85 ans, ce qu’elle offre aux siens, c’est un tes­ta­ment cul­tu­rel, un livre fa­mi­lial ou­vert sur toutes les étapes de sa vie : « Écrire, c’est ce qui me per­met d’être moi-même, ca­chée der­rière l’autre. Les gens écrivent et agissent pour leur rai­son et non pour les autres. Tout ce que j’écris, je l’ai cou­ché sur ce pa­pier, non pas pour dor­mir, mais pour qu’il reste vi­vant dans notre mé­moire et long­temps. La mé­moire est une fa­cul­té qui ou­blie. Il y a tant de se­crets en­fouis en nous ; ce­la se­rait très re­gret­table et bien dom­mage de ne pas les dé­voi­ler. » Pour l’achat de livre contac­tez Agathe St-Jean au 450-436-6132 ou Juliette St-Jean au 450-436-6316.

Juliette et Jean-Pierre Coal­lier, qui l’avait in­ci­tée à écrire un livre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.