Ab­sences ré­pé­tées du conseiller Rou­leau

Des ci­toyens de Saint-co­lom­ban ques­tionnent

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Les ab­sences à ré­pé­ti­tion, pour va­cances, du conseiller de Saint-Co­lom­ban Sté­phane Rou­leau, 52 jours cet hi­ver, en jan­vier et fé­vrier, de même qu’un congé de 21 jours au mois d’août, sans perte de trai­te­ment, pré­oc­cupent des ci­toyens.

Jean Du­mais, an­cien conseiller mu­ni­ci­pal de Saint-Co­lom­ban, a été le pre­mier à ques­tion­ner le maire et le conseil lors de l’as­sem­blée mu­ni­ci­pale du 13 sep­tembre. « Al­lez-vous conti­nuer à tou­cher des al­lo­ca­tions? de­mande Jean Du­mais à Sté­phane Rou­leau. Comment peut-on re­pré­sen­ter ses ci­toyens quand on part si sou­vent? Mon­sieur Rou­leau a des choix à faire,» dé­nonce Du­mais.

« Les gens sont en contact avec moi se dé­fend le conseiller Rou­leau. C’est mon choix. Je tra­vaille fort. D’ailleurs, je vais bien­tôt pré­sen­ter un bi­lan de mon tra­vail.»

«Vous n’êtes pas là!»

Mon­sieur Le­duc, autre ci­toyen mé­con­tent, ac­cuse : «Vous n’êtes pas là! Vous ne pou­vez pas être en contact avec les gens ». « On peut me re­joindre,» ré­pond le conseiller. Et j’ai deux dé­par­te­ments as­sez gros, ce qui jus­ti­fie mes va­cances. » An­dré Sau­vé, autre ré­si­dant de Saint-Co­lom­ban ques­tionne lui aus­si « Com- ment peut-on res­ter en contact alors que vous êtes en Thaï­lande? J’ai du mal à le croire. » Pour la ques­tion du sa­laire, pour An­dré Sau­vé, il y a une dif­fé­rence entre «al­ler se­lon la loi et se­lon l’éthique mo­rale ». « Dans les en­tre­prises les gens prennent des congés sans solde. » Après une in­ter­ven­tion de ci­toyens à la séance du conseil du mois de fé­vrier der­nier, M. Rou­leau avait été cou­pé de 1 % de ses al­lo­ca­tions pour les mois de jan­vier et fé­vrier. D’après Jean Du­mais le conseiller Rou­leau, même s’il as­sure conti­nuer à ef­fec­tuer son tra­vail, perd de vue son de­voir

« Je ne fe­rai pas de com­men­taires» - Jacques La­brosse

Concer­nant les ab­sences à ré­pé­ti­tion, pour va­cances, du conseiller de Saint-Co­lom­ban, Sté­phane Rou­leau, le maire de Saint-Co­lom­ban ne fe­ra pas de com­men­taires. « Je suis très mal pla­cé pour com­men­ter, c’est moi qui suis al­lé le cher­cher,» nous ré­pond le maire de Saint-Co­lom­ban en en­tre­vue té­lé­pho­nique. « Ça fait main­te­nant deux ans qu’il fait par­tie de notre équipe, le Re­nou­veau de Saint-Co­lom­ban. Il a été élu. De plus, M. Rou­leau est ma­jeur et vac­ci­né!»

Mon­sieur La­brosse nous in­forme qu’il n’a pas eu de dis­cus­sion avec le conseiller après le conseil mu­ni­ci­pal d’hier soir. « Dans la Loi sur les ci­tés et villes, il faut 90 jours d’ab­sences consé­cu­tifs et une ab­sence à trois séances du conseil pour qu’un conseiller soit dé­chu. Ce n’est pas son cas. On ne peut rien faire. »

« Je tiens aus­si à dire que, lors­qu’il est ici, Sté­phane Rou­leau tra­vaille fort. Sur­tout pour le co­mi­té des fi­nances, à par­tir du mois de no­vembre.» Le maire La­brosse nous confirme que le conseiller était en Thaï­lande lors de ses ab­sences cet hi­ver. « La pre­mière fois nous avons en­le­vé un pour­cen­tage de son al­lo­ca­tion.»

Sté­phane Rou­leau est conseiller du dis­trict 1. Ses res­pon­sa­bi­li­tés sont le co­mi­té des fi­nances; le co­mi­té des res­sources hu­maines et le co­mi­té de re­traite (sub­sti­tut).

Le conseiller Sté­phane Rou­leau.

Jean Du­mais ques­tionne le conseiller Rou­leau

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.