Un «pro­blème de confiance» à ré­gler, se­lon Fran­çois Le­gault

De­vant la Chambre de com­merce

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

« Il est dif­fi­cile ac­tuel­le­ment de faire de la po­li­tique au Qué­bec. Que ce soit au ni­veau mu­ni­ci­pal, pro­vin­cial ou fé­dé­ral. Les gens ont per­du leur confiance en­vers les dif­fé­rents pa­liers de gou­ver­ne­ment. On peut même par­ler de cy­nisme à l’égard des po­li­ti­ciens. Tant qu’on n’au­ra pas ré­glé ce pro­blème de confiance, il se­ra dif­fi­cile de conti­nuer à avan­cer » di­sait mar­di mi­di M.Fran­çois Le­gault, lea­der de la Coa­li­tion pour l’ave­nir du Qué­bec.

M.Le­gault était alors confé­ren­cier in­vi­té à la tri­bune de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Saint-Jé­rôme. Le soir, il ren­con­trait les ci­toyens de la ré­gion des Lau­ren­tides dans le cadre d’une vaste consul­ta­tion qui le mène ac­tuel­le­ment aux quatre coins du Qué­bec.

Manque de com­pé­ti­tion

De plus, comment prendre la pa­role en pu­blic, sans faire état de la si­tua­tion dans le monde de la cons­truc­tion au Qué­bec. Pour Fran­çois Le­gault, les choses sont claires. « Il manque de com­pé­ti­tion dans cer­tains sec­teurs… » lance-t-il. « Il est clair quant à moi que ça prend une com­mis­sion d’en­quête. Pu­blique ou pri­vée? Il faut voir. Ce qui est clair, c’est qu’il faut trou­ver des cou­pables pour mieux com­prendre dans quel sys­tème nous sommes ren­dus. Il faut po­ser des gestes à court terme. On doit se don­ner des moyens pour que les cou­pables soient traduits de­vant les tri­bu­naux. Ça presse… À l’heure ac­tuelle, plu­sieurs en­tre­pre­neurs n’ont plus la cote. Mais on a be­soin des en­tre­pre­neurs pour l’ave­nir. Il faut qu’ils puissent re­trou­ver le sta­tut qu’ils avaient, il y a quelques an­nées ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.