Une per­sonne sur six se sent seule

Dans les Lau­ren­tides

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

Pou­vez ima­gi­ner que dans les Lau­ren­tides re­con­nue pour ses ma­gni­fiques lieux de vil­lé­gia­ture et ses mul­tiples oc­ca­sions d’ac­ti­vi­tés de plein air, une per­sonne sur six dé­clare souf­frir de so­li­tude et une per­sonne sur cinq a peu de dé­ve­lop­per une ma­la­die men­tale?

C’est pour­tant ce que ré­vèle les ré­sul­tats de la 3e édi­tion de l’en­quête Heb­dos Qué­bec/Lé­ger Mar­ke­ting «Dé­cou­vrez le vrai vi­sage du Qué­bec» réa­li­sée au­près de 29 016 Qué­bé­cois âgés de 18 ans et plus et me­née dans 150 lo­ca­li­tés, dont cer­taines des Lau­ren­tides.

Ain­si dans les Lau­ren­tides, nous disent les ré­sul­tats de l’étude, près d’une per­sonne sur six (15 %) a dit se sen­tir seule dans la vie, un ré­sul­tat iden­tique à l’en­semble du Qué­bec. Tou­te­fois, c’est dans le seg­ment des 18-29 ans (22 %) et des 30-39 ans (21 %) que l’on re­trouve la pro­por­tion la plus éle­vée de ré­pon­dants qui se sentent seuls dans la ré­gion.

Par­mi les lo­ca­li­tés où les gens se sentent le plus seuls, on re­trouve Saint-Sau­veur/Sain­teA­dèle/Sainte-Agathe à rai­son de 31 %. À l’op­po­sé, c’est à Sainte-Thé­rèse/Bois­briand avec un taux de 10 % que les gens se sentent les moins seuls dans la ré­gion.

Et sa­vez-vous quoi, l’In­ter­net qui per­met d’avoir la pla­nète au bout des doigts et de nous ou­vrir sur le monde, au­rait aus­si un ef­fet né­ga­tif pour cer­tains.

En fait 41 % des gens des Lau­ren­tides pensent que le fait de pas­ser beau­coup de temps sur In­ter­net contri­bue à les iso­ler de leur en­tou­rage. Un ré­sul­tat iden­tique à l’en­semble du Qué­bec. Les per­sonnes de 30-39 ans sont celles qui sont le plus d’ac­cord avec cette af­fir­ma­tion avec un taux de 54 % ( une per­sonne sur deux, de fa­çon concrète) et c’est à Saint-Sau­veur/Sain­teA­dèle/ Sainte-Agathe que ce pour­cen­tage est le plus éle­vé avec 53 %.

À l’op­po­sé, 21 % des ré­pon­dants des Lau­ren­tides consi­dèrent que le fait de pas­ser beau­coup de temps sur In­ter­net fa­ci­lite les re­la­tions in­ter­per­son­nelles avec leur en­tou­rage. En­core plus mar­quant, la ré­gion des Lau­ren­tides ar­rive au pre­mier rang au Qué­bec quand il est ques­tion d’éva­luer le mal de vivre à l’époque ac­tuelle.

En ef­fet, tou­jours se­lon l’étude, dans les Lau­ren­tides, 17 % des per­sonnes ont ré­pon­du avoir de la dif­fi­cul­té à vivre à l’époque ac­tuelle et ce taux est au pre­mier rang au Qué­bec, alors que la moyenne qué­bé­coise est de 13 %. C’est dans le seg­ment des 18-29 ans (24 %) et dans ce­lui des 30-39 ans (28 %) que l’on note les plus hauts ré­sul­tats. Dans l’ordre, les gens qui ont le plus de dif­fi­cul­té à vivre à l’époque ac­tuelle se re­trouvent dans les lo­ca­li­tés sui­vantes Mont-Lau­rier et SaintSau­veur/Sainte-Adèle/Val-Da­vid à rai­son de 21 % et Saint-Jé­rôme à 20 %. Par ailleurs, avec un si fort taux de mal de vivre, comment s’éton­ner que près d’une per­sonne sur cinq (21 %) vi­vant dans les Lau­ren­tides a peur de dé­ve­lop­per une ma­la­die men­tale au cours de sa vie?

Les gens ont peur de faire un burn-out (6 %) ou une dé­pres­sion (15 %).

Tou­te­fois, 14 % des ré­pon­dants de la ré­gion avouent se sen­tir à l’abri d’une telle éven­tua­li­té et 36 % af­firment de pas avoir peur de dé­ve­lop­per une ma­la­die men­tale.

C’est à Mont-Lau­rier où l’on re­trouve le plus bas taux de gens qui n’ont pas peur de dé­ve­lop­per une ma­la­die men­tale avec un taux de 20 %. Mais il y a aus­si des ré­sul­tats po­si­tifs dans l’étude d’Heb­dos Qué­bec.

Ain­si, ré­jouis­sons-nous du fait que, dans les Lau­ren­tides, 66 % des gens es­timent que la qua­li­té de leur re­la­tion de couple est bonne ou ex­cel­lente, un ré­sul­tat plus éle­vé que l’en­semble du Qué­bec (63 %). Dans les seg­ments des 30-39 ans et des 50-59 ans, ce pour­cen­tage monte à 69 %. C’est dans les lo­ca­li­tés de Saint-Eus­tache/ DeuxMon­tagnes que l’on en­re­gistre le plus haut taux avec 70 % et c’est à Mont-Trem­blant/ Saint-Faustin que ce­lui-ci est le plus bas avec un ré­sul­tat de 58 %.

Pour cette troi­sième édi­tion, le sondage a été ef­fec­tué par In­ter­net et la col­lecte des don­nées s’est dé­rou­lée entre le 30 avril et le 29 juin 2011, au­près d’un échan­tillon re­pré­sen­ta­tif de 29 016 Qué­bé­cois âgés de 18 ans ou plus et pou­vant s’ex­pri­mer en fran­çais.

L’étude a été me­née, di­sions-nous, à tra­vers 150 lo­ca­li­tés dont les contours sont dé­fi­nis par la zone de dis­tri­bu­tion des jour­naux membres d’Heb­dos Qué­bec. L’échan­tillon par mar­ché s’élève au mi­ni­mum à 200 ré­pon­dants. La marge d’er­reur to­tale des ré­sul­tats est de l’ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tan­dis que celle d’un mar­ché in­di­vi­duel est d’en­vi­ron 6,93 % (ba­sée sur un mar­ché de 200 ré­pon­dants ), et ce, éga­le­ment 19 fois sur 20. Par ailleurs, Heb­dos Qué­bec dé­sire pous­ser l’en­quête en­core plus loin et de­man­der aux lec­teurs du Jour­nal Le Nord de se pro­non­cer par In­ter­net sur ce sondage en ré­pon­dant à une ques­tion et en four­nis­sant une pho­to per­son­nelle qui se­ra po­si­tion­née sur la carte du Qué­bec. Avec cette par­ti­ci­pa­tion en ligne, Heb­dos Qué­bec pour­ra tra­cer le por­trait du Qué­bec et don­ner l’oc­ca­sion aux ci­toyens de toutes les ré­gions de faire connaître leur opi­nion à par­tir des ré­seaux qu’ils uti­lisent, soit Fa­ce­book ou Twit­ter.

Ain­si, jus­qu’au 31 oc­tobre 2011, les per­sonnes dé­si­reuses de don­ner leur avis pour­ront le faire. Heb­dos Qué­bec fe­ra ti­rer un iPad 2 3G16Go et un iTouch 32Go par­mi toutes les per­sonnes qui au­ront ré­pon­du à l’in­vi­ta­tion. Tous les dé­tails sur www.fa­ce­book.com/ vrai­vi­sa­ge­que­bec

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.