«Il est temps que les Op­por­tu­nistes jouent franc jeu»

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

« Les Op­por­tu­nistes ont été fi­dèles à leur ré­pu­ta­tion … Le sort du di­rec­teur gé­né­ral, M. Éric Lachapelle s’est dé­ci­dé au mo­ment où il man­quait deux membres au­tour de la table du conseil mu­ni­ci­pal. Le Groupe des Op­por­tu­nistes (avec en tête Mar­tin Pi­geon, Tom­my Kulc­zyk, Mi­chel Des Chênes, Fran­çois Boyer, Luc Sa­voie, Mi­chèle Cé­clier et Ro­bert Car­rière) a pro­fi­té de l’ab­sence du maire Marc Gascon, pour des rai­sons de ma­la­die, pour dé­po­ser une ré­so­lu­tion» com­mente M.An­drew Hat­tem, chef de Vi­sion Saint-Jé­rôme, dans un com­mu­ni­qué de presse ache­mi­né à nos bu­reaux.

Aux yeux de M.Hat­tem, cette fa­çon de faire est non seule­ment dé­plo­rable, mais, se­lon l’éva­lua­tion qu’il en fait, les six ex-membres de l’Équipe Gascon et le conseiller in­dé­pen­dant Mi­chel Des Chênes ne joue­raient pas «franc jeu».

«Cette fa­çon de faire des Op­por­tu­nistes nous amène à consta­ter qu’ils ont un agenda ca­ché. Et qui dit agenda ca­ché… Il faut in­évi­ta­ble­ment se tour­ner vers la nais­sance d’un par­ti po­li­tique. Avoir le cu­lot d’adop­ter une ré­so­lu­tion en l’ab­sence du maire, pour une dé­ci­sion aus­si im­por­tante que l’ave­nir du plus haut fonc­tion­naire de la ville, est le signe d’un re­grou­pe­ment. Il est temps que les Op­por­tu­nistes jouent franc jeu. Ils de­vraient mettre sur pied leur par­ti po­li­tique et ces­ser de se ca­cher der­rière l’éti­quette de conseillers in­dé­pen­dants. Qu’ils se nomment un chef et qu’ils pré­sentent leurs vraies cou­leurs». En outre, pour les gens de Vi­sion SaintJé­rôme, le dos­sier des condos de la rue Guay (voir autre texte en page 9), né­ces­site que des ac­tions soient po­sées.

Pour un, le chef An­drew Hat­tem se fait cin­glant: « est-ce que le Groupe des Op­por­tu­nistes va de­man­der le congé­die­ment de tout le ser­vice d’ur­ba­nisme pour un plan d’ur­ba­nisme qu’ils ont, eux­mêmes, adop­té l’an der­nier et qui mé­rite cer­tains ajus­te­ments?»

Alors que le conseiller Be­noît De­lage, qui a ré­cem­ment joint les rangs de Vi­sion Saint-Jé­rôme, se veut plus mo­dé­ré, même si la pro­po­si­tion qu’il pré­sente peut être lourde de consé­quences.

«Il faut sus­pendre l’oc­troi de per­mis, le temps de re­voir le plan » plaide Be­noit De­lage.

Se­lon l’éva­lua­tion que fait le conseiller, le plan d’ur­ba­nisme adop­té l’an der­nier ne se­rait «pas adap­té » à la si­tua­tion ac­tuelle.

« Les ré­cents évé­ne­ments en­tou­rant la cons­truc­tion d’im­meubles à lo­ge­ments, dans les en­vi­rons de la rue Guay, dans le sec­teur La­fon­taine, m’amènent à me ques­tion­ner sur le plan d’ur­ba­nisme adop­té l’an der­nier. Si j’ajoute cette si­tua­tion à celle per­met­tant la cons­truc­tion de bâ­ti­ments sur l’an­cien site de la Ré­créa­sport, je suis d’avis qu’il est im­por­tant de faire une pause … Le plan d’ur­ba­nisme vo­té l’an der­nier ne semble vi­si­ble­ment pas adap­té aux be­soins de cha­cun des sec­teurs. Je ne dis pas qu’il faille re­voir le plan de fond en comble. Par contre, je suis d’avis qu’après une pre­mière an­née de ro­dage, il est temps d’ap­por­ter des ajus­te­ments né­ces­saires au bon fonc­tion­ne­ment de la ville. C’est pour cette rai­son que je pro­pose un mo­ra­toire de quelques se­maines sur l’émis­sion de per­mis de cons­truc­tion» note M.De­lage.

Un mo­ra­toire sur la cons­truc­tion, est-il né­ces­saire de le pré­ci­ser, pour­rait avoir un im­pact ma­jeur dans une mu­ni­ci­pa­li­té où chaque an­née nous amène un nou­veau re­cord au ni­veau des per­mis émis.

Pho­to gra­cieu­se­té

An­drew Hat­tem

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.