«Le men­to­rat m’a ai­dé à gar­der le cap» -Ju­lie Tan­guay-cô­té

Le men­to­rat d’af­faires, de l’ac­com­pa­gne­ment aux jeunes en­tre­pre­neurs

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Afin de favoriser la réus­site des nou­veaux en­tre­pre­neurs, le CLD Ri­vière du Nord, tout comme les sept autres CLD des Lau­ren­tides, contri­bue de­puis 2005 au fi­nan­ce­ment et au fonc­tion­ne­ment de Lau­ren­tides Men­to­rat, un ser­vice de men­to­rat d’af­faires sur son ter­ri­toire.

Ain­si, les en­tre­pre­neurs de la MRC peuvent bé­né­fi­cier de l’ac­com­pa­gne­ment de gens d’af­faires re­con­nus dans la ré­gion. Dans les cinq MRC du sud, la pro­mo­tion du ser­vice et le re­cru­te­ment des en­tre­pre­neurs (men­tors et men­to­rés) se fait main­te­nant par cha­cun des CLD. Le maillage des dyades et l’ani­ma­tion des men­tors se font par le com­mis­saire au men­to­rat de Lau­ren­tides Men­to­rat, Nor­mand Lemay.

Ba­sé avant tout sur le sa­voir- être, le men­to­rat d’af­faires est une re­la­tion d’égal à égal où une per­sonne d’ex­pé­rience, le men­tor, ac­com­pagne bé­né­vo­le­ment un en­tre­pre­neur moins ex­pé­ri­men­té, le men­to­ré. Le men­tor, une per­sonne qui a le sens gé­né­ral des af­faires, des connais­sances et de l’ex­pé­rience, a la ca­pa­ci­té de gui­der et de don­ner du feed-back, Il est tout sauf un coach et ac­com­pagne l’en­tre­pre­neur dans ses ré­flexions, ses prises de dé­ci­sions. Ju­lie Tan­guay-cô­té, de­si­gner de mode, cha­pe­lière, mo­diste de Pré­vost, bé­né­fi­cie du men­to­rat de­puis deux ans. Son en­tre­prise, Dju­style, fonc­tionne de­puis deux ans et de­mi. «C’est un grand sou­tien pour gar­der ma ligne di­rec­trice et gar­der les deux pieds sur terre,» confie Ju­lie Tan­guayCô­té, jeune en­tre­pre­neure qui conseille for­te­ment le men­to­rat. «Ça m’a ai­dé à gar­der le Cap, ça ras­sure et mo­tive». «Au dé­but, nous nous voyions tous les mois et, au bout de deux ans, les ren­contres se font au be­soin,» nous ex­plique Ju­lie.

Le men­to­ré est le prin­ci­pal ac­tion­naire ou di­ri­geant d’une en­tre­prise qui est ani­mé d’un be­soin de se réa­li­ser en tant qu’en­tre­pre­neur et qui est prêt à tra­vailler sur lui-même, qui dé­sire s’amé­lio­rer et dé­ve­lop­per ses com­pé­tences en ma­tière de ges­tion, de lea­der­ship et d’en­tre­pre­neu­riat. Il peut être en pé­riode de dé­mar­rage (6 mois à 5 ans d’exis­tence) ou de ma­tu­ri­té (plus de 5 ans). Le par­tage de connais­sances du men­tor per­met de dé­ve­lop­per la per­cep­tion, l’ana­lyse et les ap­ti­tudes en­tre­pre­neu­riales du men­to­ré et par le fait même, son au­to­no­mie. Il se­ra mieux ou­tillé pour faire face à sa vie d’en­tre­pre­neur et aux dé­ci­sions qu’il au­ra à prendre dans son en­tre­prise. En ré­su­mé, le men­tor ne pro­pose pas de ré­ponses au men­to­ré, mais il l’aide à trou­ver lui-même les so­lu­tions. Il lui donne des avis en vue de son dé­ve­lop­pe­ment pro­fes­sion­nel et sur­tout, il lui sert de mo­dèle : le men­to­ré peut ap­prendre des com­por­te­ments et des réus­sites du men­tor.

Libre et gra­tuit, de l’écoute ac­tive avant tout, le men­tor peut même faire de l’ac­com­pa­gne­ment en cas de faillite afin qu’elle se dé­roule dans de bonnes condi­tions ou ac­com­pa­gner l’en­tre­pre­neur à re­bon­dir. En ré­su­mé, faire en sorte que le men­to­ré prenne une bonne dé­ci­sion.

85 men­tors offrent leur ex­pé­rience dans les huit CLD. Un men­tor peut ac­com­pa­gner deux men­to­rés. Ac­tuel­le­ment, six dyades sont ac­tives dans la MRC. Il est prou­vé que l’en­tre­prise a deux fois plus de chances de res­ter en af­faire après deux ans avec le men­to­rat, » nous dé­voile Gilles La­pierre (chef- men­tor). Se­lon les sta­tis­tiques, seule­ment 57% des en­tre­prises fran­chissent le cap des 2 ans d’exis­tence et 34 % ce­lui des 5 ans d’opé­ra­tion. Avec le pro­gramme de men­to­rat d’af­faires, le taux de sur­vie des en­tre­prises qui fran­chissent le cap des 5 ans d’exis­tence s’élève à 73%.

Les ser­vices of­ferts par Lau­ren­tides Men­to­rat le sont grâce à la col­la­bo­ra­tion des 8 CLD (Centres lo­caux de dé­ve­lop­pe­ment) de cha­cune des MRC de la ré­gion, de la SADC des Lau­ren­tides (So­cié­té d’aide au dé­ve­lop­pe­ment des col­lec­ti­vi­tés), ap­puyés et sou­te­nus par les Chambres de Com­merce des dif­fé­rentes ré­gions des Lau­ren­tides.

Pour de l’in­for­ma­tion ad­di­tion­nelle sur ce pro­gramme ou pour de­man­der l’aide d’un men­tor, com­mu­ni­quer avec votre CLD. CLD Ri­vière du Nord au 450 431 0707 ou : Nor­mand Lemay, Com­mis­saire au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, res­pon­sable du Men­to­rat d’af­faires (MRC DeuxMon­tagnes, Thé­rèse- de- Blain­ville, Mi­ra­bel, Ri­vière-du-nord et Ar­gen­teuil) Té­lé­phone : 514 863 7724, men­to­rat@lau­ren­ti­de­se­co­no­mique.ca

«C’est un grand sou­tien pour gar­der ma ligne di­rec­trice et gar­der les deux pieds sur terre,» confie Ju­lie Tan­guay-cô­té, jeune en­tre­pre­neure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.