Saint-jé­rôme : le contrat du di­rec­teur gé­né­ral re­nou­ve­lé

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

Sans grande sur­prise, mais au terme d’une as­sem­blée pas­sa­ble­ment mou­ve­men­tée, le contrat du di­rec­teur gé­né­ral de la Ville de SaintJé­rôme, M.éric Lachapelle, a été re­nou­ve­lé jus­qu’en jan­vier 2017, en as­sem­blée spé­ciale mer­cre­di der­nier (une pre­mière as­sem­blée spé­ciale avait été ajour­née mar­di).

Comme il fal­lait s’en at­tendre, c’est le maire Marc Gascon qui a fait pen­cher la ba­lance en fa­veur du re­nou­vel­le­ment, alors que le ré­sul­tat du vote s’était re­trou­vé dans une im­passe. Le groupe des sept conseillers in­dé­pen­dants ( Mi­chel Des Chênes, Ro­bert Car­rière. Fran­çois Boyer, Mi­chèle Cé­clier, Mar­tin Pi­geon, Tom­my Kulc­zyk et Luc Sa­voie) vo­tant contre son adop­tion alors que les conseillers in­dé­pen­dants Re­née Ar­se­nault, Mar­cel La­chance, Guy La­lande, Ma­non La­brèche et Ber­nard Bou­gie de même que les conseillers de Vi­sion Saint- Jé­rôme, Alain Lan­glois et Be­noit De­lage vo­taient en fa­veur du re­nou­vel­le­ment. Comme c’était le cas la veille, l’as­sem­blée de mer­cre­di soir a don­né lieu à des échanges acerbes. No­tam­ment quand le conseiller Mar­tin Pi­geon a re­pro­ché au maire Gascon d’être «sor­ti de son py­ja­ma» pour faire ren­ver­ser une dé­ci­sion de non-re­nou­vel­le­ment du contrat du DG prise en oc­tobre.

Le conseiller Pi­geon a par­lé de «ven­geance» de la part du maire en­vers les six conseillers qui avaient quit­té son par­ti en juin der­nier.

Par ailleurs, Mar­tin Pi­geon a dit s’ap­puyer sur un avis juridique pour avan­cer que la Ville de Saint-jé­rôme de­vrait payer jus­qu’à 800 000 $ en dé­dom­ma­ge­ment à M. Lachapelle, ad­ve­nant son congé­die­ment en cours de contrat. Ce à quoi le maire a ré­tor­qué qu’une clause du nou­veau contrat pro­té­geait la ville d’une telle éven­tua­li­té. Au terme de l’as­sem­blée, le maire Gascon a ex­pri­mé, par voie de com­mu­ni­qué, sa sa­tis­fac­tion à l’égard de la dé­ci­sion prise quelques mi­nutes plus tôt.

«M.lachapelle est un di­rec­teur gé­né­ral ap­pré­cié à la Mai­rie, tant par ses col­lègues que par l’en­semble des em­ployés de la Ville. Il a at­teint les ob­jec­tifs que le conseil mu­ni­ci­pal avait fixés à son em­bauche en 2008. Je pense no­tam­ment à la si­gna­ture des nou­velles conven­tions col­lec­tives à la sa­tis­fac­tion de toutes les par­ties, aux chan­ge­ments ma­jeurs ap­por­tés à la struc­ture or­ga­ni­sa­tion­nelle de la Ville, à la mise en place de me­sures de ges­tion de la dette et de contrôle des dé­penses et à la mise sur pied d’un sys­tème d’amé­lio­ra­tion conti­nue qui a d’ailleurs été sou­li­gné par les vé­ri­fi­ca­teurs du MAMROT dans leur der­nier rap­port. De­puis 2008, M.lachapelle a ser­vi Saint- Jé­rôme de fa­çon pro­fes­sion­nelle et s’est avé­ré un chef de per­son­nel aguer­ri. Il n’y avait au­cune rai­son qui jus­ti­fiait son ren­voi et il fal­lait cor­ri­ger cette in­jus­tice com­mise par cer­tains conseillers en oc­tobre » de dé­cla­rer M.gascon. Pour sa part, le conseiller de Vi­sion SaintJé­rôme, M.alain Lan­glois, s’est dé­cla­ré « sa­tis­fait du dé­noue­ment » du dos­sier.

«Il au­rait été fa­cile de faire un coup d’éclat po­li­tique, mais je dois avouer que SaintJé­rôme a be­soin de sta­bi­li­té. Le tra­vail des fonc­tion­naires a été mis en doute ré­cem­ment par cer­tains élus. Je de­meure convain­cu que Saint-jé­rôme se doit d’avoir une ad­mi­nis­tra­tion mu­ni­ci­pale fiable». Par ailleurs, on a pro­fi­té de la séance de mer­cre­di pour rem­pla­cer le conseiller Ro­bert Car­rière à titre de maire sup­pléant (son man­dat de­vait se ter­mi­ner le 31 dé­cembre pro­chain) par la conseillère Re­née Ar­se­nault.

Là en­core le maire a uti­li­sé son droit de vote pour faire pen­cher la ba­lance après un vote 7-7.

Pour le conseiller Ro­bert Car­rière, il s’agit là d’une « pu­ni­tion » qui fait mal.

«Alors que plu­sieurs de mes confrères ou consoeurs son aphones ou ab­sents d’opi­nion, et parce moi j’ai une opi­nion et que je ne crains pas de l’ex­pri­mer, on veut ce soir me sanc­tion­ner et me pu­nir. J’ad­mets que j’ai de la dif­fi­cul­té avec ça… » a com­men­té M.car­rière.

Pour le maire, la dé­ci­sion éma­nait plu­tôt du fait que « M.car­rière a ex­pri­mé qu’il n’était pas heu­reux dans son rôle de maire sup­pléant » , no­tam­ment, tient à pré­ci­ser M.gascon, alors qu’il pré­si­dait l’as­sem­blée ré­gu­lière d’oc­tobre der­nier, en l’ab­sence du maire, en conva­les­cence. « Il s’est alors dit pas heu­reux d’être as­sis dans le fau­teuil de pré­sident d’as­sem­blée… »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.