«On pour­ra leur trou­ver un ter­rain adé­quat à Sainte-adèle»

La SQ cherche à bâ­tir

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Les élus de la Ville de Sainte-adèle ont te­nu trois soi­rées d’in­for­ma­tions, les 2, 8 et 9 no­vembre der­niers afin de pré­sen­ter leur in­té­rêt à ac­cueillir l’offre de ser­vice de la Sû­re­té du Qué­bec. Les jeux sont pour­tant faits. Une ré­so­lu­tion se­ra pro­po­sée lors du pro­chain conseil mu­ni­ci­pal du 21 no­vembre de­man­dant au mi­nistre Dutil l’in­té­gra­tion de la po­lice mu­ni­ci­pale à la SQ. Prêts pas prêts, les Adé­lois de­vront conju­guer dans un fu­tur proche avec la SQ. La po­lice mu­ni­ci­pale de­vra conju­guer avec son in­té­gra­tion.

Le conseiller Pierre Mo­ra­bi­to, pré­sident de la Com­mis­sion de la sé­cu­ri­té pu­blique et in­cen­die, en en­tre­vue té­lé­pho­nique avec le Jour­nal Le Nord, nous en ra­conte un peu plus.

«Il y avait moins de monde que ce à quoi on s’at­ten­dait. On avait ré­ser­vé un am­phi­théâtre qui contient 350 per­sonnes. Il y a eu 400 per­sonnes gros maxi­mum. 150 lors de la pre­mière soi­rée, la plus acha­lan­dée. Mais on n’est pas dé­çu, les gens qui se po­saient des ques­tions ont trou­vé des ré­ponses. Ceux qui ma­ni­fes­taient leur mé­con­ten­te­ment sont re­par­tis. À la 2e ren­contre, il y avait des gens qui contes­taient le conseil, des gens re­cru­tés par la Fra­ter­ni­té», dé­voile Mo­ra­bi­to. «Étran­ge­ment, tous des gens qui ont eu re­cours à la po­lice mu­ni­ci­pale dans les trois der­niers mois.» La pro­cé­dure pour ac­cueillir la Sû­re­té du Qué­bec suit son cours. Pro­chaines étapes de 25, au conseil du 21 no­vembre «Nous dé­po­se­rons un avis de mo­tion d’amen­de­ment du rè­gle­ment ins­tau­rant notre ser­vice de po­lice mu­ni­ci­pale afin de l’abro­ger (de­mande d’abo­li­tion du corps de po­lice mu­ni­ci­pale) et une ré­so­lu­tion de­man­dant au mi­nistre de la Sé­cu­ri­té pu­blique, Ro­bert Dutil, d’in­té­grer le ser­vice de po­lice mu­ni­ci­pale à la SQ, » nous confirme Mo­ra­bi­to.

La de­mande fe­ra l’ob­jet d’une ana­lyse par le mi­nis­tère de la Sé­cu­ri­té pu­blique. Le mi­nistre à 30 jours pour ré­pondre. Pa­ral­lè­le­ment, les dis­cus­sions vont re­prendre en vue de né­go­cier la conven­tion col­lec­tive. Né­go­cia­tions qui jus­qu’à ces dates, étaient au point mort. «Oui, nous avons trois ren­contres de né­go­cia­tions, les 6, 9 et 15 dé­cembre. Mais quel que soit l’is­su, le contrat est échu de­puis le 31 dé­cembre 2009, il faut ré­gler, né­go­cier une conven­tion col­lec­tive 2010, 2011 pos­si­ble­ment une par­tie de 2012. Et ça ne re­met pas en ques­tion notre dé­ci­sion, una­nime, de chan­ger pour la SQ.» «Notre pre­mière pré­oc­cu­pa­tion a tou­jours été la sé­cu­ri­té des ci­toyens. Si l’ana­lyse avait été adé­quate pour notre ville on n’au­rait pas en­ta­mé des de­mandes d’offre de ser­vices de la SQ. Il faut voir le coût ver­sus les ser­vices ren­dus en plus de l’éco­no­mie”.

“Le fait d’être in­té­gré dans un corps de po­lice ré­gio­nale va amé­lio­rer la cou­ver­ture po­li­cière. Je ne re­mets pas en doute la qua­li­té de la po­lice mu­ni­ci­pale. Ce­pen­dant quand ils partent sur un évé­ne­ment, pen­dant ce temps-là, le reste du ter­ri­toire est à dé­cou­vert. Avec la SQ, leur fa­çon de gé­rer les équipes - une ges­tion dy­na­mique - ils fe­ront dé­pla­cer des vé­hi­cules au be­soin.» «De gar­der le ser­vice de po­lice mu­ni­ci­pale au­rait été plus confor­table, de ré­pondre aux de­mandes et de faire un ré­fé­ren­dum, re­mettre la dé­ci­sion aux ci­toyens au­rait aus­si été plus fa­cile. Nous nous se­rions dé­char­gés du far­deau de la dé­ci­sion. Mais, nous au­rions lais­sé en hé­ri­tage un dé­fi­cit. Ça n’a pas été fa­cile, mais VI­SION Ci­toyens (PVC) l’as­sume to­ta­le­ment ». «Dans les né­go­cia­tions, il est vrai qu’il n’a ja­mais été fait de de­mande concer­nant le poste de po­lice, mais, d’un autre cô­té le pré­sident de la Fra­ter­ni­té à fait plu­sieurs plaintes à la CSST. Il est vrai que le bâ­ti­ment été construit pour 16/18 per­sonnes et ils sont 28.»

“Avec l’ar­ri­vée de la SQ, il y au­ra moins de per­son­nel. De plus, la SQ va nous payer un loyer. Le loyer et l’élec­tri­ci­té étaient com­pris dans les coûts de l’hô­tel de Ville. À Sainte-adèle il est pré­vu qu’on ait le lieu­te­nant, une équipe d’en­quê­teur, une équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire, un agent com­mu­nau­taire, l’al­coo­test, la salle de pièces à convic­tion et un bloc de cel­lule.»

M. Mo­ra­bi­to nous ap­prend aus­si qu’il y au­rait des dé­pla­ce­ments de po­li­ciers de Saint-jé­rôme et Saint-sau­veur qui n’avaient en­core pas de place dans les Pays-d’en-haut. «De­puis 2 ans, la SQ veut construire un nou­veau poste de po­lice pour les Pays-d’en-haut, mais ne trou­vait pas de ter­rain. Il n’y avait pas de ter­rains dis­po­nibles pour construire un bâ­ti­ment dans la MRC des Pays-d’en-haut. Avec l’ar­ri­vée de la SQ ici, on pour­ra leur trou­ver un ter­rain adé­quat à Sainte-adèle. On en a. Po­li­ti­que­ment, vous com­pren­drez qu’ils ne pou­vaient pas s’ins­tal­ler ici avec la po­lice mu­ni­ci­pale sur place.» Par ailleurs, nous dit Pierre Mo­ra­bi­to « nous fer­mons notre centre d’ap­pel qui nous cou­tait 727 000 $ par an­née. On va ré­cu­pé­rer les cents de l’en­tre­prise de té­lé­pho­nie pour le 911, soit 45 000 $ qui était re­tour­né à la ville. Dès le 1er dé­cembre nous de­man­de­rons à la com­pa­gnie de ces­ser de nous faire par­ve­nir le mon­tant pré­le­vé et de l’en­voyer di­rec­te­ment à Trem­blant, ce qui paie­ra le ser­vice. On avait dé­jà des en­tentes avec Trem­blant comme centre de re­lève, en cas d’ur­gence».

Au centre d’ap­pel tra­vaillaient six ré­par­ti­teurs, des em­ployés mu­ni­ci­paux. Sur les six, deux per­sonnes per­dront, nous dit- on, leur em­ploi, des postes tem­po­raires avec un contrat sti­pu­lant qu’il ne se­rait pas pro­lon­gé si le corps de po­lice chan­geait, nous ap­prend M. Mo­ra­bi­to. «Les autres se­ront re­lo­ca­li­sés à l’in­terne. Des gens vont peut- être quit­ter pour prendre leur re­traite.»

Opi­nion d’un ci­toyen sur notre site www.jour­nal­le­nord.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.