Sa­viez-vous que…

Le Nord - - ACTUALITÉS -

• Dou­bler un ca­mion de dé­nei­ge­ment est ex­trê­me­ment dan­ge­reux. Il est im­pos­sible de pré­voir l’état de la chaus­sée de­vant eux, ni l’in­ten­si­té de la pou­dre­rie qu’ils causent par leurs ma­noeuvres. • Les ca­mions ont de grands angles morts. En fait, « ils ne voient rien sur les cô­tés », avoue le chef des opé­ra­tions, Yvan Bois­jo­lie. • La vi­tesse op­ti­male d’opé­ra­tion des ca­mions de dé­nei­ge­ment est de 40 à 50 km/h. Si la vi­tesse est su­pé­rieure, la qua­li­té du dé­nei­ge­ment se­ra af­fec­tée puisque la neige sou­le­vée re­tom­be­ra sur la chaus­sée der­rière le vé­hi­cule. • La vi­tesse maxi­male d’épan­dage des ma­té­riaux dé­gla­çant est de 40 km/h. Une vi­tesse su­pé­rieure en­traî­ne­ra une dis­per­sion du sel sur une trop grande sur­face. • Le sel uti­li­sé pour dé­gla­cer les routes agit dans un temps de 20 à 30 mi­nutes. • L’ac­tion du sel est amé­lio­rée par le pas­sage des vé­hi­cules. À très basse tem­pé­ra­ture, le sel perd son ef­fi­ca­ci­té. Les abra­sifs tels le sable ou la pierre concas­sée sont alors uti­li­sés. • Le sel ne ré­chauffe pas l’as­phalte, il ne fait que trans­for­mer la glace en eau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.