L’alz­hei­mer en constante pro­gres­sion

«Avec la po­pu­la­tion vieillis­sante le nombre va en aug­men­tant»

Le Nord - - LA UNE - Fran­çoise Le Guen

Confu­sion

La ma­la­die d’alz­hei­mer est en constante pro­gres­sion. Se­lon la So­cié­té d’alz­hei­mer au Ca­na­da, un de­mi-mil­lion de Ca­na­diens en sont at­teints, soit un aî­né sur onze. Et une nou­velle per­sonne de­vien­dra at­teinte de la ma­la­die toutes les 5 mi­nutes.

Ber­nard Mal­lette, pré­sident de la Mai­son Aloïs Alz­hei­mer nous in­forme que le nombre es­ti­mé de per­sonnes at­teintes dans notre ré­gion se­rait de 1 500 à 2 000 (MRC Ri­vière du Nord et proxi­mi­té). « De plus, avec la po­pu­la­tion vieillis­sante le nombre va en aug­men­tant, » pré­cise-t-il. Il faut no­ter que le nombre de per­sonnes at­teintes est dif­fi­cile à éva­luer, la ma­la­die étant à dé­cla­ra­tion non obli­ga­toire.

Une per­sonne toutes les deux mi­nutes

Se­lon l’étude sur la san­té et le vieillis­se­ment au Ca­na­da, d’ici 2011, un Ca­na­dien sur dix âgé de 65 ans et plus souf­fri­ra d’une forme quel­conque de dé­mence. Dans les deux tiers des cas, il s’agi­ra de la ma­la­die d’alz­hei­mer. Compte te­nu du vieillis­se­ment de la po­pu­la­tion, l’in­ci­dence de la ma­la­die d’alz­hei­mer de­vrait aug­men­ter et exer­cer des pres­sions sur les ser­vices de san­té et les ser­vices so­ciaux com­mu­nau­taires, ain­si que sur les soins de longue du­rée. D’ici à 2038, 1,1 mil­lion de Ca­na­diens se­ront at­teints de la ma­la­die. C’est une per­sonne toutes les deux mi­nutes.

Diag­nos­tic pré­coce

Lyne Briand, ad­jointe ad­mi­nis­tra­tive pour la So­cié­té Alz­hei­mer des Lau­ren­tides nous pré­cise que, cette an­née, dans le cadre du Mois de la sen­si­bi­li­sa­tion à la ma­la­die d’alz­hei­mer, l’em­phase est mise sur le diag­nos­tic pré­coce. « C’est ex­trê­me­ment im­por­tant. D’abord pour que les gens prennent des dé­ci­sions comme pour leur bud­get, leur suc­ces­sion. Et en­suite parce qu’ils peuvent res­ter plus long­temps à la mai­son car ils prennent des mé­di­ca­ments.» À no­ter la So­cié­té Alz­hei­mer des Lau­ren­tides pré­co­nise le main­tien à do­mi­cile. Elle avait ai­dé le Centre de Ré­pit de jour de la Mai­son Aloïs Alz­hei­mer des Lau­ren­tides en fai­sant un don d’ar­gent re­cueilli lors d’une Marche pour la mé­moire et y ré­fère des gens de Saint-jérôme. En ef­fet, les Ca­na­diens confondent en­core les symp­tômes de la ma­la­die d’alz­hei­mer avec le « vieillis­se­ment nor­mal », disent les ré­sul­tats de l’en­quête pu­bliés par la So­cié­té Alz­hei­mer. Près de 50% des Ca­na­diens ont vé­cu pen­dant un an ou plus avec leurs symp­tômes avant de consul­ter un mé­de­cin de fa­mille. Et 16% de ceux-ci ont at­ten­du plus de deux ans. Plus du quart des ré­pon­dants avaient re­fu­sé de consul­ter un mé­de­cin ou ne voyaient pas la né­ces­si­té d’en consul­ter un, sauf si les symp­tômes s’ag­gra­vaient. Or, un diag­nos­tic re­tar­dé en­traîne un énorme écart dans le trai­te­ment et em­pêche les per­sonnes at­teintes de re­ce­voir des in­for­ma­tions pré­cieuses sur les mé­di­ca­ments, le sou­tien et une meilleure prise en charge de la ma­la­die. Sui­vez-nous sur Fa­ce­book (http://www.fa­ce­book.com/jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­le­nord)

Pho­to Fran­çoise Le Guen

Pour Mar­gue­rite Blais, mi­nistre res­pon­sable des aî­nés, il est es­sen­tiel de prendre soin des ai­nés et

de les trai­ter avec res­pect.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.