Dé­jà trois ans pour l’ou­vroir des Pays-d’en-haut

Ins­tal­lé à Sainte-adèle

Le Nord - - COMMUNAUTAIRE - My­chel La­pointe

L’ou­vroir des Pays- d’en- Haut, ins­tal­lé rue Du­mou­chel à Sainte-adèle, cé­lèbre cette an­née son troi­sième an­ni­ver­saire d’exis­tence et la né­ces­si­té d’un tel or­ga­nisme n’est plus à prou­ver. À preuve, comme le sou­ligne le pré­sident M.de­nis Au­bu­chon, «au bi­lan de cette belle an­née 2011, nous avons ra­mas­sé 33 000 $, que nous avons re­dis­tri­bués sous forme d’aide à toute la po­pu­la­tion dans le be­soin, de­puis les jeunes jus­qu’aux aî­nés. Ce­la passe par l’église ca­tho­lique, le Garde-man­ger des Pays-d’en-haut (pro­vi­sions pour les dé­mu­nis), la Fon­da­tion Mo­nique Sur­pre­nant (per­sonnes âgées), le CLSC (four­ni­ture d’ha­bits gra­cieu­se­ment pour les per­sonnes en dé­tresse), et nos quatre écoles, au plus grand bé­né­fice de la lutte contre le dé­cro­chage scolaire».

Une deuxième vie

Pour ceux qui ne sont pas fa­mi­liers avec le prin­cipe d’un ou­vroir, sou­li­gnons qu’il s’agit d’un en­droit où on peut dé­po­ser des choses qui n’in­té­ressent plus, ne sont plus uti­li­sées, mais qui sont suf­fi­sam­ment en bon état (par­fois neuves) pour sa­tis­faire des per­sonnes au bud­get res­treint.

Bref, re­mis aux plus dé­mu­nis, ces ef­fets prennent pour ain­si dire une deuxième vie.

À cet égard, l’ou­vroir des Pays-d’en-haut qui a été créé en dé­cembre 2008 est si­tué au 1360, rue Du­mou­chel à Sainte-adèle (450 229-5337) et le lo­cal est ou­vert pour la vente les mar­dis et jeu­dis de 12 à 16 heures.

«La liste est longue des ob­jets que dé­posent quo­ti­dien­ne­ment les Adé­lois, et que vé­ri­fient et dis­posent pour les vendre les nom­breux bé­né­voles (plus de 20 !). Tout sou­rire, ils vous orientent par­mi les nom­breux rayons où la mar­chan­dise est triée, clas­sée par taille et par style. Et les prix sont as­su­ré­ment les plus bas de toute la ré­gion : pour entre 50 sous et dix dol­lars, vous trou­ve­rez linge, man­teaux, jouets, skis… Comme les 150 clients qui viennent chaque jour, quoi de mieux que dé­pen­ser en fai­sant une bonne ac­tion ?» note M.jacques-hen­ri Ho­no­ré, un ci­toyen de Sainte-adèle qui n’hé­site pas à van­ter les mé­rites de l’en­droit. Sui­vez-nous sur Fa­ce­book (http://www.fa­ce­book.com/jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­le­nord)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.