«Je dé­fen­drai tou­jours les bagarres »

Avant-pre­mière du film Goon: dur à cuire

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET SPECTACLES - Ri­chard Pas­cone

Georges La­raque était au ci­né­ma Car­re­four du Nord de Saint-jérôme, jeu­di soir, pour l’avant­pre­mière du film Goon: dur à cuire, dans le­quel il joue un ca­méo.

« Le film est très drôle, je pense que ce se­ra un suc­cès. Les an­nonces ne re­pré­sentent pas très bien le film. Ils montrent seule­ment des bagarres, mais il y a une bonne his­toire. Les gars ont tra­vaillé très fort. Seann (William Scott) vou­lait tout faire lui-même, sans dou­blure. Je les ai sur­tout ai­dés sur la tech­nique de ba­garre, » ex­plique l’an­cien nu­mé­ro 17 du Ca­na­dien de Mon­tréal.

« Il y au­ra tou­jours des gens pour cri­ti­quer, ils sont payés pour ça. Slap Shot est beau­coup plus violent que Goon. Ces gens-là ne disent rien sur les films d’ac­tion, mais ils cri­tiquent une co­mé­die.

Pour­tant, per­sonne ne meurt dans ce film,» a-t-il ré­pon­du lorsque ques­tion­né à sa­voir ce qu’il avait à dire au su­jet de la cri­tique né­ga­tive en­vers l’ex­cès de vio­lence dans Goon. « Je dé­fen­drai tou­jours les bagarres. J’ai ga­gné ma vie grâce à ça. Je se­rais hypocrite de dire le contraire. Je sais qu’un jour, il n’y en au­ra pro­ba­ble­ment plus.»

Goon

Goon: Dur à cuire, met en ve­dette Seann William Scott, un vi­deur de bar qui se cherche une rai­son d’être. Ce­lui-ci trou­ve­ra fi­na­le­ment sa voie dans le hockey, ou plu­tôt, dans le rôle de dur à cuire. Sui­vez-nous sur Fa­ce­book (fa­ce­book.com/ Jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­le­nord)

(Pho­to: Ri­chard Pas­cone)

Georges La­raque.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.