Les étu­diants at­tendent une offre

Une grève « vrai­ment » illi­mi­tée

Le Nord - - ACTUALITÉS - Ri­chard Pas­cone

Les étu­diants du Cé­gep de Saint-jérôme étaient ap­pe­lés à se pro­non­cer à nou­veau sur la re­con­duc­tion de la grève gé­né­rale illi­mi­tée lors d’une as­sem­blée gé­né­rale, ven­dre­di der­nier.

Les étu­diants ont non seule­ment vo­té pour la pour­suite de celle-ci de fa­çon ma­jo­ri­taire, mais cette fois, ils ont don­né tout son sens au terme « illi­mi­tée » en ne don­nant au­cune date pour un éven­tuel vote de re­con­duc­tion. 57 % des 824 étu­diants en pré­sence ont vo­té en fa­veur de re­con­duire la grève en sus­pen­dant le vote de re­con­duc­tion.

« Au point où on en est, toute offre sé­rieuse du gou­ver­ne­ment va faire l’ob­jet d’une sé­rieuse at­ten­tion. On pense que le gou­ver­ne­ment mise sur l’es­souf­fle­ment du mou­ve­ment à tra­vers les as­sem­blées

Dé­so­béis­sance ci­vile?

de re­con­duc­tion. En met­tant l’ac­cent sur le ca­rac­tère illi­mi­té de la grève, on lui met une pres­sion sup­plé­men­taire. Ça peut avoir l’air d’un sen­ti­ment d’être pris à la gorge pour les gens contre, mais ils pour­ront sou­le­ver la ques­tion à l’as­sem­blée du 4 avril et pro­po­ser un nou­veau vote de re­con­duc­tion qui au­ra lieu à l’as­sem­blée sui­vante, » ex­plique Guillaume Cons­tan­ti­neau, em­ployé à la per­ma­nence de L’AGES.

Peu de gens se sont pré­sen­tés à l’as­sem­blée de ven­dre­di, quand on sait que 3000 étu­diants ont fait la queue der­rière les urnes au dé­but du mois. « Se­lon notre cons­ti­tu­tion, le quo­rum pour une le­vée de cours est de 25% des membres, soit 1200 per­sonnes. Par contre, L’AGES a dé­jà ob­te­nu un man­dat de grève gé­né­rale illi­mi­tée lors du scru­tin des 1 et 2 mars der­niers. Ce qui veut dire la re­con­duc­tion et l’ar­rêt peuvent se faire en as­sem­blée gé­né­rale ré­gu­lière avec un quo­rum de 50 per­sonnes. Ce­pen­dant, de­puis le pre­mier vote de grève, L’AGES avait re­çu comme man­dat de te­nir des as­sem­blées de re­con­duc­tion à chaque se­maine, » sou­ligne Va­lé­rie Le­duc, em­ployée à la per­ma­nence de L’AGES. Les ré­ac­tions sur­gissent de par­tout dans ce conflit et a ma­ni­fes­ta­tion contre la hausse des frais de sco­la­ri­té du 22 mars der­nier, à Mon­tréal, n’a pas man­qué de faire ja­ser.

Sa­muel La­londe, un étu­diant du Cé­gep de Saint-jérôme qui se dé­crit comme « mi­li­tant so­li­daire » a écrit au Jour­nal Le Nord in­di­quant comment il a vé­cu l’évé­ne­ment. « Le 22 mars 2012 res­te­ra gra­vé dans la mé­moire col­lec­tive à ja­mais. Ce jour où 200 000 étu­diants et ci­toyens de tous les ho­ri­zons sont des­cen­dus dans les rues pour cla­mer leur désac­cord avec les po­si­tions d’un gou­ver­ne­ment néo­li­bé­ral qui veut mon­nayer l’ac­cès à l’édu­ca­tion, et ain­si, la rendre ac­ces­sible à une élite dé­te­nant le pou­voir de l’ar­gent. Le gou­ver­ne­ment Cha­rest ré­pond en­core et tou­jours avec la rhé­to­rique de la juste part et re­fuse le dia­logue avec nous, étu­diants, » in­dique-t-il.

« Le 22 mars, un dra­peau rouge a été des­cen­du du toit du Cé­gep de Saint-jérôme en signe de contes­ta­tion et de dé­so­béis­sance ci­vile. Il a été re­ti­ré en moins de 15 mi­nutes par l’ad­mi­nis­tra­tion. Elle de­vrait pour­tant res­ter neutre dans un tel conflit, » pour­suit-il.

(Pho­to: Ri­chard Pas­cone)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.