« Le ca­deau que j’ai re­çu » - Ger­vais St-onge

Fon­da­tion des gref­fés pul­mo­naires du Qué­bec

Le Nord - - ACTUALITÉS - Ri­chard Pas­cone

La Fon­da­tion des gref­fés pul­mo­naires du Qué­bec (FGPQ) tien­dra un ma­ra­thon de quilles, le 14 avril pro­chain, au Centre de quilles La­fon­taine Plus. Qua­druple mé­daillé aux Jeux ca­na­diens des­gref­fés 2010, le pré­sident de la Fon­da­tion, Ger­vais St-onge, est bien pla­cé pour par­ler des biens faits de la l’or­ga­nisme et de l’évé­ne­ment.

« Les Jeux m’ont fait re­vivre. C’est tout un dé­fi. J’y par­ti­ci­pe­rai à nou­veau en juillet, à Cal­ga­ry. Je fe­rai du golf, de la marche ra­pide, du ten­nis de table et du bad­min­ton, » in­dique M. St-onge.

« Les Jeux des gref­fés servent à faire part des dons d’or­ganes, mais ils per­mettent aus­si d’échan­ger et de par­ta­ger au­tant pour les gref­fés que pour nos proches. Moi, j’avais le syn­drome de l’im­pos­teur après ma greffe pul­mo­naire, je me di­sais: pour­quoi moi ? J’ai ren­con­tré un homme aux Jeux qui m’a dit de ne pas avoir honte du ca­deau que j’ai re­çu. Mon de­voir était d’y faire at­ten­tion pour ne pas avoir pri­vé quel­qu’un qui en au­rait be­soin. Avant les Jeux, j’es­sayais d’écrire une lettre au don­neur, mais j’étais in­ca­pable, je pleu­rais à chaque fois. Quand je suis re­ve­nu, j’ai fi­na­le­ment réus­si, grâce à ce que cet homme m’avait dit, » confie-t-il.

Pro­gramme d’en­traide

La FGPQ a comme ob­jec­tif de ve­nir en aide aux per­sonnes gref­fées ou en at­tente d’une greffe. « Nous ai­dons aus­si les fa­milles, par exemple, à payer leur hé­ber­ge­ment à la mai­son des gref­fés de Mon­tréal. Nous of­frons aus­si de l’aide de base, comme de l’aide ali­men­taire ou pour les dé­pla­ce­ments. Nous ai­dons entre autres fi­nan­ciè­re­ment une dame de Qué­bec qui ne pour­rait pas se rendre à l’hô­pi­tal, à Mon­tréal, sans nous, » pré­cise-t-il.

Ger­vais St-onge a un pro­jet bien pré­cis en tête à titre de pré­sident, il dé­sire mettre sur pied un sys­tème d’en­traide: « il n’y a pas beau­coup de res­sources psy­cho­lo­giques et mo­rales pour les gref­fés et leurs proches. Nous avons be­soin d’un ré­seau pour par­ler, se confier, dire aux gens qu’ils ne sont pas seuls. »

Sui­vez-nous sur Fa­ce­book et Twit­ter

(Pho­to: Ri­chard Pas­cone)

Le pré­sident de la Fon­da­tion des gref­fés pul­mo­naires du Qué­bec, Ger­vais St-onge.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.