Lin­da Ouimet, Femme d’ex­cep­tion du mois d’avril

Le Nord - - FEMME D’EXCEPTION - Fran­çoise Le Guen

Lin­da Ouimet est la troi­sième et der­nière fi­na­liste au titre de Femme d’ex­cep­tion des Lau­ren­tides. Un concours de CIME, Le Rythme des Lau­ren­tides et TC Mé­dia.

Lin­da Ouimet, di­rec­trice du Ser­vice de la po­lice de la Ville de Blain­ville est la pre­mière femme a être nom­mé à titre de chef de Po­lice au Qué­bec.

« Ça m’a scié les deux jambes»

Lin­da Ouimet fê­tait son an­ni­ver­saire le 29 avril der­nier. Le 30, elle ap­pre­nait en di­rect à la ra­dio de Cime qu’elle était fi­na­liste. «J’étais vrai­ment émue. Ça m’a scié les deux jambes. Bien sûr j’étais sur­prise, émo­tion­nel­le­ment tou­chée, fière…mais sur­tout, « d’être consi­dé­rée ex­cep­tion­nelle» aux yeux de quel­qu’un qui nous est cher » est in­évi­ta­ble­ment un signe de re­con­nais­sance qui n’a pas de prix, qui a une va­leur in­éga­lée,» nous confie-t-elle en en­tre­vue. «Ha­bi­tuel­le­ment je m’oc­cupe des autres. Je veille à ce que les gens au­tour de moi soient heu­reux. Je ne cherche pas cette po­pu­la­ri­té.»

«De­puis ma no­mi­na­tion, j’ai re­çu plein de mes­sages de mon en­tou­rage pour me dire que c’était mé­ri­té. Alors, je pro­fite de ce mo­ment-là. Je re­çois des mes­sages d’amour, d’ami­tié, de

« Ça va su­per bien»

fé­li­ci­ta­tions. Je le prends. C’est un pe­tit mo­ment de gloire,» confesse Lin­da Ouimet.

Pé­riode mou­ve­men­tée

Po­li­cière de car­rière, Lin­da a tou­jours été pré­sente pour sa fa­mille, ses amis et sa com­mu­nau­té. Elle est la qua­trième de cinq filles. « On est une fa­mille tis­sée ser­rée ». Lin­da n’a pas pu avoir d’en­fants, mais elle est de­puis plus de quinze ans la bel­le­ma­man de deux adultes. «Ce ne sont pas mes fils, mais je les consi­dère comme tels!» Lin­da est aus­si une se­conde fi­gure ma­ter­nelle aux yeux de ses deux nièces qui ont ré­cem­ment per­du leur père.

« Je vis une pé­riode par­ti­cu­lière. Ma can­di­da­ture a été pro­po­sée par ma soeur. Et mon beau frère est dé­cé­dé il y a deux mois. Il était po­li­cier. C’était mon men­tor. Il a une grande part dans le fait que je sois po­li­cière ». Lin­da Ouimet est po­li­cière à Blain­ville de­puis 24 ans. Elle est pas­sée par tous les postes. «Je connais bien mon or­ga­ni­sa­tion!» Di­rec­trice du ser­vice de­puis 2009, elle a réa­li­sé un ob­jec­tif qu’elle s’était fixé. «C’est ce que je vi­sais! »

Elle tra­vaille dans un mi­lieu d’hommes. « Ils ont très bien pris ça! » « Je consi­dère que ça pre­nait de l’au­dace pour choi­sir une femme au ni­veau de la pro­vince. Ils avaient la pres­sion de nom­mer une pre­mière femme et en même temps de nom­mer la meilleure per­sonne à ce poste. J’avais une double pres­sion. Comme femme on en fait un peu plus pour être la meilleure ».

Lin­da Ouimet est di­rec­trice de­puis trois ans main­te­nant. Elle est à la tête de 103 res­sources, dont 70 po­li­ciers. «. Ça va su­per bien!»

«J’ai l’am­bi­tion de bien per­for­mer. Je me plais à dire qu’on a le meilleur ser­vice. Et ce suc­cès c’est la contri­bu­tion de tous. Pour moi il est im­por­tant d’al­ler cher­cher le meilleur de cha­cun, que tous soient heu­reux dans leur tra­vail. C’est notre chal­lenge. On a une grande fier­té

Di­ri­ger au­tre­ment

«En tant que femme on di­rige peut-être dif­fé­rem­ment. Je suis proche de mes émo­tions.»

Lin­da fait par­tie de la deuxième dé­cen­nie de femmes po­li­cières. Pre­mière femme «ser­gent» en 1994, pour Lin­da il est im­por­tant de «Bien faire sa place. Et il faut croire en nos rêves. J’aimerais être une ins­pi­ra­tion pour les jeunes. J’ai ou­vert des portes. Je vou­lais ar­ri­ver là et j’y suis ar­ri­vée. Pour être à ce poste, il faut être pas­sion­née et res­ter à la page. Ce n’est pas une fin. La so­cié­té évo­lue constam­ment. Il faut se te­nir au cou­rant à tous les ni­veaux, être à l’af­fût.

Le mi­lieu a chan­gé, les stra­té­gies. La po­lice ce n’est pas juste la condi­tion phy­sique, mais la com­mu­ni­ca­tion, la fa­çon d’être. Et nous vi­vons un choc des gé­né­ra­tions. Non seule­ment au ni­veau des ré­seaux so­ciaux, mais d’une nou­velle gé­né­ra­tion qui a une vie so­ciale im­por­tante. Je dois re­cru­ter avec la phi­lo­so­phie du ser­vice Il faut être à l’écoute, être ca­pable d’avan­cer avec les chan­ge­ments.»

La Femme d’ex­cep­tion des Lau­ren­tides se­ra élue le 11 mai pro­chain lors du «Ta­pis Rouge Femmes d’ex­cep­tion des Lau­ren­tides 2012». Com­men­tez cette nou­velle sur nos pages Fa­ce­book (fa­ce­book.com/jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­le­nord)

Pho­to gra­cieu­se­té

Lin­da Ouimet

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.