A.-N. Morin ac­cueille Char­lotte Gin­gras

Concours lit­té­raire de la Com­mis­sion scolaire des Lau­ren­tides

Le Nord - - SAINTE-ADÈLE - Vincent Evans

Les élèves de ni­veau se­con­daire de la Com­mis­sion scolaire des Lau­ren­tides, dont les oeuvres ont été choi­sies dans le cadre de l’édi­tion 2011-2012 du concours Du plai­sir lit­té­raire à l’oeuvre !, ont eu droit à un ate­lier lit­té­raire en com­pa­gnie de l’au­teure in­vi­tée Char­lotte Gin­gras, le mar­di 1er mai, à la Po­ly­va­lente Au­gus­tin-nor­bert Morin.

Char­lotte Gin­gras, à qui on doit les ro­mans jeu­nesse Ophé­lie et Un été de Jade, a par­ta­gé ses se­crets d’au­teure avec les lau­réats du concours. « Tous les écri­vains ont une dé­marche dif­fé­rente », a-t-elle af­fir­mé, avant de dé­voi­ler sa mé­thode de tra­vail. De­vant une foule at­ten­tive et cu­rieuse, elle a ex­pli­qué comment elle se sert de ses in­tui­tions de dé­part pour pro­duire le pre­mier jet d’une his­toire qui de­vien­dra un ro­man. Mme Gin­gras a ci­té en exemple ce qui lui a ins­pi­ré Guerres, son der­nier ro­man pa­ru en 2011 : « La mort des sol­dats ca­na­diens qui se battent à l’étran­ger est tou­jours re­la­tée sui­vant la même for­mule dans les mé­dias », a-t-elle fait consta­ter. « Un jour, je me suis fâ­chée. » C’est cette in­di­ga­tion

Du ro­man au grand écran

en­va­his­sante qui l’a in­ci­tée à écrire un ro­man sur le su­jet. Cette co­lère, elle la qua­li­fie de gé­né­tique. C’est la co­lère mil­lé­naire des femmes qui voient leur ma­ri et leurs en­fants par­tir pour la guerre. Par le pro­ces­sus d’écri­ture, elle a ten­té de com­prendre comment les mères, les grands-mères, les épouses, bref les femmes, peuvent lais­ser par­tir leurs hommes qui trop sou­vent ne sont que des en­fants.

Les règles du concours Du plai­sir lit­té­raire à l’oeuvre ! pour les élèves du se­con­daire ont uni l’ana­lyse à la créa­ti­vi­té. Les can­di­dats se voyaient pro­po­ser la lec­ture de deux ro­mans. Ils de­vaient en­suite écrire un texte pour ex­pli­quer le­quel se­rait le plus in­té­res­sant à por­ter au grand écran. En tout, sept ga­gnantes ont rem­por­té le concours : quatre d’entre elles étaient de l’école se­con­daire Au­gus­tinNor­bert Morin, deux de la Po­ly­va­lente Cu­réMer­cure et la sep­tième de l’école se­con­daire Sa­cré-coeur. Toutes les ga­gnantes ont re­çu un livre dé­di­ca­cé de l’au­teure Char­lotte Gin­gras et la grande ga­gnante, Ga­brielle Huot, de la Po­ly­va­lente A.-N. Morin, a de plus re­çu une li­seuse élec­tro­nique. En outre, tous les élèves de la classe de la grande ga­gnante ont pu as­sis­ter à l’ate­lier lit­té­raire. Marc-an­dré Des­roches, en­sei­gnant de 4e et 5e se­con­daire à A.-N. Morin, était très fier de la par­ti­ci­pa­tion de ses élèves au concours. Il les avait for­te­ment en­cou­ra­gés à y par­ti­ci­per et sa fier­té était d’au­tant plus grande que quatre de ses étu­diants avaient rem­por­té le concours, dont la grande ga­gnante.

Rap­pe­lons que le même concours avait été réa­li­sé au­près des élèves des ni­veaux préscolaire et pri­maire de la Com­mis­sion scolaire des Lau­ren­tides, avec tou­te­fois des règles dif­fé­rentes. Les jeunes de ni­veau préscolaire de­vaient réa­li­ser une illus­tra­tion ra­con­tant une his­toire, tan­dis que ceux du pri­maire de­vaient écrire une his­toire courte ac­com­pa­gnée d’illus­tra­tions. La re­mise des prix pour ce concours a eu lieu lun­di le 30 avril der­nier.

Vincent Evans

L’au­teure Char­lotte Gin­gras fai­sant la dé­di­cace de l’un de ses ro­mans à Ga­brielle Huot, grande ga­gnante du concours.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.