« Les bot­tines de­vront suivre les ba­bines » - Steve La­treille

L’ex-en­traî­neur ad­joint des Mon­ta­gnards com­mente son congé­die­ment

Le Nord - - SPORTS ET LOISIRS - Ri­chard Pas­cone

Un peu comme l’a fait l’an­cien en­traî­neur-chef des Mon­ta­gnards de Sainte- Agathe, Da­niel Noo­nan, au Point de Vue Lau­ren­tides, l’exen­traî­neur ad­joint et Jé­rô­mien Steve La­treille, en avait long à dire, lors d’une conver­sa­tion té­lé­pho­nique, sur la re­la­tion qu’il en­tre­te­nait avec le di­rec­teur gé­né­ral Be­noît Beau­champ.

« Pour Da­niel et moi, notre dé­ci­sion était prise de­puis les fêtes. On sa­vait que nous ne se­rions pas de re­tour, mais on pen­sait leur an­non­cer au post mor­tem. Le pro­blème, c’est qu’il n’y en a pas eu. Il est arrivé plu­sieurs si­tua­tions avec Be­noît Beau­champ du­rant la sai­son. À la fin, on ap­pre­nait tout par les jour­naux, » af­firme M. La­treille, spé­ci­fiant que « Pas­cal Gré­co était pris entre l’arbre et l’écorce. Il a été avec nous jus­qu’à la fin. »

« On n’a pas vu Be­noît Beau­champ dans les trois pre­mières an­nées, mais cette sai­son, il se don­nait corps et âme, c’est toute une coïn­ci­dence. Hon­nê­te­ment, je ne pense pas qu’il soit là pour les bonnes rai­sons, » pour­suit-il en ré­fé­rence au fait que, ra­conte-t-il, M.beau­champ au­rait in­sis­té pour que les en­traî­neurs fa­vo­risent son fils, un gar­dien re­crue. « Il vou­lait coa­cher cette an­née, mais il n’a pas pris l’équipe pour ne pas se plan­ter. Je sou­haite sin­cè­re­ment qu’il la prenne la sai­son pro­chaine. Il par­lait dans notre dos dans les aré­nas et il n’a pas joué franc jeu. Les bot­tines de­vront suivre les ba­bines s’il prend l’équipe. Il va voir que du CC, c’est pas du AAA. »

La re­la­tion entre Be­noît Beau­champ et le duo d’en­traî­neurs au­rait at­teint un point de non­re­tour lors d’une par­tie contre Saint-léo­nard. En avance 5-0, An­tho­ny Beau­champ concède quatre buts ra­pides et Da­niel Noo­nan dé­cide de le sor­tir du match. « Be­noit est des­cen­du de la ga­le­rie pour m’en­gueu­ler. À par­tir de ce mo­ment-là, j’ai dit à Pas­cal (Gré­co) que je ne vou­lais plus le re­voir dans les pa­rages » , ex­pli­quait Da­niel Noo­nan, au Point de Vue. « Après ça, on était tran­quille, mais on sa­vait que c’était ter­mi­né, » ajoute M. La­treille.

«Je ne dis pas qu’on a tou­jours été par­fait, on au­rait pu faire des choses au­tre­ment, mais on était quand même dans les meilleures équipes après les fêtes. »

« Chaque membre a pu exer­cer ses fonc­tions li­bre­ment »

De son cô­té, le pré­sident de l’équipe Pas­cal Gré­co a fait sa­voir par voie de com­mu­ni­qué que: «chaque membre de l’or­ga­ni­sa­tion a pu exer­cer ses fonc­tions li­bre­ment et sans contraire, sauf bien sûr celle du ré­sul­tat, comme dans toute en­tre­prise spor­tive. Les di­ver­gences stra­té­giques qui ont pu être ex­pri­mées l’ont été par chaque membre de l’or­ga­ni­sa­tion, dans le cadre de leur man­dat et le temps de jeu qu’a ob­te­nu cha­cun de nos joueurs, a été le fruit de leur per­for­mance spor­tive et pour le bien de l’équipe et il en se­ra tou­jours ain­si dans le futur. »

M. Gré­co a ajou­té qu’au­cun autre com­men­taire ne se­ra ef­fec­tué à ce su­jet, spé­ci­fiant qu’il avait an­non­cé sa dé­ci­sion à Da­niel Noo­nan lors d’une dis­cus­sion cor­diale et res­pec­tueuse. Com­men­tez la dé­ci­sion des Mon­ta­gnards sur nos pages Fa­ce­book (fa­ce­book.com/ Jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­le­nord)

(Pho­to: Ri­chard Pas­cone)

Steve La­treille n’a pas ap­pré­cié son as­so­cia­tion avec le di­rec­teur gé­né­ral des Mon­ta­gnards Be­noît Beau­champ.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.