« J’es­père avoir tou­ché une corde sen­sible »

Le Nord - - ACTUALITÉS - Ri­chard Pas­cone

Les fi­nis­sants de la po­ly­va­lente Saint-Jé­rôme ont eu toute une sur­prise, lun­di ma­tin, alors qu’une voi­ture ac­ci­den­tée conte­nant trois de leurs amis gra­ve­ment bles­sés se trou­vaient dans le sta­tion­ne­ment.

Plus de peur que de mal, puis­qu’il s’agis­sait d’une re­cons­ti­tu­tion d’évé­ne­ment en lien avec le bal de fi­nis­sants or­ga­ni­sé par la Com­mis­sion sco­laire Ri­vière-du-Nord et le Club Op­ti­miste de Pré­vost. Une si­mu­la­tion d’un réa­lisme éton­nant qui au­ra sans doute lan­cé un mes­sage clair aux fi­nis­sants. D’ailleurs, cha­cun d’eux a re­çu 10 $ d’ « ar­gent taxi » qu’ils pour­ront uti­li­ser à la sor­tie du tra­di­tion­nel ren­dez- vous de fin d’études se­con­daires.

Me­gan Pel­le­tier Gi­rard est dé­cé­dée dans la re­cons­ti­tu­tion après être pas­sée à tra­vers du pa­re­brise de la voi­ture. Elle croit que son ex­pé­rience pour­ra peut-être faire la dif­fé­rence dans la vie de quel­qu’un: « je pense qu’on a tou­ché les gens, moi­même j’ai pleu­ré en re­gar­dant ma vi­déo. Ça peut ar­ri­ver à n’im­porte qui. C’est un mes­sage pour les gens qui sont trop in­sou­ciants. Chose cer­taine, je ne veux plus re­tour­ner dans une am­bu­lance, c’était désa­gréable ! »

Xa­vier Al­mon­té joue le rôle du jeune conduc­teur ivre qui a convain­cu ses amis qu’il n’avait au­cun pro­blème à prendre le vo­lant en état d’ivresse. Contrai­re­ment aux deux autres, il s’en est

Triste, per­cu­tant et dé­ran­geant

ti­ré avec quelques égra­ti­gnures, mais les po­li­ciers lui ont pas­sé les me­nottes. « C’est beau­coup de poids sur mes épaules. J’au­rais beau­coup de re­mords. Dé­jà, je sen­tais un ma­laise de­vant les gens qui me re­gar­daient. »

Ri­chard Var­gas est la troi­sième vic­time de l’ac­ci­dent et il en tire une bonne le­çon. « Dans une si­tua­tion réelle, que ce soit ma fa­mille ou mes amis, ce se­rait vrai­ment dif­fi­cile à prendre. Moi, ce que je re­tiens, c’est que l’al­cool au vo­lant c’est non. J’en re­tiens juste du po­si­tif. » Voi­là trois mots qui sont res­sor­tis lorsque la di­rec­trice Guy­laine Des­roches a de­man­dé les com­men­taires des étu­diants de la po­ly­va­lente. « J’ai bien l’in­ten­tion de vous ser­rer la main en oc­tobre, à la col­la­tion des grades. J’ai consta­té cer­tains ma­laises à l’ex­té­rieur. On en parle tou­jours au bal, mais les étu­diants n’écoutent pas tou­jours ren­du là. J’es­père avoir tou­ché une corde sen­sible, » a-t-elle in­sis­té en s’adres­sant aux élèves.

Luc Gar­neau du Club op­ti­miste de Pré­vost s’est adres­sé aux étu­diants au nom de l’or­ga­nisme, mais aus­si, en sa qua­li­té de père de fa­mille : « Je vous in­vite for­te­ment à par­ler de ce que ve­nez de voir à vos pa­rents. Comme père, je di­rais deux choses à mon en­fant : as-tu ton «cash-taxi» dans tes poches et bon bal. Au Club op­ti­miste, on dé­cide d’in­ves­tir dans vous parce que vous êtes nos fu­turs mé­de­cins, nos in­fir­mières, cha­cun d’entre vous re­pré­sente l’ave­nir. » Vi­si­tez notre page Fa­ce­book pour des vi­déos de la re­cons­ti­tu­tion ain­si que des ré­ac­tions des étu­diants (fa­ce­book.com/Jour­nal­le­nord).

(Pho­to: Mi­chel Bro­deur)

La scène en a se­coué plus d’un.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.