Re­dé­cou­vrir les Lau­ren­tides en 300 pages

Le Nord - - LIVRES - Ma­thieu Ste-ma­rie

Quelle ré­gion a eu la pre­mière ligne de train élec­tri­fié, a connu la pre­mière ran­don­née de ski de fond, compte la plus pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té en nombre d’ha­bi­tants et pré­sente la plus im­por­tante ex­po­si­tion de cé­ra­mique en Amé­rique du Nord? Les Lau­ren­tides dé­voilent les quatre au­teurs du livre « Flâ­ne­ries Lau­ren­tiennes » qui est sur les ta­blettes des li­brai­ries à tra­vers le Qué­bec de­puis lun­di.

Pen­dant plus de deux ans, Ugo Mon­ti­cone, Mo­nique Pa­ri­seau, Lyne Rouillé et Pau­line Vincent ont fait un im­por­tant tra­vail de re­cherche pour li­vrer ce bou­quin qui trans­por­te­ra le lec­teur dans une aven­ture his­to­rique, tou­ris­tique et lit­té­raire des Lau­ren­tides.

En près de 300 pages, les au­teurs d’ex­pé­riences nous font dé­cou­vrir les huit MRC de la ré­gion – une par cha­pitre- et la presque to­ta­li­té des mu­ni­ci­pa­li­tés du ter­ri­toire. Cha­cune d’elles ren­ferme une his­toire bien par­ti­cu­lière. « Nous au­rions pu écrire un livre pour chaque mu­ni­ci­pa­li­té », a af­fir­mé Mme Pa­ri­seau lors de la pré­sen­ta­tion du livre à l’Uni­ca­fé à Saint-Jé­rôme, lun­di.

Comme la culture est om­ni­pré­sente dans les Lau­ren­tides, les écri­vains ont lais­sé une place de choix aux au­teurs lau­ren­tiens. 148 d’entres eux, dont le plus cé­lèbre est Gas­ton Mi­ron, sont re­pré­sen­tés sous la forme d’une courte bio­gra­phie, par­fois ac­com­pa­gnée d’un texte ou d’un poème lié à leur pas­sion des Lau­ren­tides. « Je trouve in­té­res­sant de faire le ma­riage entre la culture et le tou­risme. En ce sens, ce livre est un bel ou­til », a lan­cé M.Mon­ti­cone.

Un guide fon­da­teur

Un as­pect ori­gi­nal de l’ou­vrage est la pré­sence du Cu­ré An­toine-La­belle qui, après avoir co­lo­ni­sé les Lau­ren­tides, re­dé­couvre plus de 100 ans après sa mort la ré­gion avec le même franc­par­ler qui le ca­rac­té­ri­sait. « Il re­vient ex­po­ser sa vi­sion des Lau­ren­tides », re­late le jeune au­teur Ugo Mon­ti­cone. Le cu­ré La­belle ser­vi­ra de guide tout au long du livre.

On se doute que le ter­ri­toire lau­ren­tien a bien chan­gé de­puis la co­lo­ni­sa­tion à com­men­cer par le nom. « Le terme Lau­ren­tides n’exis­tait pas à l’époque. Le cu­ré La­belle a tou­jours dé­si­gné la ré­gion comme étant les Can­tons du Nord », sou­ligne Mme Rouillé.

Des blocs « Mon­sieur le cu­ré ai­me­rait ajou­ter que… » sont in­sé­rés à quelques en­droits dans le bou­quin.

Des em­buches

Les au­teurs se sont bu­tés à un heu­reux pro­blème lors de la réa­li­sa­tion du pro­jet : le livre conte­nait beau­coup trop de pages. « Nous avons dû re­tran­cher en­vi­ron 300 pages » , confie Pau­line Vincent. L’édi­teur Mar­cel Bro­quet trou­vait plus in­té­res­sant conser­ver un for­mat de poche plu­tôt qu’une « brique » qui se trans­porte mal. La pu­bli­ca­tion d’une se­conde ver­sion plus longue n’est pas écar­tée.

Un autre pro­blème a été le manque d’in­for­ma­tion sur cer­taines pe­tites mu­ni­ci­pa­li­tés et les in­for­ma­tions sou­vent contra­dic­toires. « Des do­cu­ments, la mu­ni­ci­pa­li­té et les sites in­ter­net se contre­di­saient à cer­taines oc­ca­sions. À tra­vers tout ça, nous de­vions sta­tuer », ex­plique M.Mon­ti­cone.

Mieux connaître la ré­gion

« Les gens vont se rendre compte que Cu­réLa­belle n’est pas seule­ment une route et Au­gus­tin-Nor­bert-Mo­rin n’est pas qu’une po­ly­va­lente », lance Mme Rouillé.

Sa col­lègue Mo­nique Pa­ri­seau avance dans le même sens. « Je suis prêt à pa­rier que tout le monde va ap­prendre quelque chose ».

Les quatre au­teurs ont re­dé­cou­vert leurs Lau­ren­tides, leur ré­gion d’adop­tion, avec la­quelle ils sont tom­bés en amour. « Ce livre a fait naître un grand sen­ti­ment d’ap­par­te­nance pour ma ré­gion d’adop­tion. Je suis tel­le­ment fière d’être lau­ren­tienne », a af­fir­mé Mme Vincent.

De son cô­té, l’édi­teur Mar­cel Bro­quet a sou­li­gné que « plus ja­mais, je ne ver­rai les Lau­ren­tides avec le même re­gard. Ce livre pro­pose une nou­velle fa­çon de mieux connaître ou re­dé­cou­vrir cette ma­gni­fique ré­gion ».

Les au­teurs constatent que l’ou­vrage n’au­rait pas pu voir le jour sans le sou­tien fi­nan­cier de la CRÉ et la col­la­bo­ra­tion des gens de la com­mu­nau­té qui ont cru au pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.