«Mon re­fus, je vais le main­te­nir» - Fran­çois Boyer

Pro­jet do­mi­ci­liaire rue La­lande

Le Nord - - SAINT-COLOMBAN - Fran­çoise Le Guen

Le seul conseiller non-membre de l’équipe Re­nou­veau Saint-Co­lom­ban a vo­té contre le plan pro­jet do­mi­ci­liaire rue La­lande au der­nier con­seil mu­ni­ci­pal. Un pro­jet pré­vu sur un ma­ré­cage fai­sant par­tie du bas­sin d’ali­men­ta­tion du lac Lé­ga­ré.

« Je ne suis pas convain­cu que tous les membres du con­seil dé­te­naient toutes les in­fos né­ces­saires pour prendre une bonne dé­ci­sion,» af­firme éga­le­ment le conseiller.

Le co­mi­té consul­ta­tif d’ur­ba­nisme (CCU) dont il fait par­tie (com­pre­nant deux élus dont Fran­cis Emond, pré­sident, et 4 membres de la po­pu­la­tion, avec la par­ti­ci­pa­tion du di­rec­teur de l’ur­ba­nisme Jean Bou­chard) en avait pro­po­sé la re­com­man­da­tion.

« Ça m’a son­né une cloche »

«Une foi le pro­jet re­com­man­dé, ça m’a son­né une cloche. Ce plan pro­jet est pré­vu sur un mi­lieu hu­mide. Avec le re­cul, je voyais une ir­ré­gu­la­ri­té. Do­mi­nic Noi­seux, l’an­cien di­rec­teur du Ser­vice amé­na­ge­ment, en­vi­ron­ne­ment et ur­ba­nisme nous avait four­ni une carte ré­per­to­riant les mi­lieux hu­mides. Lorsque je l’ai consul­té, je me suis ren­du compte que la zone était plus élar­gie. C’est un des ar­gu­ments pour le­quel j’ai vo­té contre,» ré­vèle le conseiller. « L’autre ar­gu­ment est que ce n’était pas pré­vu au plan d’amé­na­ge­ment. Le pro­jet n’était pas au­to­ri­sé par le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment. Pour ce qui est du ni­veau du mu­ni­ci­pal, on peut réa­li­ser une forme de bou­clage, et, si c’est le cas, on ré­pond à un be­soin de la po­pu­la­tion (Mon­tée de l’église). Or il n’y a au­cun signe de ce be­soin. Je me suis po­sé deux ques­tions Est-ce le pro­jet va dans l’in­té­rêt de la

Les pro­mo­teurs

po­pu­la­tion ? Non, il n’y a au­cune de­mande pour avoir un bou­clage. Est que le pro­jet va dans l’in­té­rêt de la mu­ni­ci­pa­li­té? Non il y a am­ple­ment de ter­ri­toire à Saint-Co­lom­ban pour ne pas mettre en pé­ril un éco­sys­tème fra­gi­li­sé et aug­men­ter le risque de conta­mi­na­tion.» «Je ne suis pas contre le dé­ve­lop­pe­ment, pré­cise mon­sieur Boyer, mais ce pro­jet ne cadre pas avec le dé­ve­lop­pe­ment du­rable, Il s’agit d’un ma­rais fil­trant qui ali­mente une source d’eau du Lac Lé­ga­ré. En outre, le pro­jet doit pas­ser par un cer­ti­fi­cat, il faut faire des re­le­vés avec un bio­lo­giste, mettre en place des me­sures, comme tout autre pro­jet do­mi­ci­liaire.» « Au der­nier con­seil mu­ni­ci­pal, des gens ont po­sé des ques­tions sur le pro­jet Lau-2012 : Qui est der­rière le pro­jet ?» Mon­sieur Jean Bou­chard, di­rec­teur de l’ur­ba­nisme confirme au Jour­nal Le Nord que les pro­mo­teurs sont Guy Lau­rin et quatre de ses frères. « J’ai ap­pris en as­sem­blée que c’était un consor­tium dont fai­sait par­tie Guy Lau­rin,» at­teste Fran­çois Boyer. « Marc Lau­rin, le fils de Guy Lau­rin m’a sur­pris dans le sens où il a vo­té. On vient de suivre un cours en éthique! Per­son­nel­le­ment, je me se­rai re­ti­ré du pro­jet pour m’as­su­rer de ne pas me mettre en po­si­tion dé­li­cate. Tu ne peux pas être ob­jec­tif ! »

«Je vais po­ser des ques­tions»

« Le pro­jet est ac­cep­té, oui, mais je vais po­ser des ques­tions au pro­chain CCU. S’ils vont de l’avant avant l’ob­ten­tion du mi­nis­tère, ce n’est pas fait dans les règles de l’art!»

« Mon re­fus, je vais le main­te­nir et je vais veiller à ce que le rè­gle­ment soit sui­vi (2452010) »

«C’est la pre­mière fois que je vote contre un plan pro­jet de l’équipe Re­nou­veau. C’est une ques­tion de trans­pa­rence. D’ailleurs, j’ai dé­jà eu des plaintes de gens à cô­té de ce ter­rain. En par­ti­cu­lier un mon­sieur dont le sous-sol se rem­plit d’eau à chaque fois qu’il y a une panne d’élec­tri­ci­té!» conclut le conseiller.

Pho­to gra­cieu­se­té

Fran­çois Boyer

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.