Les em­ployés du CSSS sont-ils in­dis­pen­sables ?

Le Nord - - SYNDICAT - Ri­chard Pas­cone

Le Syn­di­cat des em­ployés du CSSS Saint-Jé­rôme a te­nu jeu­di un pique-nique pour ses 1 400 membres sous le thème : em­ployés in­dis­pen­sables. Le Syn­di­cat a de­man­dé aux par­ti­ci­pants de rem­plir un car­ton en ex­pli­quant pour­quoi se sentent-ils in­dis­pen­sables au CSSS.

« Ce car­ton se­ra re­mis à l’em­ployeur, in­dique Ju­lie Lac­ha­pelle, pré­si­dente du syn­di­cat. On sent un gros pro­blème de re­la­tion de tra­vail. Les em­ployés sont sur­char­gés, ils se re­trouvent au ser­vice de san­té qui conteste leur état pour les ra­me­ner au tra­vail. Ça en­ve­nime le cli­mat. Ce n’est pas comme ça qu’ils vont plus per­for­mer, il faut dé­ve­lop­per le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance pour les mo­ti­ver, mais c’est dif­fi­cile quand l’em­ployeur ne l’a pas lui-même, » pour­suit-elle.

« Les em­ployés vivent de très grandes dif­fi­cul­tés de ré­or­ga­ni­sa­tion per­pé­tuelles et d’un rou­le­ment sans fin du per­son­nel d’en­ca­dre­ment. Le taux d’ab­sen­téisme est en­core très im­por­tant et les mé­ca­nismes d’ac­com­pa­gne­ment des tra­vailleurs ma­lades ou bles­sés sont le grand point faible chez notre em­ployeur, » sou­ligne la pré­si­dente.

Les membres du syn­di­cat étaient aus­si in­vi­tés à si­gner une pé­ti­tion ré­cla­mant une amé­lio­ra­tion au ser­vice de san­té et plus de res­pect de la part de la Di­rec­tion des res­sources hu­maines.

Élec­tion pro­vin­ciale: plaintes et griefs à dé­po­ser

Le Syn­di­cat des em­ployés dé­nonce éga­le­ment la fa­çon d’agir de l’em­ployeur lors des der­nières élec­tions pro­vin­ciales.

« Près d’une se­maine avant le jour du scru­tin, le CSSS avait eu comme consigne de son as­so­cia­tion (l’As­so­cia­tion qué­bé­coise d’éta­blis­se­ments de san­té et de ser­vices so­ciaux) de faire des éco­no­mies d’ar­gent le jour du vote pro­vin­cial. Ce­la s’est tra­duit par le fait que l’em­ployeur a ma­noeu­vré pour ten­ter de pas­ser à cô­té de la Loi as­su­rant à l’élec­teur qu’il dis­pose de quatre heures consé­cu­tives pour al­ler vo­ter le jour du scru­tin pen­dant l’ou­ver­ture des bu­reaux de scru­tin, » in­dique le ser­vice des com­mu­ni­ca­tions du Syn­di­cat par com­mu­ni­qué.

Le Syn­di­cat en­tend dé­po­ser des griefs pour contes­ter la dé­ci­sion de l’em­ployeur en plus de dé­po­ser des plaintes in­di­vi­duelles au­près du Di­rec­teur gé­né­ral des élec­tions du Qué­bec. « En ce mo­ment, nous sommes in­quiets des agis­se­ments de la di­rec­tion du CSSS. De­puis quelques mois dé­jà, l’em­ployeur tente d’im­plan­ter une culture d’af­fron­te­ment dans les re­la­tions de tra­vail, » ex­plique Mme Lac­ha­pelle.

« Plu­tôt que de cher­cher à im­plan­ter un cli­mat fa­vo­rable aux dis­cus­sions et à la bonne en­tente, l’em­ployeur em­prunte sys­té­ma­ti­que­ment la voie de l’af­fron­te­ment. Lorsque l’em­ployeur re­fuse de col­la­bo­rer avec la par­tie syn­di­cale, il nous contraint à uti­li­ser les mé­ca­nismes de pro­tec­tion pré­vus aux lois et à la conven­tion col­lec­tive. Ces plaintes et griefs ne font que ju­di­cia­ri­ser et en­ve­ni­mer da­van­tage les re­la­tions de tra­vail et en­gendrent des coûts fa­ra­mi­neux au CSSS. »

Mal­gré des dé­marches ré­pé­tées de notre part, nous at­ten­dions en­core, au mo­ment d’al­ler sous presse, un re­tour d’ap­pel de Na­tha­lie No­lin, di­rec­trice des com­mu­ni­ca­tions du CSSS SaintJé­rôme, pour le point de vue de la di­rec­tion.

Com­men­tez la si­tua­tion des em­ployés de sou­tient du CSSS sur nos pages Fa­ce­book (fa­ce­book. com/Jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­Le­Nord)

(Pho­to: Ri­chard Pas­cone)

Le Syn­di­cat des em­ployés du CSSS Saint-Jé­rôme a invité ses membres à écrire pour­quoi son­tils in­dis­pen­sables à leur em­ployeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.