-Jacques Du­ches­neau

Les pro­fes­sion­nels à l’hô­pi­tal ré­gio­nal de Saint-jé­rôme

Le Nord - - LA UNE - My­chel La­pointe

Le dé­pu­té de Saint-Jé­rôme, Jacques Du­ches­neau, croit fer­me­ment qu’il réus­si­ra à rem­plir une pro­messe faite en cam­pagne élec­to­rale de ré­gler le dos­sier de la salle de spec­tacle à Saint-Jé­rôme au cours de la pre­mière an­née de son pré­sent man­dat.

«La salle de spec­tacle, j’y crois en­core… Nous avons eu une deuxième ren­contre avec les gens d’En scène (son di­rec­teur de bu­reau Steve Ga­gné a eu jus­qu’ici deux ren­contres avec Gaé­tanne Lé­veillé, di­rec­trice gé­né­rale de Dif­fu­sion En scène). J’ai éga­le­ment fait une ap­proche au­près de Ma­ka Kot­to (mi­nistre de la Culture et des Com­mu­ni­ca­tions)» de dire d’en­trée de jeu, lun­di ma­tin der­nier M.Du­ches­neau au cours d’un point de presse avec les re­pré­sen­tants de la presse ré­gio­nale à son bu­reau de Saint-Jé­rôme.

Sou­li­gnons d’ailleurs qu’on a re­mis en ligne sur le site de l’As­sem­blée na­tio­nale la pé­ti­tion (https:// www.ass­nat.qc.ca/fr/ex­pri­mez-votre-opi­nion/pe­ti­tion/Pe­ti­tion-3101/in­dex.html) par­rai­née par l’an­cien dé­pu­té de Pré­vost, Gilles Ro­bert, mise en veilleuse avec le dé­clen­che­ment des élec­tions l’été der­nier et main­te­nant prise en charge par le dé­pu­té Du­ches­neau.Reste main­te­nant à sa­voir quand on au­ra vrai­ment des en­ga­ge­ments concrets du gou­ver­ne­ment du Qué­bec qui de­vra al­lon­ger quelque 6 millions $ pour le pro­jet.

Ques­tion pro­jet et sub­ven­tion gou­ver­ne­men­tale, le dé­pu­té Du­ches­neau a été moins lo­quace en ce qui concerne le pro­jet d’aré­na ré­gio­nal (il fau­dra là aus­si un coup de pouce gou­ver­ne­men­tal d’en­vi­ron 6 millions $) si ce n’est que de dire qu’«on va re­gar­der ce­la…».

Agran­dis­se­ment de l’hô­pi­tal ré­gio­nal

Lun­di ma­tin, Jacques Du­ches­neau fai­sait en fait le tour des dif­fé­rents dos­siers qui ont été por­tés à sa connais­sance de­puis son élec­tion le 4 sep­tembre der­nier.

Il a par­lé d’iti­né­rance, de sé­cu­ri­té pu­blique (comment faire au­tre­ment?), de l’Uni­ver­si­té du Qué­bec en Ou­taouais dont les au­to­ri­tés parlent (de­puis un cer­tain temps dé­jà, il faut bien le dire) d’agran­dis­se­ment du cam­pus de Saint-Jé­rôme qui compte à l’heure ac­tuelle quelque 1 700 étu­diants (voir texte sur la col­la­tion de grades en page 7 de la pré­sente édi­tion), de dé­cro­chage sco­laire et bien d’autres choses en­core.

Là où Jacques Du­ches­neau s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment vo­lu­bile (fi­dèle à son ha­bi­tude, faut-il le pré­ci­ser) c’est quand il a été ques­tion de san­té. D’un éven­tuel agran­dis­se­ment de l’hô­pi­tal ré­gio­nal de Saint-Jé­rôme (il parle d’un pro­jet d’ajout de huit étages au-des­sus de l’ur­gence ac­tuelle) et d’équi­té en ma­tière de fi­nan­ce­ment pour le­quel la ré­gion fait fi­gure de pa­rent pauvre de­puis de nom­breuses an­nées dé­jà.

D’abord, Jacques Du­ches­neau dit avoir ren­con­tré une cen­taine de membres du Con­seil des mé­de­cins, dentistes et phar­ma­ciens (CMDP) de l’hô­pi­tal ré­gio­nal jé­rô­mien («j’ai été éton­né d’ap­prendre que j’étais le pre­mier dé­pu­té à faire ce­la…» de dire le prin­ci­pal in­té­res­sé) et en est ve­nu au constat que «ces gens-là tra­vaillent dans des condi­tions pé­nibles».

Fi­nan­ce­ment

Quant au fi­nan­ce­ment de la san­té, le dé­pu­té Du­ches­neau a dit qu’il al­lait tra­vailler sur le dos­sier.

Il de­vrait nor­ma­le­ment avoir une oreille at­ten­tive du gou­ver­ne­ment pé­quiste du fait que, de pas­sage à Saint-Jé­rôme en cam­pagne élec­to­rale, la pre­mière mi­nistre Pau­line Ma­rois a dit qu’an­nuel­le­ment, au mo­ment de l’éla­bo­ra­tion des pré­vi­sions bud­gé­taires «nous fe­rions en sorte (ad­ve­nant son élec­tion- ce qui est le cas) de faire aug­men­ter les bud­gets ici» en ma­tière d’édu­ca­tion et de san­té.

Col­lu­sion et corruption

En outre, comme le dos­sier lui colle à la peau pour les rai­sons que l’on sait, Jacques Du­ches­neau a dis­cu­té de corruption et de col­lu­sion dans le monde mu­ni­ci­pal, au mo­ment de sa ren­contre avec les jour­na­listes ré­gio­naux.

Après avoir pré­ci­sé que «mon rôle d’en­quê­teur est ter­mi­né», M.Du­ches­neau s’est dit d’avis qu’«un élu doit juste ap­prendre à dire non…» quand quelque chose de mal­hon­nête lui est pro­po­sé.

«Ha­bi­tuel­le­ment, c’est fait par des gens gen­tils. Ça com­mence par une bou­teille de vin. Puis un re­pas au res­tau­rant. Et après…»

Il faut dire que Jacques Du­ches­neau risque de pré­ci­ser en­core da­van­tage sa pen­sée cette se­maine au mo­ment de l’étude du pro­jet de loi 1 du gou­ver­ne­ment pé­quiste sur l’in­té­gri­té en ma­tière de contrats pu­blics.

Pho­to My­chel La­pointe

En ma­tière de corruption, Jacques Du­ches­neau consi­dère qu’«un élu doit juste ap­prendre à dire non…».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.