« Nous ne de­vons ja­mais ou­blier!» - Lcol Jour­dain

Un re­tour en grand du jour du Sou­ve­nir

Le Nord - - ANCIENS COMBATTANTS - Fran­çoise Le Guen

Le Lieu­te­nant-co­lo­nel Ri­chard Jour­dain com­man­dait toutes les troupes pré­sentes lors de la cé­ré­mo­nie du 11 no­vembre der­nier à Saint-Jé­rôme. «Cette an­née on a dé­ci­dé de re­nouer avec Saint-Jé­rôme, de re­ve­nir en grand, d’avoir une plus grande par­ti­ci­pa­tion,» a-t-il confié au Jour­nal Le Nord.

«Il est im­por­tant de se sou­ve­nir des gens qui font que nous avons cette li­ber­té d’agir au Ca­na­da et que nous avons aus­si ces condi­tions de vie là, a rap­pe­lé Ri­chard Jour­dain. La Pre­mière Guerre mon­diale a lais­sé un grand trou dans le tis­su so­cial du Ca­na­da. Les ré­per­cus­sions de cette pre­mière guerre, qui a bles­sé si pro­fon­dé­ment notre conscience col­lec­tive, font que, chaque an­née, nous pre­nons le temps pour nous sou­ve­nir des vic­times. […] Les conflits font tou­jours rage. Il fau­drait que plus ja­mais ce­la ne se pro­duise.»

Le 30 oc­tobre 2011, Ri­chard Jour­dain était nom­mé Lieu­te­nant-co­lo­nel, le plus haut poste de l’uni­té la­val­loise du 4e Ba­taillon Royal 22e Ré­gi­ment, lors d’une cé­ré­mo­nie de pas­sa­tion de com­man­de­ment. Dans sa vie ci­vile, Ri­chard Jour­dain est di­rec­teur de l’adap­ta­tion sco­laire (fa­vo­ri­sant l’in­té­gra­tion so­ciale pour la dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle) de l’École se­con­daire Cap-Jeu­nesse. « Une double vie,» se plait à dire M. Jour­dain. Il cu­mule par se­maine 50 h pour l’école, et 30 h, pour l’ar­mée. «Et j’adore mes deux em­plois au­tant l’un que l’autre!»

Plus grande par­ti­ci­pa­tion

«Je suis Jé­ro­mien, j’ai pas­sé mon en­fance à SaintJé­rôme et je de­meure dans la ré­gion. De­puis un an je suis com­man­dant du 4e Ba­taillon Royal 22e Ré­gi­ment. De­puis que le 4e ba­taillon a quit­té la ville, il y a une quin­zaine d’an­nées, on avait seule­ment des pe­tits contin­gents, une lé­gère re­pré­sen­ta­tion d’une di­zaine de sol­dats qui étaient là pour as­su­rer le jour du Sou­ve­nir. Cette an­née, on a dé­ci­dé d’avoir une plus grande par­ti­ci­pa­tion et une garde sur la pa­rade de l’ar­mis­tice,» par­tage Ri­chard Jour­dain. Mis­sion ac­com­plie. Di­manche, il y avait une grande pré­sence au ni­veau mi­li­taire, mais aus­si beau­coup plus de pré­sence au nou­veau du pu­blic. «J’ai re­mar­qué hier (di­manche 11 no­vembre), beau­coup de monde au ni­veau des spec­ta­teurs. J’ai été sur­pris. Je ne pen­sais pas qu’il y au­rait au­tant de monde. On re­ve­nait pour une pre­mière an­née de­puis plu­sieurs an­nées,» constate le Lieu­te­nant­co­lo­nel pour le­quel c’était la 34e cé­ré­mo­nie au ni­veau du jour du Sou­ve­nir.

Pour tous ceux qui ont com­bat­tu

«C’est un jour im­por­tant. C’est un pe­tit deux heures don­né pour tous ceux qui ont com­bat­tu pen­dant la Pre­mière et la Deuxième Guerre mon­diales, la guerre de Corée et, pré­sen­te­ment, pour ceux qui vont en Af­gha­nis­tan. Eux, ce qu’ils ont vé­cu là-bas, per­sonne ne se­rait ca­pable de vivre ça au­jourd’hui. C’est pour com­mé­mo­rer ces gens-là et pour leur dire mer­ci. Parce que, si on a la li­ber­té qu’on a au­jourd’hui au Ca­na­da c’est grâce à leur im­pli­ca­tion, grâce à leur sa­cri­fice, jus­qu’à la vie, qu’ils ont fait dans les deux guerres, en Corée, et en­core main­te­nant avec l’Af­gha­nis­tan. Au 4e ba­taillon, ré­gion La­val et Lau­ren­tides, nous avons envoyé dans les der­nières an­nées près de 80 per­sonnes en Af­gha­nis­tan, pré­sen­te­ment nous avons 5 per­sonnes. »

«Ex­cer­cer nos droits de ci­té»

«De­puis oc­tobre 2011, nous avons pris une grande orien­ta­tion, soit de se rap­pro­cher beau­coup de la com­mu­nau­té au­tant la­val­loise -le Ré­gi­ment est à La­val- que jé­rô­mienne, parce que le Ré­gi­ment à un grand his­to­rique ici. On a été pen­dant des an­nées à Saint-Jé­rôme,» sou­ligne le Lieu­te­nant-co­lo­nel. «Dans mon man­dat, ce que je me suis don­né comme pre­mière orien­ta­tion, c’est de tra­vailler beau­coup plus avec la com­mu­nau­té de la cou­ronne nord de Mon­tréal. En 2014, c’est le 100e an­ni­ver­saire du Ré­gi­ment ca­na­dien-fran­çais, créé lors de la Pre­mière Guerre mon­diale. On veut faire un ban­quet conjoint avec les villes de La­val et de Saint-Jé­rôme, exer­cer nos droits de ci­té qu’on a ici, à Saint-Jé­rôme.»

Ri­chard Jour­dain rap­pelle que c’est une cé­ré­mo­nie qui a dé­jà eu lieu dans les an­nées 80. «Une cé­ré­mo­nie où, de fa­çon ho­no­ri­fique, Saint-Jé­rôme donne les clefs de la Ville au Ré­gi­ment. On veut exer­cer ces droits de ci­té en 2014, pour le 100e.»

Sui­vez-nous sur Fa­ce­book (fa­ce­book.com/ Jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­Le­Nord)

Pho­to Fran­çoise Le Guen

Le Lieu­te­nant-co­lo­nel Jour­dain re­çoit le livre « His­toire de Saint-Jé­rôme» des mains du maire Gas­con lors du tra­di­tion­nel dî­ner de la Ville per­met­tant de sou­li­gner le jour du Sou­ve­nir, lun­di 12 no­vembre.

Le Lieu­te­nant-co­lo­nel Jour­dain

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.