«Har­per agit comme s’il n’y avait pas d’op­po­si­tion» - Pierre Dionne La­belle

Le Nord - - POLITIQUE FÉDÉRALE - Fran­çoise Le Guen

Le NPD s’op­pose à la loi monstre. Le dé­pu­té Pierre Dionne La­belle se di­sait prêt à sié­ger nuit et jour pour contrer C-45. Or, contrai­re­ment aux cen­taines d’amen­de­ments pré­sen­tés par le Par­ti vert au prin­temps au pro­jet de loi C-38, les 3000 amen­de­ments de C-45 dé­po­sés par le Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da (PLC) ne de­vraient pas en­traî­ner de ma­ra­thon de votes.

Nous ap­pre­nons qu’ils se­ront dé­bat­tus et vo­tés au co­mi­té par­le­men­taire des Fi­nances, où siègent seule­ment 12 dé­pu­tés.

« Il est clair que Har­per agit comme s’il n’y avait pas d’op­po­si­tion, » ré­agit Pierre Dionne La­belle.

Une fa­çon d’écour­ter les dé­bats

De plus, d’après une règle im­po­sée par le gou­ver­ne­ment conser­va­teur, l’étude de C-45 en co­mi­té par­le­men­taire se ter­mi­ne­rait juste avant mi­nuit, mer­cre­di 21 no­vembre. Tout dé­bat se­ra alors in­ter­rom­pu et les votes se­ront te­nus les uns après les autres sans pos­si­bi­li­té de dis­cus­sion. La séance d’étude dé­bu­tant en après-mi­di, un grand nombre d’amen­de­ments au­ront dé­jà été trai­tés.

Se­lon Pierre Dionne La­belle, Ste­phen Har­per a trou­vé une as­tuce, une fa­çon d’écour­ter les dé­bats, on ne pour­ra pas étu­dier des mil­liers d’amen­de­ments pré­sen­tés par les par­tis d’op­po­si­tion, faute de temps.

«Les conser­va­teurs nous em­pêchent de faire notre tra­vail»

Ste­phen Har­per a pré­sen­té deux pro­jets de loi om­ni­bus. Lors du pre­mier pro­jet de loi bud­gé­taire om­ni­bus des conser­va­teurs (C-38), les dé­pu­tés avaient en ef­fet sié­gé jour et nuit, du­rant 23 h, pour ten­ter de le faire amen­der. Ce pro­jet de loi mo­di­fiait l’âge de la re­traite, l’as­su­rance-em­ploi, les pro­tec­tions en­vi­ron­ne­men­tales et la pro­tec­tion des ali­ments.

Le nou­veau pro­jet c’est 556 ar­ticles ré­par­tis sur 457 pages. Cette fois, avec le C-45, les conser­va­teurs mo­di­fie­ront une soixan­taine de lois, dont celle sur les eaux na­vi­gables. « Ce deuxième pro­jet de loi monstre au­ra des consé­quences né­ga­tives à long terme. Nous pen­sions pou­voir l’étu­dier cor­rec­te­ment en co­mi­té, mais à chaque oc­ca­sion pos­sible les conser­va­teurs nous em­pêchent de faire notre tra­vail », met de l’avant le dé­pu­té fédéral Pierre Dionne La­belle.

«Du ja­mais vu dans l’his­toire du Ca­na­da!»

« Sur les 400 pages du C-38, qui chan­geait d’un seul coup 70 lois n’ayant sou­vent rien à voir avec le bud­get, nous n’avions pas été en me­sure de faire dé­pla­cer une seule vir­gule », fait ob­ser­ver le dé­pu­té.

Se­lon le Pierre Dionne La­belle, si les conser­va­teurs ont fi­na­le­ment consen­ti à faire exa­mi­ner leur pro­jet de loi par dif­fé­rents co­mi­tés du par­le­ment, ces der­niers n’au­ront pas le pou­voir de le mo­di­fier.

«C’est du ja­mais vu dans l’his­toire du Ca­na­da! Har­per uti­lise sa ma­jo­ri­té pour bâillon­ner sys­té­ma­ti­que­ment l’op­po­si­tion et pour mo­di­fier des di­zaines de lois sans pos­si­bi­li­té de dis­cus­sion. C’est une vé­ri­table contor­sion de la dé­mo­cra­tie», s’in­surge le dé­pu­té.

Vu cette nou­velle si­tua­tion, le NPD n’avait pas en­core dé­voi­lé sa stra­té­gie au mo­ment de mettre sous presse.

Le dé­pu­té de Ri­vière-du-Nord in­vite ses conci­toyen-ne-s à faire connaître leur mé­con­ten­te­ment en si­gnant deux pé­ti­tions en ligne à http:// loi­monstre.ca et http://npd.ca/pro­te­geons-les­peches ou à son bu­reau de com­té si­tué au 227, bu­reau 101, rue Saint-Georges à Saint-Jé­rôme. Sui­vez-nous sur Fa­ce­book (fa­ce­book.com/ Jour­nal­le­nord) et Twit­ter (@Jour­nal­Le­Nord)

plus de 27 ans d’ex­pé­rience

plus de 37 ans d’ex­pé­rience

Pho­to gra­cieu­se­té

Pierre Dionne La­belle

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.