5 ques­tions en 5 lignes avec Mar­tin Cham­pagne

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET SPECTACLES -

Di­rec­teur gé­né­ral chez Praxis Art Ac­tuel, et ad­mi­nis­tra­teur au Mu­sée d’art contem­po­rain des Lau­ren­tides

1–Quels sont vos ac­com­plis­se­ments

cultu­rels dont vous êtes le plus fier ?

J’ai su faire pro­fi­ter la ré­gion d’une ex­pé­rience éten­due en ges­tion de centre d’ar­tistes, dont chez Praxis Art Ac­tuel, où j’y dé­ve­loppe des pro­jets de mé­dia­tion cultu­relle fort in­té­res­sants, avec des ar­tistes tels Tam­my Os­ler, Victoria Stan­ton, Doug Scholes, Valérie Ca­dieux, Ré­al Pa­try, qui per­mettent le rap­pro­che­ment de l’art contem­po­rain avec la com­mu­nau­té. Je suis une cri­tique d’art re­con­nu par ses pairs, j’écris main­te­nant plu­sieurs ca­ta­logues d’ex­po­si­tion et suis ac­tuel­le­ment char­gé de cours à l’UQÀM en his­toire de l’art en mu­séo­lo­gie.

2–Comment dé­crie­riez-vous la culture

dans les Lau­ren­tides ?

En com­pa­rai­son des grands centres ur­bains, notre ré­gion souffre d’un manque d’in­fra­struc­tures cultu­relles consi­dé­rables : seule­ment 2 ins­ti­tu­tions ac­cré­di­tées par le Mi­nis­tère de la Culture, pour un ter­ri­toire dont la su­per­fi­cie se si­tue en 4e rang dans la pro­vince et dont la po­pu­la­tion est es­ti­mée à un peu plus de ? mil­lion d’ha­bi­tants. Pour­tant, les Lau­ren­tides jouissent d’un nombre par­ti­cu­liè­re­ment éle­vé d’ar­tistes pro­fes­sion­nels qui y ha­bitent, y tra­vaillent et sont plus que re­pré­sen­ta­tifs de leur en­ga­ge­ment dans la vie cultu­relle qué­bé­coise. Nom­mons entre autres, Re­né De­rouin, Pierre Leb­lanc, Kit­tie Bruneau, Gilles Bois­vert, Ray­nald Con­no­ly et Bon­nie Bax­ter.

3-Qu’est-ce qui pour­rait faire en sorte que la culture dans les Lau­ren­tides rayonne da­van­tage ?

Il fau­drait sus­ci­ter da­van­tage l’en­ga­ge­ment des pu­blics sur des ques­tions es­thé­tiques et des en­jeux ac­tuels col­lec­tifs, élar­gir la por­tée des évé­ne­ments cultu­rels en ré­gion pour trai­ter des su­jets qui touchent les pu­blics tou­ris­tiques, va­lo­ri­ser le tra­vail des ar­tistes pro­fes­sion­nels, leur ap­port à la for­ma­tion de l’iden­ti­té, à l’es­pace cri­tique et au fa­çon­ne­ment de notre rap­port au monde, contrer le pré­ju­gé qui ca­rac­té­rise trop sou­vent l’art contem­po­rain et sus­ci­ter des sen­ti­ments d’ap­par­te­nance et de fier­té quant à la pro­fes­sion ar­tis­tique et ain­si haus­ser les stan­dards de qua­li­té.

4–D’où vient votre pas­sion pour les arts

et la culture ?

C’est à tra­vers mon édu­ca­tion en his­toire et mon en­ga­ge­ment en­vers l’iden­ti­té col­lec­tive qué­bé­coise, entre autre par la chan­son et ma for­ma­tion au con­ser­va­toire La Salle, que j’ai dé­cou­vert cette pas­sion. Mon ap­proche so­cio­lo­gique de l’his­toire de l’art s’oriente au­tour de la no­tion de mé­dia­tion, c’est à dire que l’oeuvre d’art est per­çue comme un lieu d’échange, de trans­mis­sion et de tans­for­ma­tion entre le pu­blic, le mes­sage de l’au­teur ou de l’ar­tiste, et l’ob­jet lui-même. Ce­lui-ci opère par sa dif­fu­sion une vé­ri­table trans­for­ma­tion so­ciale et marque les consciences de cha­cun. L’oeuvre d’art a pour moi un réel impact qui en­cou­rage la par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne à la culture, et c’est ce que je m’en­gage à pro­mou­voir.

5–Que sou­hai­tez-vous lais­ser en hé­ri­tage

pour votre ré­gion ?

Ma contri­bu­tion se­rait si­gni­fi­ca­tive si j’ar­rive à pro­mou­voir l’union des di­verses forces de la ré­gion dans le but d’at­teindre cet ob­jec­tif de créer un pôle cultu­rel im­por­tant hors d’un grand centre. Je suis as­sez content du Prix Praxis que j’ai ins­tau­ré cette an­née vi­sant à sou­te­nir la re­lève ar­tis­tique à tra­vers un pro­gramme de men­to­rat ori­gi­nal. En­fin je pense avoir sti­mu­lé la ré­flexion en art dans la ré­gion à tra­vers mon tra­vail quo­ti­dien chez Praxis et au Mu­sée d’art contem­po­rain des Lau­ren­tides.

(Pho­to : courtoisie)

Mar­tin Cham­pagne

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.