Avoir conquis l’eve­rest... et ce qu’il en reste

Le Nord - - TÉMOIGNAGE - Par Geneviève Ques­sy

Huit ans après sa conquête de l’Eve­rest, le Dr Mar­tin Boi­leau, oph­tal­mo­lo­giste à l’Ins­ti­tut de l’Oeil des Lau­ren­tides, se re­met à ra­con­ter son pé­riple. Sa confé­rence, pas­sion­nante, nous fait ré­flé­chir sur l’ex­ploit en lui-même, mais aus­si sur la fa­çon dont son sou­ve­nir marque une vie.

Pré­sen­tée dans le cadre de la cam­pagne de fi­nan­ce­ment de la Fon­da­tion de l’Hô­pi­tal ré­gio­nal de Saint- Jé­rôme, ce 21 fé­vrier, à l’Aca­dé­mie Sainte-Thé­rèse, la confé­rence du Dr Boi­leau a at­ti­ré un pu­blic nom­breux. Un chèque de 6 500$ a été re­mis à Serge McNi­coll, chef du Ser­vice de car­dio­lo­gie de l’Hô­pi­tal, par le Doc­teur Boi­leau qui avait choi­si de lui dé­dier les fonds amas­sés.

L’oph­tal­mo­lo­giste dit avoir dé­ci­dé de re­prendre la confé­rence qu’il avait mon­tée à la suite de son voyage, après plu­sieurs an­nées d’in­ter­rup­tion, suite au choc que lui a cau­sé la dis­pa­ri­tion de son col­lègue, le Dr Do­mi­nique Oui­met, lors d’une ex­pé­di­tion dans les mon­tagnes du Né­pal il y a quelque mois. «J’ai dé­ci­dé d’abor­der mon su­jet sous un autre angle. Cet évé­ne­ment m’a fait ré­flé­chir qu’il est bien de faire des ex­ploits, mais qu’il faut sur­tout pou­voir re­ve­nir pour les ra­con­ter.»

La vie dont on se sou­vient…

Sa confé­rence dé­bute donc sur une pa­role de Ga­briel Gar­cia Mar­quez, ti­rée de son livre «Vivre pour la ra­con­ter», que sa mère lui avait don­né à son dé­part pour le mont Eve­rest. «La vie n’est pas celle qu’on a vé­cue, mais celle dont on se sou­vient et comment on s’en sou­vient… pour la ra­con­ter.» Mar­tin Boi­leau dé­ve­loppe en­suite, en trois temps, les nom­breux pré­pa­ra­tifs né­ces­saires à un tel ex­ploit, l’in­croyable as­cen­sion du mont Eve­rest, avant de conclure sur le vé­cu qui en ré­sulte et le nou­veau re­gard qu’il a sur cet ac­com­plis­se­ment, 8 ans plus tard.

Fas­ci­nante, sa des­crip­tion du voyage nous laisse rê­veurs. S’en­traî­ner pen­dant un an à grim­per et re­des­cendre le Mont-Trem­blant 7 fois dans la même jour­née, avec un sac à dos rem­pli de plu­sieurs di­zaines de ki­los de roches, en guise de pré­pa­ra­tion né­ces­saire, n’est pas pour tout le monde. Ni man­ger pour dé­jeu­ner des crêpes cuites sur un feu nour­ri à la crotte de yak sé­chée, du­rant trois mois d’ex­pé­di­tion! Mais quelle splen­deur, à la contem­pla­tion du som­met du monde, à l’heure du pe­tit ma­tin, lorsque la lu­mière est si pure qu’elle perce l’écran, même dans le fond d’une salle obs­cure! Et le vent, si violent qu’il nous fait fris­son­ner, rien qu’à l’en­tendre fouet­ter le mi­cro de la ca­mé­ra, tel qu’en té­moignent les vi­déos rap­por­tées! À ce temps-ci de l’an­née, pas d’ex­pé­di­tions pos­sibles, nous a ré­vé­lé Mar­tin Boi­leau, car au som­met de l’Eve­rest, à 8 850 mètres d’al­ti­tude, soufflent des vents de plus de 375 km à l’heure…

Pho­to gra­cieu­se­té

Le Dr Mar­tin Boi­leau (au centre) a re­mis un chèque de 6 500$ à Aline Des­jar­dins, di­rec­trice gé­né­rale de la Fon­da­tion, et Serge McNi­coll, chef du Ser­vice de car­dio­lo­gie de l’Hô­pi­tal ré­gio­nal de Saint-Jé­rôme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.