« Un en­fant, on ne touche pas à ça !»

Marche pour les en­fants à Saint-jé­rôme

Le Nord - - IMPLICATION - Mathieu Ste-ma­rie

Une tren­taine de per­sonnes ont mar­ché dans le centre-ville de Saint-Jé­rôme pour dé­non­cer la vio­lence faite aux en­fants, sa­me­di der­nier. Par­ti du pa­lais de jus­tice, le groupe a ma­ni­fes­té leur dé­sir de faire chan­ger la loi qu’il juge trop clé­mente pour ceux qui s’at­taquent aux en­fants.

« Un en­fant, on ne touche pas à ça ! Il n’y a au­cune rai­son de le faire. Il me semble que lors­qu’on met un en­fant au monde, c’est pour lui don­ner de l’amour. Pas pour le mal­trai­ter ou le tuer», a lan­cé Line La­fleur, or­ga­ni­sa­trice de l’évé­ne­ment à Saint-Jé­rôme.

Mme La­fleur es­père que cette ma­ni­fes­ta­tion au­ra des échos dans la po­pu­la­tion. «On veut que les gens osent prendre la dé­fense des en­fants qui, eux, sont sans dé­fense», dit-elle.

Plu­sieurs his­toires d’hor­reurs ont fait la man­chette ces der­nières an­nées: les meurtres de trois en­fants à Drum­mond­ville, l’as­sas­si­nat de deux autres à Saint-Ed­mond-de-Gran­tham et, plus près de chez nous, les meurtres d’Oli­vier et Anne- Sophie par leur père Guy Tur­cotte, ex- car­dio­logue à l’hô­pi­tal de Saint-Jé­rôme.

Une ma­ni­fes­tante a d’ailleurs été très tou­chée par ce der­nier drame.»Chaque fois que je voyais les pho­tos d’Oli­vier et Anne-Sophie, je pleu­rais. Je trouve ça in­con­ce­vable qu’un papa, qui sup­po­sé­ment aime ses en­fants, les a poi­gnar­dés», ex­plique Claire Du­puis.

Se­lon elle, le sys­tème de jus­tice doit chan­ger. «Il faut que l’on ar­rête de lais­ser des cri­mi­nelles sor­tir de pri­son, tout à coup mi­ra­cu­leu­se­ment gué­ri», a-t-elle dit, fai­sant ré­fé­rence à Guy Tur­cotte qui a ob­te­nu sa li­ber­té condi­tion­nelle.

Vivre dans la peur

De son cô­té, Ma­rie-Claude Gen­dron mar­chait pour sou­te­nir Isa­belle Gas­ton, ex­con­jointe de Guy Tur­cotte, qui di­sait craindre une ré­ci­dive de Tur­cotte dans une lettre en­voyée à la Com­mis­sion d’exa­men des troubles men­taux, en no­vembre 2011. Mme Gen­dron vit, elle aus­si, dans la peur.»Mon ex-conjoint a ten­té de me tuer et il a vou­lu me re­trou­ver quelques an­nées plus tard » , ra­conte-t-elle.

In­car­cé­ré à l’Ins­ti­tut Phi­lippe-Pi­nel, son agres­seur plai­de­ra la non-res­pon­sa­bi­li­té cri­mi­nelle. « J’ai peur qu’il s’en sorte comme Tur­cotte», a-t-elle dit.

Elle veut se battre pour que les vic­times soient en­ten­dues à la Com­mis­sion d’exa­men des troubles men­taux. «Je veux bien croire que ce sont de bons psy­chiatres, mais ils n’ont pas le ta­bleau com­plet», a-t-elle dit.

No­tons que six marches pour ma­ni­fes­ter contre la vio­lence faite aux en­fants avaient lieu le 6 mars, au Qué­bec.

Mathieu Ste-ma­rie

L’or­ga­ni­sa­trice de la marche à Saint-Jé­rôme, Line La­fleur, tient une pan­carte sur la­quelle est col­lée la pho­to d’Anne-Sophie (3 ans) et Oli­vier (5 ans) tués par leur père Guy Tur­cotte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.