«Ça va prendre des ef­forts col­lec­tifs » - Hu­go Bis­son­net

Fer­me­ture du Ca­fé de rue

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

«En fait ça n’a pas bou­gé. Le Ca­fé de rue ferme pour la deuxième fois, pour les mêmes rai­sons, le manque de fi­nan­ce­ment,» nous dit d’en­trée d e jeu Hu­go Bis­son­net, di­rec­teur du Centre Si­da Ami­tié.

«On a crié au loup plu­sieurs fois et il sem­ble­rait qu’on ne nous en­tend plus»

Constat

«Le constat est on ar­rive en fin d’an­née fis­cale (31 mars). L’en­ve­loppe qu’on avait du Pro­gramme de sou­tien au fi­nan­ce­ment du trai­te­ment de la toxi­co­ma­nie (PSFTT) ar­rive à échéance et n’a pas été re­nou­ve­lée au fédéral,» met de l’avant Hu­go Bis­son­net.

« Ce n’est pas le pro­jet qui n’a pas été re­con­duit c’est l’en­ve­loppe to­tale donc, dans deux se­maines et des pous­sières le ca­fé de rue ferme et je n’ai rien qui fait pen­ser que ça pour­rait être au­tre­ment. Peut-être, un ré­si­duel d’en­ve­loppe, au lieu de mars, peut être avril ou mai. Mais ce n’est pas un main­tien, rien qui per­mette de faire une autre an­née avec ça. C’est une ques­tion de se­maines.»

Se concen­trer sur la mis­sion

70 per­sonnes par jour

Hu­go Bis­son­nette men­tionne par ailleurs qu’il est im­por­tant pour le CSA de se concen­trer sur la mis­sion pre­mière, les per­sonnes avec le VIH et l’hé­pa­tite C : «il faut qu’on tra­vaille sur notre mis­sion de base».

Se­lon le di­rec­teur du CSA, à chaque fois qu’il y a une si­tua­tion de crise, tout le monde fait : «mais c’est bien épou­van­table et c’est bien grave.»

«Mais on s’en­tend qu’on dé­pan­nait la com­mu­nau­té en ac­cueillant des per­sonnes qui n’étaient pas né­ces­sai­re­ment les bien­ve­nues dans toutes les res­sources et sur le ter­ri­toire, dans les centres d’achats, pro­me­nades et ter­rasses! Qu’estce qui va ar­ri­ver avec ces gens-là? Je ne le sais pas. Ce sont des gens qui ont be­soin d’aide, de points de ser­vice et ils ne vont pas juste se fondre dans la na­ture!» dé­nonce le di­rec­teur du CSA. Le Ca­fé de rue of­frait le dé­jeu­ner gra­tuit le ma­tin. «On peut avoir jus­qu’à 70 per­sonnes qui passent dans une jour­née.» «Nous ce qu’on fai­sait c’était d’of­frir quatre murs, un toit, une oreille, » ex­plique Hu­go Bis­son­net. «Ce qui est dif­fi­cile aus­si est qu’au Ca­fé de rue on avait des plans d’in­ter­ven­tion pour es­sayer de les suivre, pour es­sayer d’amé­lio­rer leur si­tua­tion. Ces ou­tils-là, je ne les au­rais plus. Ça leur prend tou­jours des ser­vices, ce n’est pas des af­faires qu’on peut ré­gler en deux se­maines!»

«On pense qu’on avait un bon lien, ajoute-til. Je ne me sens pas à l’aise d’avoir joué au yoyo (avec la clien­tèle du Ca­fé de rue); ça prend un mi­ni­mum de sta­bi­li­té, constate le di­rec­teur du CSA. Je l’ai an­non­cé une fois pour toutes «pen­sez à un plan B parce le ca­fé de rue ne se­ra plus «. Mais en­core là, ils vont al­ler où ? Dans d’autres or­ga­nismes com­mu­nau­taires ?

Un corridor d’ac­cès

Le CSA tra­vaille ac­tuel­le­ment à «s’as­su­rer qu’ils aient un corridor d’ac­cès pour qu’il soit sui­vi par quel­qu’un, trou­ver la res­source qui pour­rait les ai­der dans leurs be­soins. C’est complexe et on sait que les Lau­ren­tides sont le parent pauvre de la san­té et des ser­vices so­ciaux donc on réa­lise que des res­sources il n’y en a pas tant que ça. »

Le PAGSIS?

«Il res­te­rait des sommes du PAGSIS (Plan d’ac­tion gou­ver­ne­men­tal pour la so­li­da­ri­té et l’in­clu­sion so­ciale) au ni­veau ré­gio­nal, mais pas pour de la conso­li­da­tion pour de nou­veaux pro­jets. On ne peut pas main­te­nir les ser­vices avec ça. Et l’en­ve­loppe n’est pas ré­cur­rente. Mais il y au­rait de quoi pour une nou­velle res­source, pour au moins ap­por­ter de l’eau au mou­lin et par­tir l’en­gre­nage.»

«C’est ce qu’on sou­haite qui se passe, qu’il y ait quel­qu’un d’autre qui puisse por­ter le dos­sier. Et moi je sou­haite une res­source dé­diée en iti­né­rance, quel­qu’un qui ne fait que ça. C’est un pro­blème de col­lec­ti­vi­té. Il va fal­loir que la com­mu­nau­té jé­rô­mienne ou celle des Lau­ren­tides se mo­bi­lisent.»

C’est quoi la so­lu­tion?

La so­lu­tion ? « Hon­nê­te­ment une res­source dé­diée en iti­né­rance, c’est im­por­tant. Je re­garde L’Avi­ron à La­val. La ville a em­bar­qué, le gou­ver­ne­ment, les agences. Ils se sont do­tés d’une struc­ture.» Se­lon Hu­go Bis­son­net ça prend vrai­ment une dé­ci­sion lo­cale : « la Table de concer­ta­tion en iti­né­rance doit se po­si­tion­ner pour dire : c’est quoi concrè­te­ment les be­soins. Ils sont criants et les res­sources il n’y en a pas.»

«Il faut que les dé­ci­deurs s’as­soient en­semble constatent qu’il y a un pro­blème un re­fou­le­ment des per­sonnes non des­ser­vies qui ont be­soin d’aide et il faut qu’on soit ca­pable d’in­jec­ter des sommes avec une cer­taine ré­cur­rence. »

Hu­go Bis­son­net a par­lé avec le bu­reau des dé­pu­tés Jacques Du­ches­neau et Pierre Dionne La­belle. « Ils ont une belle ou­ver­ture, une bonne oreille. Moi je pense qu’ils vont se ral­lier à nous et tra­vailler dans le même sens pour ai­der la com­mu­nau­té. Je suis pas mal sûr qu’ils vont le faire quand ce se­ra le temps. Ce n’est pas à eux autres à «dri­ver « ça tout de suite, mais je ne suis pas in­quiet.»

«Ça prend un por­teur de dos­sier»

«Ça prend un por­teur de dos­sier, le but c’est de tra­vailler en col­la­bo­ra­tion. Que tout le monde s’em­barque dans la pa­rade : le fédéral, pro­vin­cial, lo­cal. Des gens qui s’as­soient au­tour d’une même table,» mar­tèle le di­rec­teur du CSA.

«C’est un pro­blème col­lec­tif, ça va prendre des ré­ponses col­lec­tives et des ef­forts col­lec­tifs. Et même si on est plus là je sou­haite que le pro­chain por­teur ne soit pas seul.»

«Il faut que quel­qu’un prenne le «lead». L’agence, un dé­pu­té… Ça pren­dra un lea­der qui va être ca­pable d’as­seoir les dé­ci­deurs. Un noyau de per­sonnes ca­pables d’al­ler au «bat».»

«J’ai de l’es­poir. Il faut juste que ça ne s’éteigne pas, mais il n’y a rien de ré­glé!» conclut Hu­go Bis­son­net.

plus de 27 ans d’ex­pé­rience

plus de 37 ans d’ex­pé­rience

Pho­to Fran­çoise Le Guen

Hu­go Bis­son­net, di­rec­teur du Centre Si­da Ami­tié

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.