Bruit ex­ces­sif du train de ban­lieue : en­fin une mé­dia­tion !

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Les ci­toyens du sec­teur Saint-An­toine à SaintJé­rôme ex­cé­dés par le bruit pro­ve­nant du ga­rage des trains de la ligne Saint-Jé­rôme / Montréal ont fi­na­le­ment ob­te­nu la par­ti­ci­pa­tion de l’Agence mé­tro­po­li­taine de trans­port (AMT) à un pro­ces­sus de mé­dia­tion sous l’égide de l’Of­fice des transports du Ca­na­da.

«L’Of­fice des Transports Ca­na­da a ac­cep­té le cas sou­mis aux fins de mé­dia­tion à comp­ter du 6 mars 2013, » in­dique une lettre da­tée du 7 mars en­voyée à monsieur Paul- An­dré Clou­tier, ci­toyen mo­bi­li­sé pour ré­gler le pro­blème de bruit des trains, en ré­ponse à sa de­mande de ser­vices de mé­dia­tion.

«À court terme, les ré­si­dents exigent l’ins­tal­la­tion ra­pide de me­sures d’at­té­nua­tion adé­quates et sou­haitent no­tam­ment une com­pen­sa­tion pour les dom­mages su­bis.

Afin d’as­su­rer du sui­vi des plaintes, ils de­mandent aus­si que soit mis sur pied un co­mi­té consul­ta­tif tri­par­tite (AMT / Ville / ré­si­dents) avec des réu­nions ré­gu­lières, ain­si que des pro­ces­sus trans­pa­rents et connus de tous.

De­puis 2006

De­puis 2006, un groupe de ci­toyens de SaintJé­rôme, des ré­si­dents du sec­teur Saint-An­toine, dé­nonce le bruit cau­sé, très tôt le ma­tin, par les lo­co­mo­tives de l’Agence mé­tro­po­li­taine de trans­port (AMT). En 2006, l’AMT a amé­na­gé un « dor­toir » à lo­co­mo­tives des trains de la ligne Saint- Jé­rôme/ Montréal, à quelques di­zaines de mètres de leurs ré­si­dences. Le cau­che­mar com­mence aux en­vi­rons de 4 h 20 du ma­tin, du lun­di au ven­dre­di, quand les pré­po­sés font dé­mar­rer les lo­co­mo­tives en vue de la des­serte à comp­ter de 5 h 30 à par­tir de la gare in­ter­mo­dale de Saint-Jé­rôme. Ces ré­si­dents souffrent d’in­con­vé­nients ma­jeurs cau­sés par non seule­ment par le bruit in­tense du dé­mar­rage des lo­co­mo­tives la nuit, les vi­bra­tions de basses fré­quences, mais aus­si par l’odeur per­sis­tante de die­sel sans par­ler des dom­mages cau­sés sur des pro­prié­tés lors de la construc­tion des ins­tal­la­tions. Ces faits ont été ré­vé­lés lors d’un re­por­tage de l’émis­sion La Fac­ture dif­fu­sé par Ra­dio-Ca­na­da en dé­cembre der­nier.

Le dé­pu­té se ré­jouit et s’in­ter­roge

Le dé­pu­té fédéral Pierre Dionne La­belle qui ac­com­pagne la dé­marche des ci­toyens se ré­jouit de la dé­ci­sion de l’AMT. « Les ci­toyens sou­haitent sim­ple­ment de pou­voir dor­mir li­bre­ment dans des condi­tions nor­males, s’as­su­rant ain­si une saine qua­li­té de vie comme tout ci­toyen a droit ». Le dé­pu­té fédéral sou­haite que les deux par­ties en ar­rivent à une en­tente : « Mal­gré trois re­fus for­mels de l’AMT de dis­cu­ter de me­sures de na­ture à sa­tis­faire la quié­tude des ci­toyens, ceux-ci ont ré­ité­ré leur bonne foi en don­nant une chance à la mé­dia­tion, plu­tôt qu’en dé­po­sant im­mé­dia­te­ment une plainte for­melle à l’Of­fice des transports, qui est un tri­bu­nal qua­si-ju­di­ciaire. Sou­hai­tons main­te­nant que la mé­dia­tion porte fruits ».

Le dé­pu­té fédéral s’in­ter­roge sur l’ab­sence de zone tam­pon de 300 mètres entre les ré­si­dences et les nou­velles ins­tal­la­tions du train, ain­si que le non-res­pect de la norme sur le bruit de l’Or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té ( OMS). Se­lon Pierre Dionne La­belle, la Di­rec­tion de la san­té pu­blique des Lau­ren­tides au­rait po­sé de sé­rieux doutes sur les études réa­li­sées par les pro­mo­teurs sur l’impact de la gare de nuit sur la qua­li­té de vie des ci­toyens tou­chés.

Pho­to gra­cieu­se­té

M.Paul-An­dré Clou­tier et le dé­pu­té fédéral Pierre Dionne La­belle. M.Paul-An­dré Clou­tier qui ha­bite sur la rue des Bou­leaux, à deux pas du ga­rage des trains fait par­tie du groupe de ci­toyens mo­bi­li­sés pour ré­gler le pro­blème de bruit des trains.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.