Font la dif­fé­rence dans

Le Nord - - ACTUALITÉS -

Et une mar­raine, c’est quoi pour Émi­lie? «Je fais des sorties à la place de ne rien faire à la mai­son !» Émi­lie souffre du syn­drome de Cof­fin-Lo­wry, une sco­liose importante,» je marche croche « et d’une pe­tite dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle. Mo­nique, édu­ca­trice spé­cia­li­sée du Centre du Flo­rès, ef­fec­tue un sui­vi ponc­tuel avec Émi­lie, pour son in­té­gra­tion en mi­lieu de stage (Ca­na­dian Tire). Émi­lie fré­quente le Centre Mar­chand Elle re­çoit des ser­vices du Flo­rès de­puis son en­fance. Son édu­ca­trice tra­vaille avec elle de­puis 3 ans. «On a tra­vaillé beau­coup l’au­to­no­mie et la dis­tan­cia­tion par rap­port aux pa­rents. Plus elle au­ra l’oc­ca­sion de connaitre d’autres gens, plus ça va l’ai­der à as­su­mer que c’est une adulte main­te­nant. En même temps, ce n’est pas si évident pour les per­sonnes han­di­ca­pées, mal­gré tous nos ef­forts d’in­té­gra­tion, de créer des re­la­tions d’ami­tié avec l’en­tou­rage, d’avoir des échanges in­té­res­sants. La mar­raine est un plus dans leur vie.»

Par­rai­nage Ci­vique

«On ju­melle avec les af­fi­ni­tés, dans la même ré­gion pour que les bé­né­voles n’aient pas trop de trans­port. Il n’y en a jamais de libre, une qua­ran­taine de jeunes est en at­tente. On a beau­coup de beaux ju­me­lages et Mo­nique et Émi­lie est dans le top cinq de nos ju­me­lages, avec beau­coup de com­pli­ci­té et une im­pli­ca­tion fa­mi­liale. Et c’est tou­jours bon pour les filleules d’agran­dir le cercle so­cial», ex­plique la re­pré­sen­tante du Par­rai­nage Ci­vique.

Jessy et Fer­nand

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.