En­tente dans les CPE

Le Nord - - ACTUALITÉS -

L’une des plus longues rondes de né­go­cia­tion des CPE s’est ter­mi­née le 25 mars der­nier par la si­gna­ture de la conven­tion col­lec­tive des tra­vailleuses, membres du syn­di­cat ré­gio­nal des CPE des Lau­ren­tides af­fi­lié à la CSN.

Cette en­tente in ex­tre­mis, qui vien­dra à échéance le 31 mai 2015, per­met­tra aux CPE vi­sés par cette né­go­cia­tion de res­pec­ter la date bu­toir im­po­sée par le gou­ver­ne­ment et de bé­né­fi­cier des fi­nan­ce­ments re­con­nus pré­cé­dem­ment par une en­tente na­tio­nale avec le mi­nis­tère de la Fa­mille et des Aî­nés et les di­rec­tions des CPE.

Le pro­ces­sus de né­go­cia­tion s’est dé­rou­lé pen­dant de longs mois, à trois ni­veaux : na­tio­nal, ré­gio­nal et lo­cal. L’ap­pui in­dé­fec­tible des membres a per­mis aux co­mi­tés de né­go­cia­tion de res­sor­tir avec l’une des meilleures conven­tions.

Les cou­pures an­non­cées ne visent pas les bonnes cibles

Par ailleurs, l’an­nonce faite ré­cem­ment par le gou­ver­ne­ment à l’ef­fet de re­tran­cher 56M$ des bud­gets de fonc­tion­ne­ment des CPE de la pro­vince laisse per­plexe le Syn­di­cat des tra­vailleuses en CPE ré­gion Lau­ren­tides (STCPERL). «Si l’in­ten­tion du gou­ver­ne­ment est bien de ré­cu­pé­rer les sur­plus ac­cu­mu­lés in­dû­ment par cer­tains CPE, il au­rait dû en fixer les pa­ra­mètres, plu­tôt que d’im­po­ser des cou­pures aveugles», af­firme la pré­si­dente du syn­di­cat, Da­nielle Des­cha­te­lets. Elle ajoute que «le gou­ver­ne­ment ne prend pas ses res­pon­sa­bi­li­tés, en imposant aux di­rec­tions des CPE une réelle red­di­tion de comptes qui per­met­trait de s’as­su­rer de la bonne uti­li­sa­tion des fonds pu­blics».

«Le syn­di­cat en­tend donc dans ces cir­cons­tances de­meu­rer vi­gi­lant, afin que les cou­pures ne se fassent pas à même les condi­tions de tra­vail ou les ser­vices dis­pen­sés aux en­fants et veille­ra à ce que les conven­tions col­lec­tives soient res­pec­tées. Les di­rec­tions de CPE doivent re­voir leur mode de ges­tion qui re­pose sur une struc­ture ad­mi­nis­tra­tive tou­jours plus lourde et dis­pen­dieuse et sur le re­cours de plus en plus sys­té­ma­tique à des firmes ex­ternes», de conclure ma­dame Des­cha­te­lets.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.