In­ves­tis­se­ment de 1,2 M$ sup­plé­men­taire pour la ré­gion des Lau­ren­tides

Troubles en­va­his­sants du dé­ve­lop­pe­ment, dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle et dé­fi­cience phy­sique

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

La mi­nistre dé­lé­guée aux Ser­vices so­ciaux et à la Pro­tec­tion de la jeu­nesse, ma­dame Vé­ro­nique Hi­von, a an­non­cé ven­dre­di der­nier que la ré­gion bé­né­fi­cie­ra an­nuel­le­ment d’un bud­get sup­plé­men­taire de 1 244 500 $ pour amé­lio­rer les ser­vices aux jeunes adultes de 21 ans et plus ayant un trouble en­va­his­sant du dé­ve­lop­pe­ment (TED), comme l’au­tisme, une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle ou une dé­fi­cience phy­sique.

Ce fi­nan­ce­ment ad­di­tion­nel ré­cur­rent dé­coule d’une nou­velle en­ve­loppe glo­bale de 10 mil­lions de dol­lars que la mi­nistre a confir­mée le 8 avril der­nier.

Pour les 21 ans et plus

« Il s’agit es­sen­tiel­le­ment d’amé­lio­rer à court terme l’offre d’ac­ti­vi­tés so­cio­pro­fes­sion­nelles et de ser­vices ré­si­den­tiels adap­tés aux 21 ans et plus, des en­jeux ma­jeurs pour les jeunes adultes ayant un TED ou une dé­fi­cience », a ex­pli­qué ma­dame Hi­von.

Ce re­haus­se­ment budgétaire s’ajoute à ce­lui de 2 693 839 $ dé­jà an­non­cé pour les Lau­ren­tides, qui vise des ob­jec­tifs plus gé­né­raux. La ré­gion bé­né­fi­cie­ra ain­si de près de 4 mil­lions de dol­lars sup­plé­men­taires en 2013-2014 pour ré­pondre aux be­soins de ces per­sonnes.

« Les nou­velles sommes an­non­cées per­met­tront de pro­po­ser aux per­sonnes ayant un TED ou une dé­fi­cience des ac­ti­vi­tés de jour si­gni­fi­ca­tives, liées à leurs in­té­rêts et adap­tées à leur si­tua­tion spé­ci­fique. Elles pour­ront ser­vir à la mise sur pied d’ini­tia­tives re­po­sant sur des ap­proches no­va­trices ou à la bo­ni­fi­ca­tion et à la conso­li­da­tion de pro­jets exis­tants, pro­pices au main­tien des ac­quis et qui pour­ront par la suite ser­vir de mo­dèles. Elles per­met­tront aus­si de mettre en place de nou­velles for­mules ré­si­den­tielles avec sou­tien conve­nant à de jeunes adultes ayant une dé­fi­cience qui sont en quête d’au­to­no­mie », a pré­ci­sé ma­dame Hi­von .

Créa­tion d’un groupe de tra­vail

Ma­dame Hi­von a aus­si rap­pe­lé la mise en place d’un groupe de tra­vail de­vant se pen­cher par­ti­cu­liè­re­ment sur l’or­ga­ni­sa­tion des ac­ti­vi­tés so­cio­pro­fes­sion­nelles of­fertes aux per­sonnes de 21 ans ou plus ayant un TED ou une dé­fi­cience.

« Je suis convain­cue que le ré­seau de la san­té et des ser­vices so­ciaux, le mi­lieu com­mu­nau­taire et tous leurs par­te­naires sau­ront tra­vailler de concert pour ai­der de fa­çon en­core plus ef­fi­cace ces per­sonnes et leurs fa­milles », a pré­ci­sé la mi­nistre Vé­ro­nique Hi­von.

Qui va bé­né­fi­cier de ce bud­get ?

D’après Ca­ro­line Du­puis di­rec­trice du Re­grou­pe­ment pour la concer­ta­tion des per­sonnes han­di­ca­pées des Lau­ren­tides (RCPHL) « par­mi la tren­taine d’or­ga­nismes com­mu­nau­taires, il y en a 18 qui sont sus­cep­tibles de dé­ve­lop­per des pro­jets en col­la­bo­ra­tion avec les éta­blis­se­ments dans le cadre de cet ar­gent-là. Par contre ce n’est pas tout le monde qui a les in­fra­struc­tures. Tout est à éla­bo­rer. »

Elle pré­cise que «Quelques pro­jets sont exis­tants et sont train de se né­go­cier ac­tuel­le­ment. Dans les Lau­ren­tides on n’a pas cette offre de ser­vices dé­ve­lop­pée con­trai­re­ment à d’autres ré­gions. Le Flo­rès s’en oc­cupe et c’est une res­pon­sa­bi­li­té des centres de ré­adap­ta­tion. »

D’après ma­dame Du­puis, les éta­blis­se­ments de san­té vont se tour­ner vers les or­ga­nismes pour connaitre leurs pro­jets.

La mi­nistre Hi­von a pré­ci­sé : « ce que je sou­haite c’est que les or­ga­nismes se concertent pour pré­sen­ter à l’Agence leurs pro­jets pour es­sayer de ré­pondre aux dif­fé­rentes prio­ri­tés. »

Ju­lie De­la­ney di­rec­trice gé­né­rale ad­jointe et des ser­vices so­ciaux à Agence des Lau­ren­tides pré­cise que : «Il y a le Re­grou­pe­ment des or­ga­nismes com­mu­nau­taires des Lau­ren­tides (ROCL) qui est re­pré­sen­té quand il y a at­tri­bu­tion de bud­get. On va dis­cu­ter avec eux des pos­si­bi­li­tés et du comment c’est uti­li­sé pour trans­mettre les grandes lignes au mi­nis­tère. Se­lon le cadre de ré­fé­rence du Pro­gramme de sou­tien aux or­ga­nismes com­mu­nau­taires (PSOC), on a l’obli­ga­tion de faire affaire avec le ROCL qui est le re­pré­sen­tant dé­lé­gué. On re­garde ce qui va être le plus ci­blé, ce qui va ré­pondre le plus aux be­soins, dans les pa­ra­mètres d’at­tri­bu­tion du bud­get.»

«On n’a pas été in­ter­pel­lé, nous dit lun­di der­nier Linda Dé­ry, co­or­don­na­trice du ROCL. On est en at­tente. »

Les or­ga­ni­sa­tions concer­nées ont jus­qu’au 30 avril pour dé­po­ser les grandes lignes des pro­jets.

Chose cer­taine une concer­ta­tion de­vra se faire entre toutes les or­ga­ni­sa­tions concer­nées comme elle été faite dans d’autres ré­gions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.