«L’art, ça me pousse à m’ai­mer» -Ti­na Guay

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET SPECTACLES - Fran­çoise Le Guen

Ti­na Guay pré­sen­tait ces oeuvres à Ici par les arts au mois de mars der­nier, lors d’une ex­po­si­tion cé­lé­brant le mois de la femme. Elle ex­po­se­ra de nou­veau au mois de mai. Pour Ti­na, cette pas­sion est si forte que, « si je n’ai plus de mains, je vais peindre avec la bouche ou les or­teils. C’est né­ces­saire pour moi! »

Le dé­part de l’aven­ture créa­tive de Ti­na a com­men­cé avec le pro­gramme Jeunes vo­lon­taires, un pro­gramme qui offre la pos­si­bi­li­té d’ac­qué­rir des com­pé­tences tout en réa­li­sant un pro­jet. « Il y a 5 ans, Jen­ni­fer Cooke ( di­rec­trice d’Ici par les arts) a vou­lu me par­rai­ner dans ce pro­jet­là. J’ai d’abord pris des cours de pein­ture pour connaître le corps, la phy­sio­no­mie, mais, fi­na­le­ment, je me suis lan­cée dans les tex­tures, » nous ex­plique-t-elle

Mais, plus que la tech­nique, l’art a ap­por­té une nou­velle vie à Ti­na, un re­nou­veau, une gué­ri­son, une confiance. Dé­sor­mais, à 28 ans, elle sou­haite se tour­ner vers l’art-thé­ra­pie.

Entre la Ti­na d’au­jourd’hui et celle d’il y a 5 ans, «c’est le jour et la nuit, dans ma tête, dans mon coeur, dans mon corps. L’art, la pein­ture, le des­sin, ça me change, ça me pousse à m’in­tros­pec­ter, ça me pousse à m’ai­mer et à me res­pec­ter. Ça me fait du bien et je ne me vois pas pas­ser le reste de ma vie sans faire de l’art; c’est né­ces­saire main­te­nant que j’y ai gou­té.

La pein­ture, un ca­deau

Après avoir ap­pris des tech­niques de pein­ture, la jeune ar­tiste a pu conti­nuer à ve­nir peindre à Ici par les arts. « J’ai fait ma pre­mière ex­po­si­tion, et ça m’a don­né une op­por­tu­ni­té d’ex­po­ser dans une belle place, de vivre l’ex­pé­rience d’une ex­po­si­tion. Ça m’a per­mis que les gens voient mes toiles, qu’ils dé­couvrent l’éner­gie que j’ai vou­lu trans­mettre par la toile et ça m’a don­né le goût de conti­nuer.»

Cette créa­ti­vi­té l’amène aus­si à connec­ter avec d’autres ar­tistes et à ap­pré­cier le mé­lange avec dif­fé­rentes formes d’art, comme la musique, l’écri­ture : « tout en même temps, à la même place, ça créé beau­coup d’éner­gie et ça fait connaître d’autres évé­ne­ments pour conti­nuer!»

Mais avant tout « la pein­ture m’ex­té­rio­rise et, en même temps, me donne un ca­deau. Je me laisse al­ler, j’es­saye toutes sortes de choses. Le ré­sul­tat est un ca­deau pour moi; et ça me dit : aime-toi !»

Une voie vers soi

« Je ne m’ai­mais pas, j’étais triste, j’ai sui­vi des thé­ra­pies, des ate­liers, confie la jeune ar­tiste. J’ap­prends à m’écou­ter, me res­pec­ter. J’ap­prends à me connaître. Des gens qui m’ont en­cou­ra­gé m’ont dit «Ti­na tu es une bonne per­sonne, tu as une bonne éner­gie, fais at­ten­tion à toi et tu vas être en­core mieux, tu vas te sen­tir bien», et j’ai eu en­vie de les croire. En fai­sant de la

Pho­to Fran­çoise Le Guen

«Je ra­masse beau­coup de choses, je re­cycle, je colle des choses dans mes toiles par ins­tinct,» nous dit Ti­na Guay. Elle ex­po­se­ra en mai à Ici par les Arts.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.