«Nous as­su­mons les dé­pas­se­ments de coûts»

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Martin Des­ro­chers, pré­sident de Ma­de­co Construc­tion, a pris la pa­role à la toute fin de la ren­contre de mar­di der­nier. Dé­jà, un bon nombre de per­sonnes étaient par­ties. Il nous ex­plique qu’on lui a po­sé des ques­tions, entre autres concer­nant les mi­lieux na­tu­rels, par exemple : vont- ils être conser­vés?

Ma­de­co, pro­prié­taire du ter­rain concer­né, est le pro­mo­teur qui ef­fec­tue­ra éga­le­ment les tra­vaux d’in­fra­struc­ture.

Ri­gueur de mise

Martin Des­ro­chers tra­vaille sur le pro­jet de­puis 5 ans. « Nous avons ob­te­nu l’ar­ticle 22, soit l’au­to­ri­sa­tion de faire des ou­vrages dans les mi­lieux hu­mides. Et toutes les me­sures de pro­tec­tion sont prises. Nous avons pro­cé­dé à un re­le­vé bio­lo­gique com­plet. Par exemple le re­le­vé est si pous­sé que deux noyers cen­drés (en voie de dis­pa­ri­tion) ont été ré­per­to­riés et se­ront conser­vés. » Il nous donne un autre exemple : «le pre­mier lac dé­borde. Nous al­lons pro­cé­der à des ou­vrages de contrôle, de mise à ni­veau avant qu’il soit li­vré à la Ville.» M. Des­ro­chers as­sure que tous les per­mis ont été dé­li­vrés, que le pro­jet ré­pond à toutes les exi­gences, que des études pré­li­mi­naires sé­rieuses ont été faites, « nous tra­vaillons de fa­çon très ri­gou­reuse.» « Du­rant cette ren­contre, on a par­lé des 82 de­mandes de mo­di­fi­ca­tions par la Ville, mais ils n’ont pas par­lé des cen­taines d’exi­gences que la Ville de Saint-Jé­rôme nous a de­man­dé, aux­quels on a ré­pon­du. Nous avons sui­vi un pro­ces­sus très ri­gou­reux, au­tant de notre cô­té que de la Ville.»

Un for­fait à prix fixe

Et sur­tout M, Des­ro­chers men­tionne que « les dé­pas­se­ments de coûts sont as­su­més par nous, se­lon le pro­to­cole d’en­tente si­gné avec la Ville. C’est un for­fait à prix fixe. Notre in­té­rêt est d’être en bas du coût. Par exemple, en ce qui concerne le dy­na­mi­tage, tout a été cal­cu­lé de fa­çon très ser­rée, éva­lué pré­ci­sé­ment, les en­trées, le rem­blai, etc. Je n’ai au­cun in­té­rêt à dé­pas­ser les coûts.» «On paye nos in­fra­struc­tures pour nos ter­rains, tout est ba­li­sé ( Ré­gie du bâ­ti­ment, CSST, etc.) » Ma­de­co est le maître d’oeuvre. L’ap­pel d’offres (au plus bas sou­mis­sion­naire) pour en­ga­ger l’en­tre­pre­neur gé­né­ral a été ef­fec­tué il y a deux mois, sur in­vi­ta­tion. ( 11 in­vi­ta­tions, 7 sou­mis­sions). « C’est Du­ro King, une en­tre­prise de Saint-Jé­rôme, qui se­ra l’exé­cu­tant des tra­vaux. Le con­trat a été oc­troyé en fé­vrier, nos in­gé­nieurs­con­seils fe­ront le sui­vi.» « Notre politique veut qu’on ré­in­ves­tisse 60 % lo­ca­le­ment. Dans ce pro­jet on at­teint les 75 %», met de l’avant M Des­ro­chers Il tient éga­le­ment à dire qu’en ce qui concerne la par­tie qu’il ré­tro­cède à la Ville ( bien pu­blic): « On est bien au- de­là des exi­gences du gou­ver­ne­ment qui exige 10 %. Dans ce pro­jet on ré­tro­cède 36 % d’es­pace au bé­né­fice des gens du sec­teur, ce qui au­ra un im­pact so­cial im­por­tant (un gros parc de 29 000 m2, 3 lacs, etc.).»

Dé­but des tra­vaux

« On est cé­du­lé pour com­men­cer les tra­vaux mi-mai, » confirme M Des­ro­chers. Dans ce pro­jet, Ma­de­co vend les ter­rains. « On peut faire ou non la construc­tion des mai­sons. Nous avons, là-aus­si des normes ri­gou­reuses, un guide ar­chi­tec­tu­ral, des ap­pro­ba­tions des plans sé­vères». Et, pour fi­nir, Martin Des­ro­chers af­firme : « Je n’ai ja­mais fait au­cune pres­sion politique. Et j’ai sui­vi le pro­ces­sus » by the book» du dé­but à la fin, ren­dez-vous avec l’ur­ba­nisme, le gé­nie ci­vil.» Il pré­cise que Ma­de­co n’a ja­mais fait de tra­vaux mu­ni­ci­paux, uni­que­ment du dé­ve­lop­pe­ment im­mo­bi­lier pri­vé. Et que c’était la pre­mière fois la se­maine der­nière qu’il ren­con­trait les conseillers. Ma­de­co paye 42 000 $ en ca­pi­tal par ter­rain pour le pro­jet de pro­lon­ga­tion, plus des ga­ran­ties fi­nan­cières exi­gées par la Ville. «La réa­li­sa­tion de pro­jet vient avec des exi­gences mu­ni­ci­pales. Par exemple, je paye pour la rue Na­po­léon. La ville nous rem­bour­se­ra, » tient à pré­ci­ser Martin Des­ro­chers en ajou­tant que « la par­ti­ci­pa­tion de la Ville était né­ces­saire pour la fai­sa­bi­li­té du pro­jet. Il y a un seg­ment qui concerne la Ville et c’est pour le bé­né­fice gé­né­ral de la po­pu­la­tion.» Rap­pe­lons que les tra­vaux pour ef­fec­tuer le bou­clage sont éva­lués à 4 M$. La contri­bu­tion de Ma­de­co (qui les ef­fec­tue se­lon l’en­tente et à sa de­mande) est de 1,4 M$. Le rè­gle­ment d’em­prunt de la quote-part de la Ville est de 2 565 000 $ sur une pé­riode de 20 ans.

Pho­to Fran­çoise Le Guen

Les trois re­pré­sen­tants de Ma­de­co lors de la ren­contre pu­blique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.