5 ques­tions en 5 lignes à Mi­reille Villeneuve

Di­rec­trice gé­né­rale de l’As­so­cia­tion des au­teurs des Lau­ren­tides et au­teure jeu­nesse.

Le Nord - - ARTS ET SPECTACLES -

1 – Quels sont vos ac­com­plis­se­ments cultu­rels dont vous êtes le plus fier ?

Mes contes et ro­mans pour la jeu­nesse. Cer­tains titres plus que d’autres…

Quelques évé­ne­ments lit­té­raires que j’ai or­ches­trés : Les 5 à 7 de la ren­trée lit­té­raire, les jour­nées Au­teurs dans la Val­lée…

La pas­sion pour la musique que j’ai éveillée chez mes élèves de pia­no.

2 – Comment dé­crie­riez-vous la cul­ture

dans les Lau­ren­tides ?

Elle est vi­vante, vi­brante et di­ver­si­fiée. Les Lau­ren­tides sont une terre d’ac­cueil pour les créa­teurs. Écrivains, mu­si­ciens, peintres y trouvent l’ins­pi­ra­tion et un mode de vie pro­pice à la pra­tique de leur art.

Les lieux de dif­fu­sion existent, mais il faut en­cou­ra­ger le pu­blic à les fré­quen­ter. Nos can­tons du Nord sont re­con­nus pour la beau­té de leurs pay­sages et les ac­ti­vi­tés de plein air. De­puis une ving­taine d’an­nées, la ré­gion est aus­si ap­pré­ciée pour ses bonnes tables et la qua­li­té de l’hé­ber­ge­ment. Il fau­drait à pré­sent s’in­té­res­ser aux nom­breuses ac­ti­vi­tés cultu­relles, ex­po­si­tions, spec­tacles, qu’on pré­sente dans nos lieux de dif­fu­sion.

3- Qu’est-ce qui pour­rait faire en sorte que la cul­ture dans les Lau­ren­tides rayonne da­van­tage ?

les dif­fé­rents ac­teurs du mi­lieu, ar­tistes, com­mer­çants... Les villes com­mencent à in­ves­tir dans la cul­ture et per­mettent aux ar­tistes d’avoir ac­cès aux in­fra­struc­tures plus fa­ci­le­ment. C’est un dé­but! Ima­gi­nez aus­si des évé­ne­ments mul­ti­dis­ci­pli­naires, où l’on pour­rait as­sis­ter à un spec­tacle, une ex­po­si­tion, un ate­lier, une confé­rence, tout ça à un même en­droit! Il faut ré­duire les dis­tances et ha­bi­ter les lieux pu­blics.

4 – D’où vient votre pas­sion pour les

arts et la cul­ture ?

Lorsque mes pa­rents ont ache­té leur pre­mière mai­son, le pre­mier meuble qui est en­tré fut un pia­no à queue… Mon père m’a ap­pris à ap­pré­cier la musique et ma mère, la lec­ture et la pein­ture. Plus tard, j’ai choi­si ce que j’ai­mais là-de­dans. Un peu moins d’opé­ra et un peu plus de jazz, un peu moins de Troyat et un peu plus d’au­teurs qué­bé­cois.

5 – Que sou­hai­tez-vous lais­ser en

hé­ri­tage pour votre ré­gion ?

J’ai­me­rais que les gens dé­couvrent et ap­pré­cient ce qui se fait ici. Un peu comme la chef Anne Des­jar­dins a fait connaître nos pro­duits et sa­veurs, j’ai­me­rais faire dé­cou­vrir nos cou­leurs cultu­relles.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té)

Mi­reille Villeneuve.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.