Une seule voie, l’édu­ca­tion, dit Jacques Du­ches­neau

For­ma­tion sur le ser­vice d’al­cool

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Le di­rec­teur gé­né­ral d’Éduc’al­cool, Hubert Sacy, presse alors Sté­phane Ber­ge­ron, le mi­nistre de la Sé­cu­ri­té pu­blique de rendre obli­ga­toire la for­ma­tion sur le ser­vice d’al­cool dans le cadre de la ré­vi­sion de la Loi sur les per­mis d’al­cool.

De son cô­té, le porte-pa­role de la Coa­li­tion Ave­nir Qué­bec (CAQ) en ma­tière de Sé­cu­ri­té pu­blique, Jacques Du­ches­neau, com­mente le congé­die­ment de Va­lé­rie Cou­tu­rier

De­voir mo­ral et obli­ga­tion lé­gale

« Je trouve ça abo­mi­nable pour quel­qu’un qui veut ai­der, qui veut sau­ver des vies. On a beau faire toutes sortes de cam­pagnes, on n’au­ra ja­mais as­sez de po­li­ciers pour ar­rê­ter tous les gens qui conduisent en état d’ébrié­té. Quand on a un ci­toyen qui fait un geste digne de men­tion, il faut l’ai­der, pas le congé­dier, » af­firme M. Du­ches­neau.

« J’ai vu que les pro­prié­taires ont men­tion­né d’autres rai­sons pour le congé­die­ment. Dans un pre­mier temps, je trouve que c’est un coup bas de faire le pro­cès de quel­qu’un en fai­sant des in­si­nua­tions comme celles-là et en al­lant pas plus loin. Et s’il y avait d’autres rai­sons, ils au­raient dû s’y prendre avant ou après, mais pas faire coïn­ci­der ça avec l’évé­ne­ment, je trouve que ça en­voie un très mau­vais mes­sage, »pré­cise par ailleurs le porte-pa­role de la CAQ en ma­tière de Sé­cu­ri­té pu­blique.

For­ma­tion obli­ga­toire ?

« Éduc’al­cool presse le mi­nistre de la Sé­cu­ri­té pu­blique d’exi­ger la for­ma­tion au ser­vice d’al­cool à tous les ser­veurs dans les plus brefs dé­lais. Qu’en pense Jacques Du­ches­neau?

« C’est une ex­cel­lente idée qu’on ap­puie. Je ren­contre d’ailleurs très bien­tôt le di­rec­teur d’Éduc’al­cool, M. Sacy, pour qu’on en dis­cute. Le ren­dez-vous est pris. C’est vrai que c’est par la voie de l’édu­ca­tion qu’on va être ca­pable de chan­ger les choses. sou­tient M. Du­ches­neau. Je viens d’une époque où les gens qui pre­naient un verre et qui condui­saient trou­vaient ça drôle. Quand ils ar­ri­vaient au bu­reau le lun­di ma­tin, ils ra­con­taient leurs his­toires abra­ca­da­brantes et tout le monde riait. Mais au­jourd’hui, la rai­son pour la­quelle ça a chan­gé, c’est qu’on a eu un consen­sus so­cial qui fait en sorte que ce n’est plus co­mique du tout de dire des choses comme ça. Au contraire, les gens sont ou­trés. C’est seule­ment par le biais de l’édu­ca­tion qu’on va être ca­pable d’avoir une me­sure ef­fi­cace, » af­firme-t-il.

LA CAQ vo­te­rait en fa­veur d’une mo­di­fi­ca­tion de la loi comme l’a pro­po­sé Éduc’al­cool.

Éduc’al­cool a dé­ve­lop­pé la for­ma­tion sur le ser­vice d’al­cool avec l’Ins­ti­tut de tou­risme et d’hô­tel­le­rie du Qué­bec (ITHQ). Ce cours, d’une du­rée de quatre heures, des­ti­né aux éta­blis­se­ments li­cen­ciés, est sui­vi sur une base vo­lon­taire. La for­ma­tion nom­mée « Ac­tion Ser­vice », don­née par l’Ins­ti­tut du tou­risme et d’hô­tel­le­rie du Qué­bec (ITHQ), per­met d’ap­prendre comment bien ré­agir lors­qu’une si­tua­tion comme celle vé­cu par Va­lé­rie Cou­tu­rier se pré­sente.

Pho­to ar­chives

«C’est seule­ment par le biais de l’édu­ca­tion qu’on va être ca­pable d’avoir une me­sure ef­fi­cace, » sou­tient M. Du­ches­neau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.