Pé­chés Voi­tures an­ciennes, mi­gnons et l’en­fer à la fin de vos jours

Le Nord - - ACTUALITÉS -

Bien­ve­nue dans ma tête.

Pro­fi­tez-en, car même mes proches y ont très peu sou­vent ac­cès et, ça, même si la clé traine comme bien des choses sur ma table de che­vet.

C’est en fait la ré­flexion d’un gars qui se de­mande, c’est pour quand le pro­chain congé ?

Je veux dire le vrai congé fé­rié. Ce­lui qui nous fe­rait vrai­ment du bien, mais qui, iro­ni­que­ment, se­rait pris in­dé­pen­dam­ment et sur­tout en marge du reste de la po­pu­la­tion. Re­tour­nons en ar­rière. Il y a une quin­zaine de jours, vous étiez bien, mais vous en vou­liez cer­tai­ne­ment plus. Nous sor­tions à peine de la Fête du tra­vail que nous rê­vions dé­jà de l’Ac­tion de grâces. Là, comme à chaque an­née, cette suite des longs wee­kends et autres congés du ca­len­drier gré­go­rien, va s’en­fi­ler, comme un hot-dog trop ra­pi­de­ment consom­mé et qui mal­gré une sa­tis­fac­tion éphé­mère, lais­se­ra plus de tort que de bien à notre soi.

Un congé qui sa­tis­fe­rait la verve des ama­teurs de voi­tures an­ciennes qui étaient à Saint-Sau­veur ce week-end, mais qui ai­me­raient peut-être vivre une jour­née de plus pour sa­tis­faire leur goût à eux.

Un congé qui fe­rait du bien à Lin­da For­tier, mai­resse de Sté-Mar­gue­rite du-Lac-Mas­son, car elle est une grande ama­trice de frrrrrrrrr­rites et pou­tines. Elle en mange trois à quatre fois par se­maine et lors­qu’elle m’a avoué ça, elle en rr­rou­lait les « r » de frrr­riites tel­le­ment ça lui pro­cure un bien-être.

Et dans la même veine un congé pour Clé­ment Car­din maire de Pied­mont, ce rat de bi­blio­thèque qui dé­vore les bio­gra­phies à un rythme ef­fré­né. Un jour li­ra-t-il sa propre bio­gra­phie : « Le maire qui chan­gea la vo­ca­tion du parc Aqua­tique » …

Et quant à dis­tri­buer les congés, en voi­ci un à Yvon Brière maire de Sainte-So­phie, une jour­née tarte au sucre. Tel est le pé­ché mi­gnon qu’il par­tage avec sa conjointe.

On conti­nue avec un congé qui per­met­trait à Jean-Fran­çois Blon­din pro­prié­taire de Voyage Vas­co Ste-Agathe de s’ache­ter des cha­peaux, car il est un ama­teur de tout ce qui pour­rait lui ser­vir de couvre-chef.

Aus­si un congé qui per­met­trait à Ri­chard For­tin ani­ma­teur et pro­duc­teur à CIME 103,9/101,3 d’al­ler à d’autres conven­tions de su­per hé­ros et de dé­pen­ser un autre 1500$ sur un uni­forme de Su­per­man…Oui 1500$ c’est son « da­da » son pé­ché mi­gnon sa pas­sion.

No­ta bene: Quand je parle de congé, ce n’est pas re­mer­cier le pa­tro­nat ou le tra­vail en sep­tembre ou rendre grâce aux ré­coltes en oc­tobre ou sa­luer l’en­fant de la crèche en dé­cembre, mais un congé égoïste qui nous per­met­trait de faire ce que l’on aime au mo­ment choi­si. Une ré­com­pense à nous de nous.

Sur­tout que lors­qu’il y a un long week-end on se de­mande quoi faire, car ma­ga­sins, épi­ce­ries, etc sont sou­vent fer­més lol.

Sa­chez que je suis ce­lui qui tra­vaille pour le tra­vail.

C’est-à-dire: je suis du genre wor­ka­ho­lic, tou­jours à un tex­to et un cour­riel près d’une en­tre­vue pour la ra­dio d’une mé­téo à RDI mais aus­si d’une sor­tie avec Lin­da et les en­fants. On n’a pas de temps à perdre dis-je sou­vent à mes en­fants… mais mal­gré ma tête de l’em­ploi je sais per­ti­nem­ment que comme vous c’est l’en­fer qui m’at­tend à la fin de mes jours. Non pas pour la pu­ni­tion d’une mau­vaise vie, mais plu­tôt parce que je vais mau­dire mon sé­jour sur la pla­nète bleue si je n’ai pas pris un congé pour pro­fi­ter de ma pas­sion et de mon pé­ché mi­gnon. Et vous ? PS: Pour dé­cou­vrir vos pé­chés mi­gnons, soyez à l’écoute de Cime mar­di ma­tin vers 7 h 35.

Pho­to Alain Jean-Ma­ry

Le site de l’an­cien parc aqua­tique de Pied­mont.

Pho­to gra­cieu­se­té

L’ani­ma­teur Ri­chard For­tin, en Su­per­man avec l’ac­trice Margot Kid­der (Lois Lane).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.