Op­tion ci­toyenne «ex­trê­me­ment pré­oc­cu­pée»

Conta­mi­na­tion de ter­rains sur la Mon­tée de l’Église

Le Nord - - ACTUALITÉS -

«Des me­sures né­ces­saires à as­su­rer la sé­cu­ri­té des per­sonnes po­ten­tiel­le­ment tou­chées doivent être prises im­mé­dia­te­ment, la sé­cu­ri­té de nos conci­toyens doit être prio­ri­taire mal­gré la cam­pagne élec­to­rale ayant cours…» lance Jean Du­mais.

Le chef de l’Op­tion ci­toyenne à SaintCo­lom­ban ré­agis­sait ain­si la se­maine der­nière à l’an­nonce qu’un ter­rain du 779-781 Mon­tée de l’Église où a opé­ré l’en­tre­prise HT Lo­gis­tic, est conta­mi­né, semble-t-il, par des BPC et d’autres conta­mi­nants pé­tro­liers.

Car­ré­ment in­ac­cep­table

Pour Jean Du­mais, ra­pi­de­ment.

«Quel­qu’un à l’Hô­tel de ville doit s’as­su­rer que les gens po­ten­tiel­le­ment tou­chés soient in­for­més de la si­tua­tion et les ana­lyses de leur puits doivent être faites le plus ra­pi­de­ment pos­sible. La Ville doit même ali­men­ter en eau po­table les fa­milles tou­chées par une pos­sible conta­mi­na­tion de leur puits en at­ten­dant les ré­sul­tats. Ça urge ! Se pla­cer béa­te­ment dans l’at­ten­tisme du vo­let ju­ri­dique, comme l’a fait le maire La­brosse jus­qu’à main­te­nant est in­con­ce­vable. Une en­tre­prise dé­lin­quante a sac­ca­gé l’en­vi­ron­ne­ment et pos­si­ble­ment por­té at­teinte à la nappe phréa­tique ain­si qu’à la vie des ré­si­dents, c’est car­ré­ment in­ac­cep­table» se dit d’avis le chef de l’Op­tion Ci­toyenne.

Comme tient à le pré­ci­ser Jean Du­mais, «le rap­port du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment a été ren­du pu­blic suite à la plainte dé­po­sée au mois de mai der­nier par les ré­si­dents de Saint-Co­lom­ban. Ce rap­port per­met de consta­ter que les pré­lè­ve­ments ef­fec­tués sur les sols et les eaux de ruis­sel­le­ment de ces ter­rains rap­portent une conta­mi­na­tion aux BPC douze fois su­pé­rieure à la li­mite per­mise. Ces sub­stances sont des ma­tières consi­dé­rées comme hau­te­ment dan­ge­reuses pour l’être hu­main puisque plu­sieurs sont can­cé­ri­gènes. Par ailleurs, les ci­toyens et les ci­toyennes ré­si­dents à proxi­mi­té de ce ter­rain sont ex­po­sés à ces conta­mi­nants de nom­breuses fa­çons no­tam­ment par les eaux de ruis­sel­le­ment, par la consom­ma­tion et l’uti­li­sa­tion de l’eau de leurs puits ou en­core, par la consom­ma­tion des fruits et lé­gumes de leurs po­ta­gers». Bien da­van­tage: «Mal­heu­reu­se­ment, sui­vant le rap­port du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment, il ap­pert que des dom­mages à notre fra­gile en­vi­ron­ne­ment ont été créés par l’en­tre­prise dé­lin­quante et ir­res­pon­sable » dé­plore Jean Du­mais. «La dé­con­ta­mi­na­tion de­vra être amor­cée le plus ra­pi­de­ment pos­sible et les pour­suites ju­di­ciaires des dé­lin­quants de­vront être en­ta­mées concur­rem­ment, mais ce qui presse d’abord, c’est de s’oc­cu­per de notre monde. Je dé­plore que le maire Jacques La­brosse n’ait rien fait mal­gré les ap­pels ré­pé­tés et l’in­quié­tude tout à fait jus­ti­fiée des ci­toyen(ne)s de­puis le mois de mai der­nier».

C’est ain­si que «l’Op­tion ci­toyenne prend le strict en­ga­ge­ment que les dé­marches se­ront en­tre­prises, au len­de­main de notre élec­tion, pour que ce site de re­cy­clage soit dé­con­ta­mi­né en toute confor­mi­té et en­suite fer­mé dé­fi­ni­ti­ve­ment» de conclure Du­mais.

il y a tout lieu d’agir

Pho­to gra­cieu­se­té

Jean Du­mais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.