Ve­ni vi­di aux vues !

Le Nord - - ACTUALITÉS -

C’est in­évi­table, je vous le confirme ! C’est même im­pos­sible de ne pas tenir la conver­sa­tion du ci­ta­din, après avoir re­çu vos amis et ou pa­rents du­rant un long week-end. Qu’est-ce que la conver­sa­tion du ci­ta­din ? Voi­ci le meilleur exemple si vous avez comme moi des pa­rents qui ha­bitent la grande ville.

C’est quand pa­pa ou maman vous rendent vi­site et, se­lon eux, pour vous rendre ser­vice, vous ap­portent des rou­leaux de pa­pier hy­gié­nique, des bou­teilles d’eau des pâtes ali­men­taires et laissent 5$ à cha­cun de vos en­fants. Il faut prendre du re­cul, si­non vous se­rez convain­cu que le ci­ta­din a rai­son de croire que parce que vous avez une fosse sep­tique, ce­la im­plique ab­so­lu­ment que vous avez un «back house». Donc, par consé­quent, un be­soin urgent de pa­pier hy­gié­nique.

Le puits ar­té­sien n’est guère mieux, rap­pe­lons-nous les co­li­formes fé­caux de cer­taines de nos mu­ni­ci­pa­li­tés du­rant l’été.

C’est d’ailleurs la rai­son du don en eau de source de vos chers fran­gins. Ils en pro­fi­te­ront de s’en­or­gueillirent pour rap­pe­ler l’im­por­tance de boire six ou sept verres d’eau po­table par jour.

Et fi­na­le­ment l’ar­gent aux en­fants. C’est sû­re­ment qu’ils se disent qu’au moins votre pro­gé­ni­ture pour­ra se payer un 12 pouces à 5 $ si la fa­mine ve­nait à sé­vir dans notre loin­taine contrée.

Le jeu des comparaisons

Et là, dé­bute le jeu des comparaisons.

Moi-même an­cien ci­ta­din j’ai l’im­pres­sion par­fois qu’il y a peut-être un fond de sens dans leurs pro­pos. C’est vrai que je prends ma voiture pour beau­coup de choses. Le ci­ta­din marche vers le dé­pan­neur alors que vous et moi et bien se­ront ten­tés d’y al­ler en au­to. Le ci­ta­din peut se per­mettre d’al­ler au tra­vail à vé­lo, en au­to­bus, en mé­tro et par­fois à pied, alors que par chez nous l’au­to se­ra plus pra­tique parce que l’on ar­rê­te­ra sû­re­ment à l’épi­ce­rie après le bou­lot.

Le ci­ta­din lui va au mar­ché avec son unique sac réuti­li­sable alors que notre grande sur­face est sou­vent dans la ville voi­sine.

Mal­gré tout le ci­ta­din nous en­vie, car…

Nous avons, par chance, de grands ter­rains, des arbres, des lacs et des fo­rêts.

Contrai­re­ment aux ar­ron­dis­se­ments de la ci­té, il y a tou­jours de la place pour pous­ser ou souf­fler la neige sur nos ter­rains et dans nos rues.

Par­tir en week-end de pêche ou de chasse, c’est par­fois dans la cour pas loin que ça se passe.

Sans ou­blier qu’hi­ver comme été, le ciel dé­ga­gé nous dé­voile la Grande Ourse et son re­je­ton.

Dîtes-vous aus­si qu’il y a en nous un em­pe­reur qui, du haut de nos mon­tagnes, s’adonne à ses ac­ti­vi­tés do­mes­tiques.

Et autre ob­jet de convoi­tise est que, mal­gré l’ab­sence d’une im­po­sante salle de spec­tacle, nous avons à lon­gueur d’an­née des re­pré­sen­ta­tions de qua­li­té. Nous avons d’ailleurs ac­cès dans notre ré­gion aux pro­duc­tions du Met Ope­ra de New York, des spec­tacles des Rol­ling Stones; il y au­ra aus­si bien­tôt un show de Metallica et pour une 4e sup­plé­men­taire An­dré Rieu.

Maas­tricht concert se­ra pré­sen­té le 17 no­vembre au ci­né­ma du Car­re­four du Nord.

Un autre week-end où la vi­site est ve­nue, elle a vu et vous leur en avez mis plein la vue.

Pho­to Alain Jean-Ma­ry

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.