Un re­nou­vel­le­ment de contrat «in­dé­cent», se­lon Alain Lan­glois

Le Nord - - LA UNE - Ma­thieu Ste-Ma­rie

Alain Lan­glois, can­di­dat in­dé­pen­dant à la mai­rie de Saint-Jé­rôme, trouve « in­dé­cent» le re­nou­vel­le­ment de contrat oc­troyé à l’ad­joint exé­cu­tif à la mai­rie Jean-Pierre La­brie quelques jours avant les élec­tions mu­ni­ci­pales.

Le contrat de trois ans au­to­ri­sé par le co­mi­té exé­cu­tif, le 15 oc­tobre der­nier, se­ra ver­sé sous forme de sa­laire qui avoi­sine les 300 000 $ pour la du­rée du contrat se ter­mi­nant en dé­cembre 2016, rap­porte M.Lan­glois.

Pour le conseiller sor­tant, il s’agit es­sen­tiel­le­ment d’un poste po­li­tique. « C’est un peu comme un at­ta­ché po­li­tique», af­firme-t-il.

« L’ad­joint exé­cu­tif du maire est une per­sonne qui doit être choi­sie par le fu­tur maire et non par fa­vo­ri­tisme», dé­plore M.Lan­glois.

Pour ce­lui-ci, il s’agit d’un «hé­ri­tage» dont le pro­chain maire de Saint-Jé­rôme au­rait pu se pas­ser.

« La pro­chaine ad­mi­nis­tra­tion au­ra deux choix: soit elle le met dans un pla­card pen­dant trois ans ou soit elle va lui don­ner une prime de dé­part pour qu’il s’en aille. Au fi­nal, c’est les contri­buables qui vont payer», dit-il.

« Pas un poste po­li­tique »

Dans l’autre camp, le maire Marc Gas­con, qui ne sol­li­cite pas un nou­veau man­dat, ré­torque qu’il ne s’agit pas d’un poste po­li­tique.

« Le per­son­nel po­li­tique en­ga­gé par le maire ça existe dans la loi uni­que­ment dans les Villes de 100 000 ha­bi­tants et plus», af­firme M.Gas­con qui concède que les ap­pa­rences peuvent por­ter à confu­sion puisque l’ad­joint exé­cu­tif tra­vaille avec le maire.

Se­lon M.Gas­con, le pro­chain ma­gis­trat ne se­ra pas obli­gé de tra­vailler avec Jean-Pierre La­brie et pour­ra lui trou­ver une autre place dans l’or­ga­ni­gramme de la Ville.

« Si c’est le cas, je suis cer­tain qu’on sau­ra lui trou­ver un poste où il se­ra ef­fi­cace et ren­dra de bons ser­vices».

No­tons que le poste d’ad­joint exé­cu­tif à la mai­rie a vu le jour en 2002 suite aux fu­sions des an­ciennes villes de Bel­le­feuille, La­fon­taine, SaintJé­rôme et Saint-An­toine. Ce poste est oc­cu­pé par M.La­brie de­puis ce temps. Son rôle est de «gé­rer des dos­siers», dit le maire Gas­con.

Le co­mi­té exé­cu­tif re­mis en ques­tion

Alain Lan­glois pro­fite de ce re­nou­vel­le­ment de contrat pour re­mettre en ques­tion les pou­voirs ac­cor­dés au co­mi­té exé­cu­tif, for­mé de Marc Gas­con ain­si que des conseillers Mar­cel La­chance et Ma­non La­brèche qui, se­lon lui, sont de­meu­rés sou­dés aux po­si­tions du maire prises au conseil mu­ni­ci­pal.

« Trois élus seule­ment prennent des dé­ci­sions de plu­sieurs di­zaines de mil­lions de dol­lars par an­née tan­dis que 12 autres ne peuvent rien dire», se dé­sole-t-il.

M.Lan­glois dit qu’il dé­po­se­ra, dans les pro­chains jours, une plainte of­fi­cielle au mi­nis­tère des Af­faires mu­ni­ci­pales pour dé­non­cer ce qu’il es­time être un « manque des plus fla­grants à l’éthique, à la dé­on­to­lo­gie et au fa­vo­ri­tisme».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.