Les Lau­ren­tides en bonne po­si­tion

L’en­goue­ment élec­to­ral vit des hauts et des bas au Qué­bec

Le Nord - - ACHAT LOCAL - Ugo Gi­guère

Une élec­tion mu­ni­ci­pale a ra­re­ment été aus­si at­ten­due que celle du 3 no­vembre pro­chain. Pour­tant, l’en­goue­ment est in­égal dans les mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec, ré­vèle une ana­lyse TC Mé­dia. Alors que dans cer­taines villes de la pro­vince le nombre de can­di­dats a bon­di jus­qu’à 300% par rap­port au der­nier scru­tin, les as­pi­rants po­li­ti­ciens sont pra­ti­que­ment in­trou­vables dans d’autres mu­ni­ci­pa­li­tés de la pro­vince.

De­puis l’ins­tau­ra­tion des élec­tions re­grou­pées au Qué­bec en 2005, le nombre de can­di­dats est pas­sé de 12 047 à 13 247. Une hausse de près de 10%. Tou­te­fois, la co­hue an­non­cée par plu­sieurs ex­perts en vue du scru­tin du 3 no­vembre ne semble pas avoir eu lieu.

Au fi­nal, à peine 509 per­sonnes de plus qu’en 2009 tentent leur chance pour l’un des 8 053 postes dis­po­nibles.

Isa­belle Lacroix, pro­fes­seure ad­jointe de po­li­tique ca­na­dienne et qué­bé­coise à l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke, ex­plique que les can­di­da­tures sont en­trées ra­pi­de­ment cette an­née, ce qui a lais­sé croire à un «boom» d’as­pi­rants po­li­ti­ciens. «Peut-être que les gens s’étaient pré­pa­rés de­puis long­temps», sug­gère-t-elle.

Pré­sident de l’Union des mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec (UMQ) et maire de Ri­mous­ki, Éric Fo­rest pa­raît plu­tôt sou­la­gé de voir les can­di­da­tures en hausse. «Le ba­lan­cier au­rait pu tom­ber d’un cô­té comme de l’autre. Les gens au­raient pu se dés­in­té­res­ser de la po­li­tique mu­ni­ci­pale » , fait- il re­mar­quer.

De son cô­té, le mi­nistre des Af­faires mu­ni­ci­pales, des Ré­gions et de l’Oc­cu­pa­tion du ter­ri­toire Syl­vain Gau­dreault, se ré­jouit de l’en­goue­ment pour le pro­chain scru­tin mu­ni­ci­pal. Il y voit une dé­mons­tra­tion de «l’in­té­rêt des ci­toyennes et des ci­toyens pour le mi­lieu mu­ni­ci­pal», a-t-il com­men­té.

Pen­dant que le nombre de can­di­dats ex­plose de 300% à Ro­se­mère et de 133% à La­val par rap­port à 2009, les ré­gions de Qué­bec (-9,65%) et de l’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue (-19,46%) connaissent pour leur part une baisse d’in­té­rêt pour le ser­vice pu­blic.

«Se por­ter can­di­dat, ce n’est pas ba­nal, c’est lourd de consé­quences. Il faut faire cam­pagne, in­ves­tir des res­sources et ris­quer d’être élu et de de­voir rem­plir son man­dat du­rant quatre ans. Ce n’est pas juste une in­di­gna­tion pas­sa­gère», sou­ligne Mme Lacroix.

Fait in­té­res­sant à no­ter, quatre des dix mu­ni­ci­pa­li­tés les plus im­por­tantes au BasSaint-Laurent, en Mau­ri­cie, en l’Es­trie, en Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue et au Centre-duQué­bec ont vu leur maire être élu sans op­po­si­tion à la date li­mite des mises en can­di­da­ture.

En­core là, les chiffres sont tout de même à la baisse dans la pro­vince puisque le nombre de postes at­tri­bués sans op­po­si­tion a di­mi­nué de 5%. Si le mi­nistre Gau­dreault consi­dère cette don­née comme «la sta­tis­tique la plus im­por­tante puisque la na­ture même de tout sys­tème dé­mo­cra­tique re­pose sur la pos­si­bi­li­té de choi­sir», Isa­belle Lacroix n’y voit pas de pro­blème.

«En soi, le nombre de can­di­dats n’est pas pro­blé­ma­tique. La li­mite n’est pas struc­tu­relle, tout le monde peut se pré­sen­ter, les gens n’ont pas vou­lu se pré­sen­ter», ex­plique la dé­ten­trice d’une maî­trise en science po­li­tique de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal.

Éric Fo­rest, lui-même ré­élu par ac­cla­ma­tion, voit plu­tôt l’ab­sence d’op­po­si­tion comme un vote de confiance.

Plus de femmes

D’après des don­nées pu­bliées par le MAMROT, ce sont les ré­gions de La­val (50%), de l’Abi­ti­bi-Té­mis­ca­mingue (35%), de Mon­tréal (32%) et de la Mau­ri­cie (32%) qui comp­taient le plus de femmes élues en 2009.

Les can­di­da­tures fé­mi­nines pour­suivent d’ailleurs leur crois­sance en flèche. Sur les 509 can­di­da­tures sup­plé­men­taires dé­po­sées pour les élec­tions 2013, 415 pro­viennent de femmes. Une hausse qui porte le poids des femmes à 28,8% des pos­tu­lants.

Photo gra­cieu­se­té

Isa­belle Lacroix.

Photo gra­cieu­se­té

Éric Fo­rest.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.