Cinq ques­tions en cinq lignes à Alexandre Gélinas

Di­rec­teur gé­né­ral du Théâtre Le Pa­triote

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET SPECTACLES -

1 – Quels sont vos ac­com­plis­se­ments

cultu­rels dont vous êtes le plus fier ?

Avoir convain­cu les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales de confier Le Pa­triote à sa com­mu­nau­té. Avoir amor­cé le po­si­tion­ne­ment du Pa­triote comme un ar­rêt in­con­tour­nable pour les ar­tistes en tour­née, comme il l’a été dans ses belles an­nées. Avoir fait re­vivre sa lé­gen­daire boîte à chan­sons et la pré­sen­ta­tion des spec­tacles jeu­nesse. Évi­dem­ment, tout ce­ci avec mon équipe…

2 – Com­ment dé­crie­riez-vous la culture dans

les Lau­ren­tides ?

La dif­fu­sion de la culture a une place pri­vi­lé­giée dans les Lau­ren­tides. Que ce soit en arts vi­suels, en arts de la scène, en lettres ou en ci­né­ma, les mu­ni­ci­pa­li­tés dé­ve­loppent peu à peu leur cré­neau. Il faut tou­te­fois faire at­ten­tion à ce qui se fait près de nous et de faire en sorte de ne pas mul­ti­plier et à dé­dou­bler l’offre dé­jà exis­tante. Ce qui nui­rait en bout de ligne aux or­ga­nismes dé­jà exis­tants. C’est dif­fi­cile d’y ar­ri­ver, mais il faut en ar­ri­ver à un juste équi­libre.

3- Qu’est-ce qui pour­rait faire en sorte que la culture dans les Lau­ren­tides rayonne da­van­tage ?

Il faut se trou­ver une iden­ti­té propre. Il faut éga­le­ment que les dif­fé­rents in­ter­ve­nants cultu­rels, or­ga­nismes et ar­tistes, puissent se par­ler da­van­tage et mieux coor­don­ner leurs ac­tions. Nous au­rons ain­si une force de frappe plus puis­sante. Le sec­teur pri­vé doit éga­le­ment réa­li­ser que c’est payant d’in­ves­tir en culture et que c’est toute la ré­gion qui pro­fite des re­tom­bées re­liées à ce sec­teur.

4 – D’où vient votre pas­sion pour les arts et

la culture ?

J’ai bai­gné dans la chan­son qué­bé­coise, avec ses au­teurs-com­po­si­teurs, de­puis que je suis tout pe­tit… Je suis is­su d’une fa­mille qui a tou­jours lais­sé une large place aux arts dans notre vie quo­ti­dienne. J’ai étu­dié le vio­lon et l’al­to au Con­ser­va­toire de mu­sique de Mon­tréal et j’ai oeu­vré pen­dant 8 ans au Théâtre St-Sau­veur.

5 – Que sou­hai­tez-vous lais­ser en hé­ri­tage

pour votre ré­gion ?

Un Pa­triote so­lide, ouvert le plus pos­sible, qui a re­pris sa place d’ins­ti­tu­tion phare chez les au­teurs­com­po­si­teurs. Une salle de spec­tacle ré­no­vée, en tout res­pect de son his­toire et qui té­moigne de sa riche contri­bu­tion à celle de la chan­son qué­bé­coise. Une di­rec­tion ar­tis­tique qui laisse une large place à toutes les dis­ci­plines des arts de la scène en ayant une pré­oc­cu­pa­tion spé­ciale pour la re­lève et le pu­blic jeu­nesse.

Photo gra­cieu­se­té

Alexandre Gélinas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.